Dix-neuvième épisode de « Mortal Derby X », le nouveau roman-feuilleton de Rocambole pour 20 Minutes

#LISEZCHEZVOUS Retrouvez chaque jour à 17h un nouvel épisode du feuilleton littéraire de l’appli Rocambole et 20 Minutes : « Mortal Derby X », de Michael Roch

L.B.

— 

"“Nous souhaitons de nouveau la bienvenue à nos auditeurs et téléspectateurs pour la retransmission en direct, en-di-rect, de cette première manche de le Ligue Quad Derby™ !
"“Nous souhaitons de nouveau la bienvenue à nos auditeurs et téléspectateurs pour la retransmission en direct, en-di-rect, de cette première manche de le Ligue Quad Derby™ ! — GettyImages

Chaque jour à 17 h, retrouvez sur 20 Minutes un nouvel épisode de Mortal Derby X, le roman-feuilleton de  Rocambole, l'appli pour lire autrement. Cette série de SF nous projette dans un monde post-effondrement, dont le sport roi est le Quad Derby, confrontation à mi-chemin entre Roller derby et Rollerball. Son auteur, Michael Roch, n’est pas un inconnu. Il a déjà publié des romans de science-fiction et anime la chaîne Youtube La brigade du livre.

Résumé des épisodes précédents : Au cours d’un accident dans un match de Quad Derby, Molly Pop, star de ce sport, se fait violemment éjecter de la piste par une autre concurrente. Elle se réveille à l’hôpital avec des prothèses à la place des jambes et de la haine au fond du cœur. Ce qui n’est pas toléré dans le Cocon, seul protecteur de l’espèce humaine depuis le Grand Effondrement de 2030… Molly est condamnée à l’exil. A peine sortie du Cocon, elle tombe sur Tob qui lui fait découvrir Althen, la plus grande ville du Monde Libre et l’enrôle dans son équipe pour participer au Mortal Derby X. Au cours de la compétition, Molly découvre une bombe menaçant le Cocon et Althen. Les autorités du Cocon passent un accord avec elle. Si elle parvient avec son équipe à empêcher la bombe d'exploser, elle sera réintégrée. Mais après son succès, c'est toute l'équipe qu'elle veut faire revenir au Cocon.

EPISODE XIX - Quad Derby™

Dans le coin de l'ascenseur qui mène les Ravine Skulls en haut du track du Cocon, un petit haut-parleur se connecte à la fréquence Quad Derby™. “Nous souhaitons de nouveau la bienvenue à nos auditeurs et téléspectateurs pour la retransmission en direct, en-di-rect, de cette première manche de le Ligue Quad Derby™ ! Nous sommes très heureux, Garret et moi-même, votre commentateur officiel, très-heu-reux, de vous retrouver. J'ai cru, arrêtez-moi si je me trompe, Garret, entrevoir les mèches rousses de Molly Pop entrer dans un des ascenseurs centraux, expliquez-nous !” Les Ravine Skulls se regardent. Broody B. lève son casque vers la petite enceinte.
— On peut débrancher ce truc ?
— N'y pense même pas. Aucune de vous. Je vous rappelle, on est dans le Cocon. Les règles changent : pas de coup de poing, pas de coup de pied. Pour les hits : hanches et épaules seulement.
Broody grogne. La tension est si épaisse qu'elle pourrait croquer l'air d'un coup de dents. L'équipe en a pour quelques minutes de montée. Leurs corps sont tendus de nervosité.
— N'oubliez pas pourquoi vous faites ça, reprend Molly Pop : pour vous. Vous le faites pour vous.

Silence. La radio Quad Derby reprend l'espace. “… neuf coureuses de l'équipe des Ravine Skulls disputeront donc cette première manche face à la nouvelle équipe prometteuse, pro-met-teuse, des Rocket Warriors. Cela risque de s'avérer compliqué pour les Ravines puisqu'elles ne connaissent pas le terrain. Les favorites sont bien évidemment, é-vi-dem-ment, les grandes gagnantes du Championnat quadriennal de Quad Derby™, j'ai nommé les Cherry, Cher-ry, Blood ! Tous les paris sont placés, mais plus rien n'est sûr, car les GoreGones auraient mis en place une nouvelle stratégie…”

