Infox: Françoise Nyssen favorable, comme Jean-Luc Mélenchon, à un conseil de déontologie pour la presse

FAKE NEWS La ministre de la Culture a annoncé mardi une mission de réflexion sur cette proposition défendue par le leader de la France insoumise…

A.D. avec AFP

— 

Muriel Penicaud, Gerald Darmanin et Francoise Nyssen pendant les questions au gouvernement a l'Assemblee nationale le 9 octobre 2018.
Muriel Penicaud, Gerald Darmanin et Francoise Nyssen pendant les questions au gouvernement a l'Assemblee nationale le 9 octobre 2018. — Vincent Loison/SIPA

Une idée de Jean-Luc Mélenchon défendue par Françoise Nyssen ! Le chef de file de la France insoumise a lancé en décembre dernier une pétition en faveur de la création d’un « conseil de déontologie du journalisme », un « recours pour faire respecter (le) droit à une information objective ». La ministre de la Culture a défendu ce mardi la création d’une mission de réflexion sur le sujet à la tribune de l’Assemblée nationale en préambule de l’examen de la proposition de loi contre les infox pour ne plus dire «  fake news ».

Cette « mission sera confiée à Emmanuel Hoog », l’ancien président-directeur général de l’Agence France-Presse, a annoncé la ministre, lors de l’examen en nouvelle lecture des propositions de loi controversées contre « la manipulation de l’information ».

« Le premier rempart contre la désinformation »

Cette mission devra « aboutir à une proposition opérationnelle sur une telle instance de déontologie de la presse », a annoncé Françoise Nyssen. Ce « conseil de déontologie du journalisme » devrait associer journalistes, éditeurs et société civile.

« Je ne conçois pas qu’une telle instance puisse être mise en place sans que la profession consente et même adhère à une telle démarche », a expliqué Françoise Nyssen, soulignant qu’une consultation sur ce sujet avait échoué en 2014 à cause du désaccord des professionnels de la presse. « Depuis beaucoup de choses ont changé », a insisté la ministre de la Culture rappelant que « le premier rempart contre la désinformation et la manipulation de l’information reste les médias et les journalistes ».

Ce conseil pourrait émettre des avis sur la presse, mais « sans exercer le moindre pouvoir de sanction ». « La France va donc se doter d’un tel conseil, comme plus de quarante pays dans le monde. C’est une victoire pour tous les citoyens qui souhaitent changer le système médiatique afin de le rendre plus honnête, plus démocratique, plus ouvert sur la société », s’est félicité quant à lui Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué.