«Paris Match» condamné à verser 10.000 euros à Manuel Valls pour «atteinte à la vie privée»

PROCES Vendredi, l’ancien Premier ministre a fait condamner le magazine qui avait publié des photos de lui et de sa compagne pendant l’été…

C.B.

— 

Manuel Valls, le 16 novembre à Barcelone, en Espagne.
Manuel Valls, le 16 novembre à Barcelone, en Espagne. — Quique García/EFE/SIPA

L’affaire est close. En septembre, Manuel Valls attaquait l’hebdomadaire Paris Match en en référé devant le tribunal de grande instance de Paris pour « atteinte à la vie privée et au droit à l’image ». Il réagissait à la publication, fin août, de photos volées le montrant avec sa nouvelle compagne, l’héritière catalane Susana Gallardo. Vendredi, le tribunal a tranché.

Paris Match est condamné à verser 8.000 euros de provision et 2.000 euros au titre des frais de justice à Manuel Valls pour « atteinte à la vie privée et au droit à l’image », selon une ordonnance de référé consultée par l’AFP. Le candidat à la mairie de Barcelone avait demandé à l’origine 30.000 euros de provision et la publication d’un communiqué judiciaire en Une de l’hebdomadaire.

« Une traque incompatible avec sa liberté d’aller et venir »

« Le fait que Manuel Valls soit candidat potentiel à la mairie de Barcelone […] n’est pas de nature à justifier, au nom du droit du public à l’information, la multiplication des détails sur les lieux de villégiature des intéressés ou la publication de photographies en maillot de bain », a estimé le juge, précisant que les photos démontraient « une traque incompatible avec sa liberté d’aller et venir ». Toutefois, le magistrat a estimé que l’article ne montre pas Manuel Valls « sous un jour dévalorisant », soulignant qu’il avait pu, dans le passé, « s’être montré complaisant à l’égard des médias concernant sa vie sentimentale ».