« L'Année de Grâce » de Kim Liggett: Peut-on survivre à nos seize ans?

JEUNESSE, DES 13 ANS Jusqu'au 11 décembre, en marge du Salon de Montreuil, notre communauté vous recommande des livres jeunesse: aujourd'hui, « L'Année de Grâce » de Kim Liggett, paru en octobre 2020 chez Casterman

Echos de Mots membre de la communauté 20 Minutes Livres.

— 

L'Année de Grâce
L'Année de Grâce — Casterman
  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Jusqu'au 11 décembre, en marge du Salon de Montreuil, notre communauté vous recommande un livre jeunesse chaque jour.
  • Aujourd'hui, « L'Année de Grâce » de Kim Liggett, paru le 7 octobre 2020 aux Éditions Casterman.

A l’occasion du Salon du livre jeunesse de Montreuil, Anne-So « Echos de Mots », blogueuse jeunesse et contributrice du groupe de lecture 20 Minutes Livres, vous recommande, dès 13 ans, L'Année de Grâce de Kim Liggett, paru le 7 octobre 2020 aux Éditions Casterman.
 

Sa citation préférée :

Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante.
 

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que L’Année de Grâce est un roman dans lequel les jeunes filles sont exilées dans une dangereuse forêt l’année de leurs 16 ans, de peur que leur pouvoir magique ne séduise et corrompe les hommes. C’est durant cette année d’épreuves dont toutes ne reviennent pas vivantes qu’elles sont censées éliminer cette magie séductrice qui les consume.
  • Parce que l’héroïne, Tierney, est éprise de liberté et différente des autres. Lors de la Cérémonie du Voile précédant l’exil, elle espère qu’aucun homme ne la choisira. Elle ne veut pas de cette vie d’épouse qui la forcerait à répondre au moindre désir de son mari et à lui donner un fils, sans quoi elle perdrait le respect de la société. La jeune femme n’a pas non plus l’impression qu’une quelconque magie coule dans ses veines et son esprit affûté n’aura de cesse de chercher des réponses à ses questions, malgré les obstacles et les doutes qui s’insinuent parfois en elle.
  • Parce que L’Année de Grâce est une dystopie résolument féministe. L’ambiance est lourde, oppressante et violente mais surtout totalement obsédante. Comme une lumière dans l’obscurité inquiétante de la forêt qui servira de maison à Tierney durant une année, Kim Liggett n’oublie pas les amoureux de l’amour et apportera une touche de romance d’une pertinence indéniable…
  • Parce que ce roman est dans la lignée de Sa Majesté des Mouches et de La Servante Écarlate, avec une petite touche de Hunger Games. Dans ce livre coup de poing dont les droits ont déjà été achetés pour une adaptation sur grand écran, la plume de l’autrice nous envoûte et nous berce pour mieux nous torturer quand on s’y attend le moins. Kim Liggett ne tombe pas dans l’écueil de faire de son personnage principal une héroïne parfaite et consciente de la lutte dans laquelle elle s’engage. La jeune femme cherche surtout à survivre, quitte à renoncer à une partie de ce qu’elle est.
  • Parce que ce roman délicieux aux ingrédients savamment dosés rassasiera les lecteurs friands d’intrigues pleines de manipulations et de révoltes. Du livre objet à l’intrigue bien ficelée en passant par les personnages attachants, les réflexions pertinentes et les révélations fracassantes, L’Année de Grâce est un condensé de bonnes idées formant une véritable machine à coups de cœur. Kim Liggett manie avec brio les codes de la dystopie et passe un message féministe fort sans jamais trop en faire ; c’est captivant, intelligent et dévastateur.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Un an d’exil en forêt. Un an d’épreuves. On ne revient pas indemne de l’année de grâce. Si on en revient.

Les personnages. Tierney est une jeune femme indépendante, sûre d’elle et très observatrice. Ses camarades d’exil sont quant à elles terrifiées, manipulables et, pour certaines, terriblement cruelles.

Les lieux. Le roman commence dans le Comté de Garner où vivent les filles avant d’être envoyées en exil dans la forêt.

L’époque. L’histoire débute la veille de la Cérémonie du Voile où les hommes choisiront leur future épouse… si elles survivent à l’Année de Grâce, bien sûr.

L’auteur. Kim Liggett est une autrice américaine vivant à New York. Tour à tour chanteuse, artiste et entrepreneuse, elle signe ici un roman poignant, sombre et féministe sur lequel les studios Universal ont déjà mis une option. Affaire à suivre…

Ce livre a été lu avec plaisir par Anne-So Echos de Mots, blogueuse spécialisée dans la littérature jeunesse et ado. « Pour moi, la lecture peut être aussi bien un plaisir personnel dans lequel on court se réfugier qu’une excuse pour échanger et rencontrer d’autres lecteurs. Je suis une amoureuse des mots toujours intéressée par de nouvelles découvertes. »

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !