Bourré d’humour et de clichés, un livre sur les Bretons fait un carton

SUCCESS STORY Sorti avant l’été, l’ouvrage « Tout est bon dans le breton » écrit par Fabien Delettres vient d’être réimprimé pour la troisième fois

Camille Allain
— 
L'auteur Fabien Delettres a publié le livre Tout est bon dans le breton qui fait un carton en librairie.
L'auteur Fabien Delettres a publié le livre Tout est bon dans le breton qui fait un carton en librairie. — Casa Editions
  • L’auteur Fabien Delettres a publié un livre d’humour autour de la Bretagne et de ses clichés.
  • Edité à 4.000 exemplaires avant l’été, l’ouvrage Tout est bon dans le Breton devrait bientôt atteindre les 20.000 exemplaires vendus.
  • Formé auprès de Cyril Hanouna et de quelques grands noms de l’humour, l’auteur prépare déjà un deuxième tome. Et rêve d’en faire un film.

Il n’épargne personne. En épinglant le côté radin des Bigoudens, la consommation d’alcool récurrente de la population ou la naïveté des touristes parisiens, Fabien Delettres se paye clairement la tête de la Bretagne. Pour son premier livre, cet auteur habitué à officier dans l’ombre de grands humoristes français a pourtant eu la surprise de voir son ouvrage cartonner. Paru avant l’été, son livre Tout est bon dans le Breton vient d’être réimprimé pour la troisième fois et devrait rapidement atteindre les 20.000 exemplaires vendus. Un succès imprévisible que cet amoureux de la région explique difficilement. « C’est totalement inattendu et j’ai du mal à comprendre », reconnaît le jeune auteur qui a passé son enfance à Guingamp avant de faire ses études à Arradon, tout près de Vannes, puis de partir à Paris.

A mi-chemin entre la BD, le roman graphique et le guide touristique, son ouvrage balaie avec humour les clichés autour de la Bretagne : la météo pourrie, l’alcool, l’eau froide… Tout y passe. « C’est complètement assumé. S’il n’y avait pas un fond de vérité, le cliché ne ferait pas rire. Je suis né ici, j’ai grandi ici et je suis amoureux de cette région. Mais il faut savoir faire preuve d’autodérision », explique l’auteur. Fabien Delettres évoque par exemple « les dizaines de mots » utilisés par sa mère pour parler de la pluie. « A Paris, tu dis qu’il pleut. Mais en Bretagne, on te parle de crachin, de bruine, de cordes », rigole l’auteur. Bavard comme jamais, il enchaîne. « C’est comme quand tu te baignes, il faut toujours que tu le dises à tout le monde. » Au-delà du rire, le lecteur en apprend beaucoup sur la région au fil de la centaine de pages de l’ouvrage.

L'auteur Fabien Delettres a publié le livre Tout est bon dans le breton qui fait un carton en librairie.
L'auteur Fabien Delettres a publié le livre Tout est bon dans le breton qui fait un carton en librairie. - Casa Editions

Ce succès, même son éditeur a du mal à l’expliquer. Mais à Casa Editions, on se frotte les mains. « Je connaissais bien Fabien et nous avions cette passion commune pour la Bretagne. On lui a laissé carte blanche. On savait qu’il allait tourner l’ouvrage avec humour mais on ne s’attendait pas à ce que ça parte aussi fort », reconnaît Jean-Baptiste Gilou. Ce carton, le patron de la maison d’éditions l’attribue à deux facteurs : « le côté grand public, avec un humour potache qui plaît au plus grand nombre. » Mais surtout à la personnalité de son auteur. « Il a une telle connaissance de la région qu’il emporte tout le monde avec lui. C’est quelqu’un de très sympathique, qui sait se moquer de lui-même ». Les traits de crayon du dessinateur Alteau, qui a notamment travaillé pour Le Petit Spirou, ont aussi joué dans ce succès. Un deuxième tome réunissant les deux hommes est d’ailleurs déjà en préparation.

La rencontre avec Cyril Hanouna a tout changé

Son humour grinçant, Fabien Delettres l’a développé aux côtés de grands noms français du rire. Peu connu du grand public, le jeune Breton a d’abord travaillé aux côtés de Cyril Hanouna quand ce dernier officiait à la radio. « Quand j’étais étudiant, j’animais quelques émissions sur Océane FM. J’ai vite vu que c’est ce que je voulais faire de ma vie ». Le « plouc » quitte alors sa Bretagne pour tenter sa chance à Paris et fait le siège devant Virgin Radio pour choper Hanouna. « Ce qui était dur pour moi, c’était la différence de chaleur et de simplicité entre la Bretagne et Paris. J’ai cru que je n’allais pas tenir. » Touché par son discours, celui qui est devenu l’animateur vedette de Touche pas à mon poste lui a pourtant donné sa chance. Fabien Delettres était lancé.

Depuis, l’auteur se plaît à travailler dans l’ombre de Jean-Marie Bigard, Jean-Pierre Foucault, Camille Combal ou encore Ariane Massenet dont il a écrit des livres et des spectacles. Toujours installé à Paris, le Guingampais passe la moitié de la semaine dans la capitale et l’autre moitié à Arradon, sa terre d’adoption. « Ceux qui partent, ils ont toujours envie de revenir. J’ai passé une enfance merveilleuse ici. C’est cette humilité, cette générosité que j’ai envie de montrer à mon fils. » Son rêve ultime serait d’en faire un film. Le frère de son éditeur, un certain Thomas Gilou, qui a notamment réalisé La Vérité si je mens, pourrait bien l’aider sur ce coup.