Mamoudou Gassama naturalisé par Macron: un «acte pornographique» pour Yann Moix

POLÉMIQUE Profitant d’un passage sur le plateau de RMC/BFM TV, Yann Moix a tenu un discours piquant jeudi sur la naturalisation de Mamoudou Gassama par Emmanuel Macron…

Aristide Lacarrère

— 

Yann Moix publie un nouveau livre,
Yann Moix publie un nouveau livre, — Sarah ALCALAY/SIPA

Mamoudou Gassama, le « Spiderman » de 22 ans  qui avait sauvé la vie d’un enfant  la semaine dernière, a été naturalisé par Emmanuel Macron quelques jours après son acte héroïque. Dans une fulgurance spontanée, le jeune Malien avait grimpé les quatre étages d’un immeuble du XVIIIe arrondissement duquel se suspendait un enfant de 4 ans, les pieds dans le vide. Invité jeudi sur le plateau de RMC/BFM TV, Yann Moix en a profité pour exprimer un point de vue tranché sur cet épisode qui avait ému les Français.

« Ça s’appelle du post-colonialisme »

Le futur ex-chroniqueur de On n’est pas couché accuse directement le chef de l’Etat d’un coup de communication. Usant de toute sa créativité, l’éminent polémiste ira jusqu’à dénoncer un « acte pornographique », une métaphore audacieuse qu’il prendra soin de justifier : « La France, la République française, s’est humiliée en isolant Monsieur Mamoudou Gassama du reste des exilés. L’héroïsme de Mamoudou Gassama n’est pas d’avoir sauvé un enfant du quatrième étage. Son héroïsme c’est d’avoir traversé le désert libyque, de s’être fait supplicier dans des geôles à ciel ouvert en Libye, d’avoir traversé la mer Méditerranée, d’être passé à travers les gouttes des matraques. (…) Si vous voulez, le simple fait de considérer que parce que l’un d’entre eux a eu la chance de pouvoir faire un acte de bravoure, il est différent de ses congénères ou de ses compatriotes, et que les autres ne méritent que la rue et les détritus et que l’autre mérite la Légion d’Honneur, ça s’appelle du post-colonialisme ».

Pour résumer son argumentaire, l’écrivain s’exprimera dans le même registre : selon lui, Mamoudou Gassama ne « mérite pas » la nationalité française, « il la mérite à condition que tous ses compatriotes la méritent aussi. »