« Le gibier »: « L'Afrique du Sud est un terreau idéal pour y cultiver des assassins de polar », estime Nicolas Lebel

INTERVIEW « Le Gibier » de Nicolas Lebel est paru en mars 2021 chez Le Masque

Audrey57 membre de la communauté 20 Minutes Livres.
— 
Le gibier
Le gibier — Le masque
  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd'hui, « Le Gibier » de Nicolas Lebel, sélectionné pour le prix Landerneau Polar 2021 et paru le 10 mars 2021 aux Éditions Le Masque.

Audrey57, contributrice du groupe de lecture 20 Minutes Livres, vous recommande Le Gibier de Nicolas Lebel, sélectionné pour le prix Landerneau Polar et paru le 10 mars 2021 aux Éditions Le Masque.
 

Sa citation préférée :

« Phase 11- le piège : dispositif par lequel le gibier se retrouve acculé. »

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que la journée du commissaire Paul Starski commence mal : son épouse demande le divorce, son chien adoré est mourant quand il est appelé, avec sa collègue Yvonne Chen pour une prise d’otage. Sur place des voix, des bruits puis des coups de feu. Deux hommes sont retrouvés morts dans l’appartement. Suicide ou meurtre ? Ce n’est pas clair.
  • Parce qu’une femme a été vue sur les lieux et c’est Chloé de Talense, l’ancienne petite amie de Starski dont il était sans nouvelles depuis vingt ans. Starski ne croit pas en sa culpabilité même si tout l’accable. Chen pense que l’amour aveugle son collègue et veut lui prouver l’évidence sans ménagement.
  • Parce que ce titre, le gibier interpelle. Quelques chapitres s’ouvrent sur des règles de la chasse. Pour quelle raison ? L’auteur nous balade, de rebondissements en révélations.
  • Parce que le passé de Chloé intrigue par ses liens avec l’Afrique du Sud, l’apartheid. Quel lien avec le décès de sa mère, avec les activités de sa famille au sein d’un groupe pharmaceutique ? On croit tenir une clé mais elle nous échappe et rien ne se passe comme prévu.​
  • Parce que Nicolas Lebel a totalement su m’appâter. Une fois pris dans les filets de son histoire, impossible de m’échapper. Chaque lecteur devient la proie de ce polar brillant et captivant.

L’auteur

Né à Paris, voyageur insatiable, Nicolas Lebel a publié sept romans dont cinq dans la série du capitaine Mehrlicht, pour laquelle il a reçu de nombreux prix, dont le prix des lecteurs du Livre de Poche en 2019. Le Gibier, sélectionné pour le Prix Landerneau Polar de 2021, est son huitième roman. Nous lui avons posé quelques questions…

L’Afrique du Sud, est-ce un pays que vous connaissez, y êtes-vous déjà allé ? Et pourquoi avoir voulu traiter de la période de l’apartheid dans le livre ?

J’ai bourlingué ici et là sur les cinq continents mais L’Afrique du Sud reste un rêve. Mon prochain voyage ? En revanche, je connais bien l’histoire du pays. D’abord parce que je suis de cette génération qui, ado, a manifesté pour la libération de Mandela et l’abolition de l’apartheid. Ensuite parce que devenu professeur d’anglais, c’est une histoire que j’ai étudiée puis enseignée. Enfin parce qu’on fête en ce moment les trente ans de la chute de ce pouvoir suprémaciste blanc (février 1991). L’Afrique du Sud a une histoire aussi effroyable que fascinante, marquée par un système judiciaire raciste des plus iniques, mais aussi par une volonté de réconciliation forcée qui a tenté de gommer les exactions passées au lieu de les confronter et de les punir. La grande rédemption nationale mise en place au forceps dans la « nation arc-en-ciel » a imposé un pardon impossible qui confine au révisionnisme, et a laissé sur le bord de la route des Noirs mais aussi des Blancs, s’accusant les uns les autres de l’état déplorable du pays. Si l’on agrège à cette histoire déjà terrifiante les tentatives de nettoyage ethnique orchestrées par le régime de l’époque (avec le Projet Coast), on trouve là un terreau idéal pour y cultiver des assassins de polar !

D’où vient cette idée d’avoir nommé votre commissaire Starski « comme dans Starsky et Hutch mais avec un i » ? Etiez-vous fan de cette série durant votre adolescence ? Et en règle générale, regardez-vous des séries policières ?

Bien sûr, il s’agit d’un clin d’œil à la série culte parce que, l’une des premières, elle a posé un genre. Qui ne connaît pas Starsky et Hutch déboulant à bord de leur bolide dans le générique – comme dans le roman ! –, les deux potes virils qui descendent des bières en matant les filles ? Mais que dit le générique au juste ? « Des nouveaux chevaliers au grand cœur /Mais qui n’ont jamais peur de rien / Deux flics un peu rêveurs et rieurs / Mais qui gagnent toujours à la fin ». Voilà exactement ce que Starski n’est pas. Un bel anti-modèle ! Grand cœur ? Il ne parle que de lui. Jamais peur ? Il se planque dès qu’il le peut et redoute d’annoncer la mort de son chien à ses filles. Rêveur et rieur ? Il est empêtré dans son divorce et passe le roman à se plaindre de son triste sort ! Starski ne cesse de le répéter. « Moi, c’est Starski avec un « i ». Il n’est pas Starsky avec un « y »… Quant aux séries, j’en dévore… et depuis peu, j’en écris !

Rassurez-nous, vous avez prévu une suite à ce roman ? Je pense que les lecteurs ont hâte que la chasse reprenne. Avez-vous déjà commencé à l’écrire ?

Tout à fait. J’ai commencé à travailler sur une suite parce que ça m’amuse beaucoup et que j’aime particulièrement les personnages des Furies. Mais je travaille aussi sur d’autres projets. Je ne sais pas lequel verra le jour en premier. Un blogueur disait récemment que je suis un « auteur à surprises », c’est-à-dire dont les bouquins sont à chaque fois surprenants. Et Le Gibier chahute les codes du genre. Ça me plaît bien, après avoir écrit une série (Le capitaine Mehrlicht - 5 tomes), de me lancer sur des terres nouvelles… La clé, c’est le plaisir, évidemment.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !