Avertie par le CSA sur la Syrie, RT France plaide l'«erreur technique»

MEDIAS La branche française de la chaîne russe est épinglée pour des «manquements à l'honnêteté»...

20 Minutes avec AFP

— 

La page d'accueil de la version française de Russia Today (RT).
La page d'accueil de la version française de Russia Today (RT). — XAVIER VILA/SIPA

Carton jaune pour RT. La branche française de la chaîne russe a été avertie jeudi par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour des « manquements à l’honnêteté, à la rigueur de l’information et à la diversité des points de vue » dans un sujet sur la Syrie. La présidente de la chaîne lancée fin 2017, Xenia Fedorova, a plaidé dans un communiqué « une erreur purement technique, qui a été corrigée ».

Dans un sujet diffusé le 13 avril, « contestant la réalité des attaques à l’arme chimique dans la région syrienne de la Ghouta orientale », le CSA a notamment observé « que la traduction orale des propos tenus par un témoin syrien ne correspondait en rien à ce qu’il exprimait à l’antenne », a indiqué l’instance pour justifier la « mise en demeure de RT France », décision préalable à une éventuelle sanction.

Traduction qui n’a rien à voir

Dans ce sujet intitulé « Attaques simulées », le témoin évoquait en dialecte syrien la situation de famine sévissant dans la zone, alors que la traduction française évoquait une simulation d’attaque chimique. La traduction française de ses propos se rapportait en fait à une autre version plus longue de la vidéo, non diffusée, selon RT et la décision du CSA.

Le CSA a également relevé, s’agissant d’un autre témoignage, que « la traduction orale attribuait l’ordre donné à la population locale de simuler les effets d’une attaque à l’arme chimique au groupe Jaysh al Islam », alors que « le témoin ne désignait aucune organisation en particulier » et utilisait le pronom « ils » pour désigner les coupables. Selon le CSA, l’ensemble des éléments diffusés dans ce journal traitant de la situation en Syrie « faisait apparaître un déséquilibre marqué dans l’analyse, sans que, sur un sujet aussi sensible, les différents points de vue aient été exposés ».

« Bourde »

« Nous maintenons que RT France couvre tous les sujets, y compris le conflit en Syrie, de la manière la plus équilibrée, en donnant la parole à toutes les parties », a assuré pour sa part la présidente de RT France.

L’ex-président de Radio France Jean-Luc Hees, qui préside le comité d’éthique de RT France, a regretté de son côté une « bourde », « pas très grave si on considère le volume d’information proposé à l’antenne ». « Mais un rappel à l’ordre s’imposait », a-t-il indiqué à l’AFP, se disant « très content que le CSA fasse son travail avec beaucoup de rigueur ». Les journalistes de RT « apprennent à faire de leur mieux dans un contexte de suspicion », « ce qui m’ennuie c’est que le sujet de cette erreur soit la Syrie, un sujet hypersensible », a poursuivi Jean-Luc Hees.

Considérée par Washington comme un organe de propagande pro-Kremlin, RT avait signé dès 2015 avec le CSA une convention qui lui impose des engagements renforcés en matière « d’honnêteté et d’indépendance de l’information ».

Au Royaume-Uni, le régulateur de l’audiovisuel (Ofcom) a déjà émis une dizaine de mises en demeure contre RT et l’a menacée de sanction, pour des sujets notamment sur la Syrie et l’Ukraine, où l’armée russe est présente.

 

Mots-clés :