«On sentait qu’il y avait beaucoup d’émotion dans ce discours», selon un coach en analyse transactionnelle

ANALYSE Le psychothérapeute Pierre Cocheteux a analysé pour «20 Minutes» l’allocution du président de la République…

Emma Ferrand

— 

Emmanuel Macron lors de son allocution présidentielle.
Emmanuel Macron lors de son allocution présidentielle. — LUDOVIC MARIN-POOL/SIPA

Vingt-trois millions de téléspectateurs (un record) et autant d’opinions ou d’impressions. Lundi soir, Emmanuel Macron s’est exprimé dans une allocution très attendue, et qui a suscité beaucoup de très nombreux  critiques sur le fond. Pour décrypter la gestuelle et le ton du président de la République lors de cet exercice, 20 Minutes s’est intéressé à une théorie de la personnalité et de la communication peu connue : l’analyse transactionnelle.

Méthode utilisée en psychologie, l’analyse transactionnelle est une étude des différents « états du moi » de l’enfant au parent, en passant par celui de l’adulte. L’« état du moi » de l’enfant se traduit par les émotions et la capacité d’adaptation. Celui de l’adulte se caractérise par la personnalité de l’individu et sa capacité de réflexion. Enfin, celui du parent se définit par l’aide apportée à autrui pour grandir et survivre, comme nous l’explique Pierre Cocheteux, analyste transactionnel dans le champ de la psychothérapie.

Quelle analyse tirez-vous de la gestuelle d’Emmanuel Macron lors de son allocution ?

Ce qu’on peut observer, c’est que le président était assis face à une table, et qu’il regardait la caméra. Il entretient une connexion avec son public. Mais on voit qu’il dispose ses mains à plat devant lui. Il s’appuie sur elles lorsqu’il souligne certains de ses mots, pour les rendre plus forts. Le fait qu’il pose ses mains devant lui peut aussi être perçu comme une distance qu’il instaure face à son public, comme une sorte de protection.

Quel « état du moi » le président a-t-il utilisé ?

Il n’était pas dans une situation facile. Il a parlé de son « état du moi » adulte, puisqu’il avait une discussion avec d’autres adultes, et leur parlait de sujets qui poussent à réfléchir. A travers son discours transparaît sa personnalité également. Il adopte un ton de président. Mais il a aussi usé d’un « état du moi » d’enfant. Dans le ton, le débit et le vocabulaire de son discours, on sentait qu’il y avait beaucoup d’émotion.

Donc une personne peut avoir plusieurs « états du moi » en même temps ?

Absolument. Toute personne dispose des trois « états du moi ». C’est un peu comme une télévision, on zappe d’état en fonction de la situation. D’ailleurs, Emmanuel Macron a usé des trois états, puisqu’on perçoit aussi un « état du moi » de parent. Quand il dit que certains faits sont inacceptables ou qu’il rappelle la loi à certains citoyens, on est typiquement dans le cas du parent. On est dans un cadre normatif, qui peut être positif ou négatif, avec des règles et des principes.