Au « Boutique hôtel » de Christian Dorsan, l'inconsolé voyageur solde ses comptes

RUPTURE « Boutique hôtel » de Christian Dorsan est paru le 1er octobre 2020 chez Vibration éditions

Marceline Bodier membre de la communauté 20 Minutes Livres.

— 

Boutique hôtel
Boutique hôtel — Vibration éditions
  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd'hui, « Boutique hôtel » de Christian Dorsan, paru le 1er octobre 2020 aux éditions Vibration.

Marceline Bodier, contributrice du groupe de lecture 20 Minutes, vous recommande Boutique hôtel de Christian Dorsan, paru le 1er octobre 2020 aux éditions Vibration.
 

Sa citation préférée :

Je joue le mystérieux et je m’amuse de les voir projeter leurs fantasmes sur mon silence.
 

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que la notion de « place » prend une… place singulièrement cruciale et envahissante pour un livre qui n’a pas été écrit par Annie Ernaux. La place, c’est celle dont on ne peut pas bouger, celle du « Pater », prolétaire, et de son fils, qui a conscience qu’il « échappe à [sa] condition en ayant peur d’y replonger ». La place, c’est celle que prennent les autres, qui décident « à notre place ». Et puis c’est celle que le narrateur se fait voler dans l’avion à l’aller, tandis qu’au retour, il se dépêche de la rejoindre parce qu’il sait qu’elle l’attend. Plus qu’un symbole : une preuve.
  • Parce que l’ex amant que le narrateur fuit appartient à la classe moyenne et le dominait donc socialement, d’une manière dont le narrateur a conscience que « cela devait rassurer [ses parents] que leur fils vive avec quelqu’un que l’on pourrait modeler ». Il s’est toujours senti être « la caution morale vivante de [la] conviction politique [de ses parents] ». Dès lors, le fuir, c’est bien plus que tenter de se remettre d’un chagrin d’amour : c’est aussi préparer sa rupture avec son milieu d’origine.
  • Parce que l’homosexualité est une différence qui rapproche. Elle n’est pas au cœur du livre : Ex pourrait être une femme, et l’histoire serait la même. La famille d’Ex aurait le même regard de supériorité sociale, et les troublantes similitudes avec l’histoire de Béquilles seraient les mêmes. Mais le narrateur aurait-il pu nouer la même relation de complicité avec un grand-père qui se confie à lui sur sa crainte que son petit-fils ne se sente en marge de la famille à cause de son homosexualité ? Ça, c’est un sentiment dont il peut parler, parce qu’il en a fait personnellement l’expérience…
  • Parce que « Ex » n’est pas là, et pourtant, le livre dresse de lui un portrait complet car tout ramène à lui : la rupture des parents, l’histoire de Béquilles, Aboyeur et Bô Gosse, mais aussi la préparation de la valise ou le buffet du petit-déjeuner. « Il n’a plus le droit d’être dans ce que je vis. Et pourtant, il est présent à chaque fois » : rarement on aura eu un aussi beau portrait d’un homme qu’on ne voit jamais… à un tel point que rien ne semble plus naturel que le voir surgir quand même. Au risque de ne pas le reconnaître…
  • Parce qu’après Celui de nous deux qui part le premier, j’ai retrouvé avec bonheur le style très personnel de Christian Dorsan, qui excelle à imprimer des doubles sens à ses phrases en donnant à ses personnages des noms inspirés de leurs traits saillants (Ex et Remplaçant, mais aussi Flotte au vent, Joli petit couple, Béquilles, Aboyeur…). Cela nous offre la lecture de savoureuses phrases qui font sourire hors de propos. « Aboyeur a donc commencé son service, je peux rejoindre Béquilles » : croyez-moi, dans cette phrase, « béquilles », qui est le nom de la confidente, a un vrai double sens…
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Pour fuir le mariage de son ex-amant, le narrateur part pour une semaine sur une île, au Boutique Hôtel, parce que « dans le voyage, on est débarrassé de soi dans ses habitudes ». Mais comment se trouver soi-même quand tout fait surgir le souvenir d’« Ex » ? Pas d’une manière prévisible, en tout cas !

Les personnages. Une galerie de personnages, avec un souci du détail révélateur… Par snobisme, Ex avait décidé que le narrateur et lui seraient barbus. Le narrateur se rase : geste d’affirmation après avoir été largué. Ex, lui, se rase sous l’influence de Remplaçant. Dans leur trio, qui a pris la place de l’autre ?

Les lieux. Ce n’est pas anodin que l’histoire se passe dans une île, lieu de passage dont on saura peu de chose, et où il faut recréer des habitudes. Lorsque le narrateur la quitte, il déclare : « Je me laisse ici : toute cette partie de moi qui me pesait restera sur cette île ». L’île est « sa place »…

L’époque. Une époque où on peut à la fois utiliser un téléphone portable pour envoyer un SMS qu’on regrette, et vivre une semaine sans ouvrir ce même téléphone. La nôtre, donc, mais avec une subtile différence. Bien sûr ! De même qu’une île suspend la réalité, la semaine à Boutique Hôtel suspend le temps.

L’auteur. Christian Dorsan signe un sixième roman qui donne envie d’en parler de manière aussi brillante qu’il le fait régulièrement pour ceux des autres dans les colonnes de 20 minutes. Même s’il dit « Nous ne sommes jamais vraiment nous pour les autres, nous ne sommes que l’image qu’ils se font de nous ».

Ce livre a été lu avec un sentiment d’universalité : qui n’a pensé un jour « Je suis un résidu de notre couple, et je lutte contre ce vestige » ? Personne, et les étapes de renaissance que traverse le narrateur pourraient être les nôtres.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !