« Les Rêveurs définitifs »: Camille de Peretti face aux aléas des IA

RENTREE LITTERAIRE « Les Rêveurs définitifs » de Camille de Peretti est paru en août 2021 chez Calmann-Lévy

Ju lit les Mots membre de la communauté 20 Minutes Livres.
— 
Les Rêveurs définitifs
Les Rêveurs définitifs — Calmann-Lévy
  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd'hui, « Les Rêveurs définitifs » de Camille de Peretti, paru le 18 août 2021 aux Éditions Calmann-Lévy.

Ju lit les Mots, contributrice du groupe de lecture 20 Minutes Livres, vous recommande Les Rêveurs définitifs de Camille de Peretti, paru le 18 août 2021 aux Éditions Calmann-Lévy.

Sa citation préférée :

Le bon traducteur a du sentiment, de l’empathie, il sait se glisser sous les doigts de l’auteur, sous sa peau et, comme le dit Barthes : « Le langage est une peau : je frotte mon langage contre l’autre. C’est comme si j’avais des mots en guise de doigts, ou des doigts au bout de mes mots. »

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que j’ai toujours été fascinée par le travail effectué par les traducteurs et leur capacité à retranscrire ce que l’auteur voulait transmettre. Ici, Emmanuelle, traductrice de métier, rêve de devenir un écrivain à part entière, au lieu de passer son temps à travailler sur les mots des autres, en traduisant des livres « feel good ». Rattrapée par des problèmes d’argent, elle est obligée d’accepter une mission de conseil chez Kiwi, un géant du web qui veut développer un logiciel de traduction infaillible tandis que son fils Quentin se rêve en « gameur » de génie.
  • Parce que l’auteure aborde des thèmes forts avec l’émergence de l’intelligence artificielle qui menace certaines professions, la possibilité qu’elle puisse égaler le travail humain, notamment dans la création d’une œuvre littéraire, à travers la traduction et la mise en exergue des subtilités du langage, de la reformulation tout en gardant l’essence même de l’œuvre originelle.
  • Parce que chacun des personnages rêve sa vie ou imagine sa vie de rêve, ce qui est parfois assez déroutant, car les passages où l’imagination s’invite ne sont pas clairement apparents. J’ai été assez déstabilisée au départ, démêler la réalité des rêveries est assez troublant, pourtant on s’y fait peu à peu et on avance aux côtés d’Emmanuelle et Quentin.
  • Parce que c’est un roman avec une belle réflexion sur notre quotidien cherchant l’équilibre entre réalité et imaginaire. Mais c’est aussi et surtout un livre qui parle de solitude, des solitudes dans lesquelles sont plongés les personnages, et par transposition le lecteur qui ne peut que s’identifier à eux. Emma et son fils vivent sous le même toit, mais n’ont que peu de relations, chacun enfermé dans sa réalité. Non par manque d’amour, mais par manque de compréhension de l’univers de chacun.
  • Parce que l’opposition entre les deux n’est pas une perte de sentiment, mais une construction de la place de chacun. Emma qui doit trouver sa place tout en s’épanouissant et Quentin un adolescent qui se cherche. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la densité que l’auteur a mise dans le personnage de l’enfant, du regard qu’il porte et sur son évolution. À la différence d’Emma, qui ne sait pas comment aborder son fils et continue à le voir comme un enfant.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Traductrice, Emma habite un petit appartement avec Quentin, son fils de 14 ans. Lasse de traduire des bluettes sans intérêt, elle rêve d’écrire un roman. Elle est contrainte d’accepter une mission de conseil chez Kiwi, un géant du web qui veut développer un logiciel de traduction infaillible.

Les personnages. Emmanuelle, traductrice free-lance, son fils Quentin, 14 ans, Martine la grand-mère. D’autres personnages secondaires.

Les lieux. Paris.

L’époque. Actuelle.

L’auteur. Camille de Peretti est l’auteure de sept romans dont Thornytorinx (prix du Premier roman de Chambéry) et Le Sang des Mirabelles (Calmann-Lévy, 2019).

Ce livre a été lu avec le plaisir de s’identifie facilement aux personnages, grâce à une plume touchante, et agréable, parfois cinglante, un peu comme la vie en fin de compte.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !