« Viper's Dream » de Jake Lamar: Comment Clyde Morton est passé de jazzman à caïd de la drogue

POLAR « Viper's Dream » de Jake Lamar est paru en septembre 2021 chez Payot & Rivages

Ju lit les Mots membre de la communauté 20 Minutes Livres.
— 
Viper's Dream
Viper's Dream — Payot & Rivages
  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd'hui, « Viper's Dream » de Jake Lamar, paru le 15 septembre 2021 aux Éditions Payot & Rivages.

Ju lit les Mots, contributrice du groupe de lecture  20 Minutes Livres, vous recommande Viper's Dream de Jake Lamar, paru le 15 septembre 2021 aux Éditions Payot & Rivages.
 

Sa citation préférée :

 Les commerçants blancs te craignent vu les corrections que tu leur as foutues en toute impunité. Les noirs t’adorent pour les mêmes raisons. Et ils te craignent aussi. Tous les dealers, ils sont noirs. Ils se disent que si tu peux cogner sur des blancs sans avoir d’ennuis, tu serais encore plus dur avec ceux du même peuple que toi.

 

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que Clyde Morton, 19 ans, débarqué à New York du fin fond de l’Alabama, la tête pleine de rêves de gloire, persuadé d’être un grand trompettiste de jazz, voit son rêve s’écrouler dès la première audition dans un club de Harlem. À la place, il va devenir le maître incontesté de la marijuana. La « viper », ainsi surnommée à Harlem, se répand à toute vitesse. Clyde renaît en dealer de marijuana et devient un des gangsters les plus puissants de Harlem.
  • Parce que l’on découvre le destin d’un homme, d’une communauté, sur une période allant de 1936 à 1961, à travers un récit au rythme effréné, d’une densité incroyable, empli de meurtres, de drogue, de flics ripoux et d’avocats véreux.
  • Parce que l’axe narratif, tourne autour des trois vœux les plus chers de Viper, que la Baronne Pannonica, lui demande de consigner dans un carnet, alors que par cette nuit de fin novembre 1961, il vient de tuer pour la troisième fois. Son esprit se brouille, s’égare au gré des souvenirs, pour enfin révéler l’identité de sa victime.
  • Parce que la confession de Viper, emprunte de mélancolie, révèle ces grands musiciens qui jouent avec la mort, mais aussi ceux qui succomberont à une consommation excessive de drogue ou de marijuana.
  • Parce que c’est un roman policier dense, au goût âpre, à la plume rugueuse, qui met en exergue le milieu du jazz, la naissance du Be-bop, avec en toile de fond la Seconde Guerre mondiale, la place des Afro-américains, mais surtout la société américaine en pleine évolution. C’est Harlem, ses boîtes de nuit, ses artistes, les jazzmen, ses filles offertes jusqu’au bout de la nuit, au rythme du jazz. Une ode au jazz et à son évolution.
  • Parce que jusqu’à la fin, Jake Lamar brouille les pistes, pour finalement terminer en apothéose avec un excellent double rebondissement, dont on ne se doute pas, révélant un drame digne des plus grandes tragédies grecques.
  • Parce que Jake Lamar inaugure avec ce livre la série New York Made in France où, au milieu d’une centaine de chats, on croise, Duke Ellington, Theolonius Monk et Charlie Parker, chez la baronne Pannonica De Koenigswater (baptisée Cathouse par les habitués), qui soutient les jazzmen et les accueille sur les bords de l’Hudson.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. 1936, Clyde débarque à Harlem avec sa trompette. Il lâchera l’instrument pour devenir « The Viper », un baron de la drogue. Entre Harlem et la 52e Rue, la marijuana fait fureur chez les « black cats », les musiciens que Clyde côtoie. On assiste à l’émergence du be-bop et aux ravages de l’héroïne.

Les personnages. Clyde « Viper » Morton, puissant caïd de Harlem. Baronne Pannonica, aristocrate de la famille Rotschild, devenue la scandaleuse baronne du jazz. on croise Duke Ellington, Theolonius Monk et Charlie Parker. Les hommes de main de Viper mais aussi Mr O, le caïd juif qui lui mis le pied à l’étrier…

Les lieux. Harlem, Paris, Los Angeles.

L’époque. De 1936 à 1961.

L’auteur. Né dans le Bronx à New York, diplômé de l’université Harvard, Jake Lamar est installé à Paris depuis 1993. Il est professeur d’écriture créative à Sciences Po. Auteur de sept romans, d’un récit autobiographique, de nombreux essais et articles et d’une pièce de théâtre.

Ce livre a été lu avec frénésie au rythme langoureux du jazz, jusqu’au twist final, magistrale, dont j’aurais souhaité lire encore une bonne centaine de pages.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !