Audiences radio: Europe 1 n'a pas touché le fond et creuse encore, RTL reste au sommet

MEDIAMETRIE Les audiences des radios sur la période avril/juin 2018 ne sont pas bonnes du tout pour Europe 1…

Benjamin Chapon

— 

Nikos Aliagas sera à la tête de la matinale d'Europe 1 à la rentrée 2018
Nikos Aliagas sera à la tête de la matinale d'Europe 1 à la rentrée 2018 — SOLAL/SIPA

Europe 1 est désormais la septième radio de France, dépassée par Skyrock selon l’étude Médiamétrie des audiences radio sur la période avril/juin 2018. Europe 1 signe sa pire vague d’audience historique et termine aussi sa pire saison en chutant à 3,5 millions d’auditeurs. Pire, elle a dans son rétroviseur France Bleu, qui l’avait déjà dépassé en début d’année, et même Nostalgie avec 3,31 millions de fidèles.

Sur le podium, RTL est toujours assez largement en tête avec 12,7 % des auditeurs, malgré un printemps 2018 légèrement moins bon que celui de 2017. RTL cumule 6,38 millions d’habitués, soit 160.000 de moins en un an. Derrière RTL, on ne retrouve plus son ancienne concurrente, et parfois challenger NRJ mais France Inter. Même légère baisse elle aussi, la radio publique confirme les très bonnes audiences de ces deux dernières années et se fixe autour de 6 millions d’auditeurs fidèles. NRJ en revanche termine sa pire saison depuis 2011, avec 5,53 millions de fidèles, malgré une vague avril/juin en légère progression.

Chérie FM en chute libre

Derrière le trio de tête, le trou est fait et France Info perd 500.000 auditeurs sur un an. Cette forte baisse s’explique par les bonnes audiences réalisées l’an dernier à la même époque pendant l’élection présidentielle. Avec 4,32 millions d’habitués, France Info devance RMC (4,25 millions d’auditeurs).

Les radios musicales ont souffert sur cette vague Médiamétrie puisque Virgin Radio et RFM ont subi des baisses. Mais surtout Chérie FM tombe sous la barre des 2 millions d’auditeurs pour sa pire saison historique… Du côté des satisfactions, France Culture et France Musique affichent de belles hausses d’audience qui leur permettent de réaliser leurs meilleures années historiques. France Culture se flatte notamment de progresser de 28,5 % sur la cible des « jeunes » soit 51.000 auditeurs de moins de 35 ans en un an. Retourneront-ils sur Europe 1 pour écouter Nikos Aliagas dans la matinale à la rentrée ? Pas sûr.