Réforme de l'audiovisuel public: Le point sur les groupes de médias concernés

ECONOMIES Lundi, les grandes orientations de la réforme de l'audiovisuel public seront présentées...

C.B. avec AFP

— 

Photo prise le 28 août 2008 à Paris du logo du groupe audiovisuel public France Télévisions
Photo prise le 28 août 2008 à Paris du logo du groupe audiovisuel public France Télévisions — Stephane de Sakutin AFP

Alors que les détails de la réforme de l’audiovisuel public seront dévoilés lundi, on fait le point pour vous rappeler quelles sont les chaînes de radio et de télévision concernées. Le but de cette réforme ? Plus d’économies et de synergies. Un programme ambitieux qui concerne quelque 17.000 salariés et six groupes.

Le mastodonte France Télévisions est le premier groupe audiovisuel de service public dans l’Hexagone avec France 2, 3, 4, 5, Ô et franceinfo, avec 9.840 équivalents temps plein, d’après les derniers chiffres connus. Dirigé depuis avril 2015 par Delphine Ernotte, le groupe, composé de cinq chaînes de télévision nationales, une vingtaine d’antennes régionales et des antennes ultramarines, risque d’être le plus touché par la réforme.

50 millions de réduction de dépenses à France Télévisions

Le groupe France Télévisions est engagé dans un vaste plan de réduction de dépenses d’environ 50 millions d’euros cette année, qui passe notamment par la suppression de 180 postes à la faveur de départs en retraite, touche les émissions de divertissement (jeux, magazines) et le sport, mais épargne le numérique et l'information. Il dispose d’un budget de 2,8 milliards d’euros.

En 2017, il a enregistré des résultats à l’équilibre pour la troisième année de suite (avec un bénéfice net de 6,8 millions d’euros), conformément à la politique de redressement des comptes entamée par sa présidente.

Radio France espère un budget à l’équilibre en 2018

Premier groupe radiophonique français, Radio France rassemble sept stations (France Inter, franceinfo, France Culture, France Musique, Fip et Mouv'), ainsi que les 44 locales de France Bleu, qui devraient être un des chantiers de la nouvelle dirigeante, Sibyle Veil, remplaçante de Mathieu Gallet depuis avril.

Lancé dans un vaste plan d’économies, le groupe qui compte 4.700 salariés a notamment reprogrammé la fin des travaux prévus dans son siège parisien et prévoit le non-remplacement de 75 départs à la retraite en 2018. Il table cette année sur un budget à l’équilibre après trois ans de déficit, malgré une baisse des ressources publiques de 24,6 millions d’euros.

Réduction des budgets et augmentation des audiences à l’Ina et France Médias Monde

Créé en 1975, l'Institut national de l'audiovisuel est le premier centre d’archives numérisées au monde, avec plus de 3,5 millions d’heures de télévision et de radio. En septembre 2017, le gouvernement avait demandé à l’Ina et à ses 950 salariés de réaliser 450.000 euros d’économies sur ses 89 millions de dotation publique, pour un budget global de 127 millions d’euros.

France Médias Monde regroupe des médias à l’audience mondiale et travaillant dans de nombreuses langues : RFI sur les ondes, France 24 sur le petit écran et RMC Doualiya. L’Etat a récemment indiqué qu’il aiderait l’entité présente dans 180 pays à porter son audience à 150 millions de personnes par jour contre 135 millions actuellement. France Médias Monde dispose d’un budget annuel de quelque 250 millions d’euros.

TV5 Monde et Arte épargnées

La chaîne francophone créée en 1984 est détenue conjointement par des sociétés audiovisuelles publiques de France (à plus de 60 %), Belgique, Suisse, du Canada et du Québec. Depuis 2012, c’est l’ancien journaliste Yves Bigot qui est à sa tête. TV5 Monde se décline en chaînes régionales comme TV5 Monde Afrique et deux chaînes thématiques. Son budget s’élevait à 109 millions d’euros en 2016.

Au sein de la chaîne franco-allemande, Arte France est le pôle hexagonal qui fournit 40 % des programmes. Arte​ est financée par la contribution à l’audiovisuel public en France et en Allemagne et ne diffuse pas de publicité. La chaîne dispose d’un budget d’un peu plus de 140 millions d’euros.