Cyberharcèlement de la journaliste Nadia Daam: Le procès est renvoyé au 3 juillet

JUSTICE Le procès de deux hommes soupçonnés d'avoir harcelé sur internet Nadia Daam, après sa chronique sur Europe 1, devait initialement se tenir ce mardi matin à Paris...

Hélène Sergent

— 

Nadia Daam et Juan Gomez dans la rédaction de "28 minutes".
Nadia Daam et Juan Gomez dans la rédaction de "28 minutes". — GHNASSIA ANTHONY
  • Deux hommes devaient comparaître pour « menaces de mort et de viol » à l’encontre de la journaliste Nadia Daam.
  • L’avocat d’un des prévenus, absent à l’audience, a demandé le renvoi du procès faute d’avoir eu accès à une copie du dossier.
  • Le tribunal a accepté la demande de renvoi et fixé la nouvelle audience au mardi 3 juillet.

« Il n’y aura pas 15 renvois », a prévenu la présidente. Initialement prévu ce mardi, le procès de deux hommes poursuivis pour menace de mort et de viol contre la journaliste Nadia Daam a été reporté au 3 juillet. Aucun des deux prévenus n’avait fait le déplacement, tout comme l’avocat qui avait formulé la demande de renvoi.

Très émue, la chroniqueuse d’Europe 1 qui a été la cible d’une violente campagne de cyberharcèlement en novembre dernier, n’a pas réussi à prononcer un mot face au tribunal. Assistée par l’avocat médiatique Eric Morain, la journaliste doit désormais attendre un mois supplémentaire avant la prochaine audience.

« Poubelle à déchets non recyclables »

Mercredi 1er novembre, Nadia Daam avait consacré sa chronique quotidienne diffusée sur Europe 1 à une cybercampagne des membres du forum « Blabla 18-25 » du site jeuxvideo.com, lancée contre deux militants féministes Clara Gonzales et Elliot Lepers. Dans ce billet, elle qualifie le sulfureux forum de « poubelle à déchets non recyclables d’internet ». « A ce stade de bêtise crasse et de malveillance, il faudrait que les membres de ce forum pensent à léguer leur cerveau à la science », ironise-t-elle encore.

Sa chronique fait alors l’objet d’un post sur le forum en question, qui a suscité des dizaines de pages de commentaires. Dans ces posts, certains membres du forum s’insurgent contre le fait que la chroniqueuse mette « tous les forumeurs 18-25 dans le même sac ». Un membre estime même que Nadia Daam n’« a pas tort. Si ça vous énerve autant, c’est que vous vous sentez concerné. Il n’y a que la vérité qui fait mal ».

Agacement de la partie civile

S’ensuit une campagne d’une violence inouïe dirigée directement contre la journaliste qui essuie menaces de mort, menaces de viol et insultes racistes. Le 3 novembre, la station radio qui l’embauche décide de porter plainte. « L’enquête a identifié sept auteurs. Deux seront jugés mardi », a indiqué à l’AFP Eric Morain, l’avocat de la journaliste. « Quatre autres doivent être jugés par des tribunaux en province et un mineur a eu un rappel à la loi », a-t-il ajouté.

Deux d’entre eux devaient donc comparaître ce mardi. L’avocat de la défense, absent à l’audience, a justifié sa demande de renvoi faute d’avoir pu consulter le dossier. Formulée en bonne et due forme, la copie du dossier n’a visiblement pu être transmise à la partie à la suite du déménagement récent du tribunal. Une version contestée par l’avocat de la partie civile : « De mon côté, j’ai obtenu la copie du dossier le 18 mai (…) et la date du procès était prévue depuis trois mois ! »

Un « agacement » entendu par la procureure qui a toutefois estimé la demande de renvoi fondée. Le tribunal a fixé la prochaine audience au 3 juillet prochain à 9h.

>> A lire aussi : «Les cyber-harceleurs pourront être condamnés, même s'ils n'ont envoyé que quelques tweets», annonce Marlène Schiappa

>> A lire aussi : Nadia Daam menacée sur jeuxvidéo.com: Les trolls antiféministes sont-ils au-dessus des lois?

>> A lire aussi : VIDEO. Harcèlement: Nadia Daam s'attaque aux trolls antiféministes de Jeuxvidéo.com et se fait lyncher

>> A lire aussi : Nadia Daam menacée: Marlène Schiappa demande à Twitter et Webedia de «prendre leur responsabilités»