Prix Goncourt (4/4): « Milwaukee Blues » de Louis-Philippe Dalembert parmi les quatre finalistes

PRIX LITTERAIRE Qui va remporter le Goncourt ? Peut-être « Milwaukee Blues » de Louis-Philippe Dalembert, paru en août 2021 chez Sabine Wespierser

Christian Dorsan membre de la communauté 20 Minutes Livres.
— 
Milwaukee Blues
Milwaukee Blues — Sabine Wespierser
  • Dernière semaine avant la remise du prix Goncourt, le 3 novembre.
  • Comme l’an dernier, vous allez pouvoir désigner le prix Goncourt des lecteurs de « 20 Minutes ».
  • Parmi les quatre finalistes, « Milwaukee Blues » de Louis-Philippe Dalembert, paru le 26 août 2021 aux Éditions Sabine Wespierser.

Christian Dorsan, romancier, blogueur et contributeur du groupe de lecture 20 Minutes Livres, vous recommande Milwaukee Blues de Louis-Philippe Dalembert, paru le 26 août 2021 aux Éditions Sabine Wespierser.
 

Sa citation préférée :

La première chose qu’on fait ici, dès qu’on a gagné un peu de thune ou dégoté un boulot plus ou moins correct, c’est de fiche le camp. N’importe où, pourvu que ce soit hors de Franklin. Rien que pour savourer la sensation d’avoir franchi un cap dans la vie. Sans ça, on reste là à végéter, pareil à un arbre qui dessécherait sur pied.
 

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que derrière un fait divers, il n’y a pas que de l’émotion suscitée par la colère ou l’injustice. Il y a une histoire humaine, une histoire attachée à un lieu qui centralise tous les déterminismes entretenant les préjugés d’une nation entière. Et ce lieu, c’est un quartier défavorisé de Milwaukee, l’histoire et celle de George Floyd revisitée par Louis-Philippe Dalembert.
  • Parce que construit comme un récit choral autofictionnel dans les deux premières parties, c’est l’enfance et la jeunesse de Emmett que nous racontent ses amis d’enfance, son institutrice, son coach de football en université et sa première petite amie blanche. Le prénom d’Emmett n’a pas été choisi au hasard : c’est celui d’un jeune noir assassiné pour avoir embrassé une jeune fille blanche. Ces chapitres sont des confessions intimes qui donnent un éclairage sur la vie de la victime. Il y a beaucoup d’amertume sur une vie gâchée, une vie dont on n’arrive pas à se soustraire de sa condition.
  • Parce que la vie d’Emmett est partagée par les autres habitants de ce quartier, de ce ghetto délaissé par les pouvoirs publics. Il se dégage de ces portraits successifs une sorte de résignation devant la pauvreté des destins qu’elle offre.
  • Parce que les dernières parties sont du registre du récit, on quitte l’autofiction. Ce qui était du domaine du passé reste dans l’intime, ce qui se passe dans le présent, est du registre du public comme si l’auteur voulait nous rapprocher de la victime avant qu’il ne devienne un symbole de révolte. Le récit est une rébellion mais aussi un plaidoyer pour la fraternité dont le témoignage du policier, par son racisme et sa haine des autres, semble exclu.
  • Parce que c’est un roman poignant, écrit par un auteur qui ne s’approprie pas les codes, il les détient parfaitement, il n’est pas un usurpateur qui abuserait d’un fait divers pour écrire, c’est une écriture de l’intérieur, riche, humaine et universelle.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Suite à une interpellation, un suspect noir meurt étouffé par un policier raciste. Derrière ce fait divers, largement inspiré par l’affaire George Floyd, l’auteur nous raconte le racisme au quotidien.

Les personnages. Emmett la victime, Authie et Stokely les amis d’enfance, son ancien coach d’université, sa première petite amie, son ancienne institutrice, la révérende Ma Robinson, le policier raciste, les habitants du quartier

Les lieux. Milwaukee avec le quartier de Franklin Heights et Chicago.

L’époque. L’Amérique des années Trump.

L’auteur. Louis-Philippe Dalembert est un romancier poète d’origine haïtienne. Plusieurs fois primé pour ces romans et ses poésies, il a enseigné en France et aux Etats-Unis.

Ce livre a été lu avec passion même si le changement de registre en cours de lecture est surprenant. Il reste un très beau portrait d’hommes et de femmes, qui cherchent à vivre normalement dans un pays divisé et fragile. C’est également un livre d’espoir et universel.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !