République démocratique du Congo: Les autorités coupent l'accès à Internet et à RFI

RDC Les autorités de RDC ont aussi retiré son accréditation à Florence Morice, la correspondante de Radio France internationale...

20 Minutes avec AFP

— 

Photo d'illustration RFI.
Photo d'illustration RFI. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Depuis mardi, Radio France internationale (RFI) n’est plus accessible en République démocratique du Congo. Kinshasa a coupé les émetteurs et a retiré son accréditation à Florence Morice, la correspondante de la radio. Des décisions prises par les autorités alors que les résultats de la présidentielle sont attendus d'ici à dimanche.

Le contexte est particulièrement tendu car c’est la succession de Joseph Kabila, premier président congolais à renoncer au pouvoir sous la pression de la Constitution depuis l’indépendance en 1960, qui est en jeu.

Trois prétendants se disputent la victoire : le dauphin et candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary, et les deux opposants Félix Tshisekedi et Martin Fayulu.

« Le signal de RFI est coupé dans toutes les villes du Congo, a déclaré le porte-parole du pouvoir Lambert Mende. Nous n’allons pas laisser une station mettre de l’huile sur le feu au moment où nous attendons la compilation des résultats provisoires. »

Le porte-parole du pouvoir accuse la radio, particulièrement écoutée en République démocratique du Congo, de proclamer « les résultats, les tendances, alors qu’il n’y a que le président de la Céni [Commission électorale nationale indépendante] qui peut proclamer les résultats et les tendances ».

RFI se défend

Dans un communiqué publié ce mercredi, RFI s’est défendu en arguant que Florence Morice « n’a exercé que son travail de journaliste professionnelle » et qu’aucun résultat n’a été avancé à l’antenne. « Les représentants des principaux candidats à l’élection présidentielle (…) invités en direct lors de l’édition spéciale de ce lundi 31 décembre au matin ont chacun donné une version qui n’engage qu’eux. Pour sa part, RFI ne diffusera que les résultats proclamés par la Céni, conformément à la réglementation », continue la station.

RFI a demandé l’annulation du retrait d’accréditation de sa correspondante ainsi que le rétablissement de sa diffusion. La première requête sera examinée en commission.

La radio n’est pas la seule à avoir fait les frais de mesures de rétorsion. Lundi, au lendemain du scrutin, les autorités ont demandé aux opérateurs de couper l’accès à Internet pour éviter « un soulèvement populaire », d’après un conseiller du président Kabila.

La coalition Lamuka autour du candidat d’opposition Martin Fayulu estime que cette coupure d’Internet « augure de la fraude et de la tricherie en train de se faire en ce moment précis », selon son directeur de campagne Pierre Lumbi.