Lagardère : Arnaud Nourry débarqué de la direction d'Hachette Livre

EDITION A la tête de la maison d’édition depuis 2003, il tentait actuellement d’empêcher un éventuel rachat d'Hachette Livre par Editis, filiale de Vivendi

20 Minutes avec AFP
— 
Arnaud Nourry était à la tête d'Hachette Livre depuis mai 2003.
Arnaud Nourry était à la tête d'Hachette Livre depuis mai 2003. — CHAMUSSY

C’est une page qui se tourne brusquement pour Arnaud Nourry. Sa sortie de sa réserve ces dernières semaines pour tenter d’empêcher la mainmise sur la branche livre de Lagardère par le géant des médias Vivendi, contrôlé par le groupe Bolloré, lui aura coûté sa place. Après quasiment 18 ans à la tête d' Hachette Livre et 31 ans chez Lagardère, Arnaud Nourry, 60 ans, se voit contraint de quitter le groupe.

L’histoire et les méthodes pour y répondre se répètent dans l’entreprise. Annoncée lundi soir, sa sortie fait en effet écho à sa nomination en mai 2003 : à l’époque, Arnaud Nourry, directeur du groupe Hatier, succédait à Jean-Louis Lisimachio, débarqué par Arnaud Lagardère après un « désaccord stratégique persistant » sur… le dossier du rachat de Vivendi Universal Publishing (VUP).

Acquisition d’Astérix

Formé à la finance à l’ESCP, ce Parisien, fils d’un ingénieur et d’une libraire, fait ses premiers pas dans le conseil au milieu des années 1980. Il entre en 1990 chez Lagardère et de plain-pied dans l’univers de l’édition en 1994 au sein d’Hachette Livre en tant que directeur financier adjoint. Là, il pilotera le rachat du groupe Hatier avant d’en prendre la tête à la veille des années 2000. Réputé pour ses talents de financier, il réussit l’intégration de Hatier dans le groupe Lagardère et lui fait changer de dimension notamment en l’ouvrant à l’international.

A la tête de Hachette Livre, l’homme a également démontré à plusieurs reprises ses talents de négociateur. En 2008, il fait tomber dans l’escarcelle du groupe l’emblématique Astérix en acquérant 60 % des éditions Albert René et les droits sur les 24 premiers albums historiques créés par Goscinny et Uderzo. Arnaud Nourry n’a pas pour autant hésité au cours de sa carrière à aller au conflit. Particulièrement avec les géants du numérique, Google et surtout Amazon, avec lesquels il finira par trouver des accords.

Un « départ particulièrement injuste », juge un membre du CSE

S’il est dit réservé, le dirigeant est capable de monter au créneau pour défendre sa vision. Ces dernières semaines, Arnaud Nourry s’était lancé dans une campagne pour empêcher un éventuel rachat de Hachette Livre par Editis, filiale de Vivendi. Il avait affirmé dans Le Monde n’y voir « aucun sens stratégique ». « Toute idée de démantèlement est à éviter, puisque Hachette Livre, c’est aussi un atout pour l’édition en France », avait-il estimé.

Apprécié en interne, Arnaud Nourry était « un visionnaire » qui « a transformé un groupe d’édition franco-français en troisième éditeur mondial », estime un membre du CSE d’Hachette Livre. « Son départ est particulièrement injuste » alors que le groupe n’a cessé de progresser, ajoute cette même source, considérant qu’il « était le dernier rempart face aux investisseurs prédateurs ».