Flow arrache une dernière prière :
— Moi, je fais ça pour Tob. Là où on l'a laissé, il doit sûrement nous regarder sur un vieux visioboard. Cette course, c'est pour lui. Il la mérite.
L'ascenseur est une cage de verre qui grimpe au centre de la tour. Les dénivelés de la piste, encore inconnus des Ravines, se dévoilent un à un. Face à elles, des méandres dessinent le parcours qui les attend. Molly Pop leur passe les détails.
— Comme sur le track d'Althen, vous avez des gouttières qui s'enchainent avec des tubes. Attention à bien contrôler votre vitesse pour ne pas finir au fond du filet. Ce tronçon-là, ce doit être la Tresse. Je n'ai – Molly hésite – jamais pu la tester…
— Prends la gouttière du milieu, la rassure Broody, c'est la plus courte.
La pivot des Ravine vérifie que ses propres tresses sont bien plaquées avant de les faire disparaitre sous son casque rayé. Son visage fermé trahit sa conscience de la situation. Tout se joue sur le Track, Molly devra terminer première, pour elles toutes. Elle est la plus importante. Pourtant, Broody Bee Queen conserve son aura, son rôle de meneuse, de mère auprès de chacune des membres de l'équipe. Molly Pop la regarde ajuster les sangles des coudières de Tit Sè. Elle et Jenny Fer seront les premières blockeuses à sortir de l'ascenseur.
— Tit Sè, Jenny, et toutes les autres. Vous serez dispatchées dans les packs, avec d'autres blockeuses adverses. Votre rôle est à la fois de me permettre de passer à travers vous, mais aussi bloquer les autres jammeuses. La seule différence avec le track du monde libre, c'est que le circuit a un départ et une fin. Si une jammeuse passe, vous aurez beaucoup de mal à la rattraper, sauf en empruntant des raccourcis. Il y en a deux. Les chances sont minces.

“Quatre fois huit blockeuses, quatre packs à dépasser tout au long de cette course d'environ trente minutes, c'est plus que du sport, Garret ! – C'est du Quad Derby™, Monsieur ! – Du Quad-Der-by, évidemment !”

La cage de verre continue son ascension. Elle passe les collines, le tube en aveugle, puis celui qui, translucide, coûta à Molly Pop son accident. Après chaque grande étape, elle dépose RockSan et Narguerite, puis Karot', East Hell. Les filles se donnent du courage en heurtant leurs casques, s'envoient quelques claques aux fesses. Vient le tour de Broody B. et Flow, dernière ligne de départ des packs avant le point le plus haut du track. Molly lui sert le bras.
— Suis-moi à tout prix. Si je chute encore, y'aura que toi pour finir la course.
— Tu ne chuteras pas.

Le nez taquin de Broody disparait derrière le premier méandre de la piste et l'ascenseur file au point zéro. Là-haut, un arbitre agite un fanion blanc au-dessus de sa tête. Molly se concentre, fléchit les jambes, prend appui en tapant son frein sur le sol. Les portes des quatre ascenseurs sont sur le point de s'ouvrir sous les échos du public, amassé en grappes sur des gradins suspendus. Mais bien plus que les portes, c'est la tension elle-même qui libère les jammeuses des quatre équipes. Une tension à la hauteur de l'affrontement qui se prépare sur le Track. L'enjeu de toute une vie pour neuf d'entre elles, réchappées d'Althen, gonflées par le stress, affutées comme la gomme de leurs quads. L'enjeu de celles qui, restées sur le banc de remplacement, les regardent avec des étoiles d'espoir au fond des yeux. Quinze femmes qui regardent le ciel aride comme on attend la pluie. L'arbitre abat son fanion. Molly Pop se propulse hors de l'ascenseur.

Piste blanche. Longueurs chromées. Rien n'a changé sur les hauteurs du Cocon. Molly patine avec force et aisance dans la ligne droite qui surplombe le monde. Ce qui lui coule dans les jambes, ce n'est pas de l'adrénaline. Celle-ci est dans le cœur, dans les bras, sous son casque. Ce qui lui coule le long de ses jambes bioniques, c'est la confiance en elle-même, en ses filles, son équipe. La confiance en cette piste, ce qu'elle lui a apporté et ces sensations retrouvées. Très vite, Molly dépasse ses opposantes et évite la bagarre. Elle sait que, cette fois-ci, elle finira la course. En quelques croisées de quads, la jammeuse amorce déjà le premier virage qui mène au début de la pente. La longue pente courbe qu'elle glissera jusqu'à l'arrivée.

Dans un souffle, Molly Pop s'engouffre dans le premier tube. Le vent contre son visage s'affole dans ses boucles. Les roues de ses quads frappent et grognent sur la surface de la gouttière. Tout fuse, la lumière, le son, l'odeur – qui n'est pas celle d'Althen, qui n'a rien de vivant, qui n'a rien de puissant. Le cœur de Molly s'emballe. Une sensation de déjà-vu la saisit. Elle se revoit filer, ici même, à quelques mètres derrière Ubie Stevna, avant sa sortie de track, mutilée. Mais par-dessus son épaule, c'est la nouvelle jammeuse des Rocket Warriors qui la talonne. Molly Pop se reprend d'un fouettement de jambes. Les lumières du Cocon éclatent tout autour d'elle. Gouttière à ciel ouvert.

Tout glisse. Tout file. Tout flambe. Le track s'étire en une rivière de perceptions où s'entremêlent lignes de course et assourdissements. Il sinue et dodeline, et Molly Pop rebondit dans les creux et dénivelés stratégiques. Prend de la vitesse. Frappe le chrome. Reste sur la corde. Ne pas faiblir. Ne pas dérailler. Ne pas s'éjecter.

L'autre jammeuse est encore dans ses jambes, profitant de son aspiration, lorsque Molly Pop aperçoit le premier pack qui évolue au ralenti sur la piste. Broody, tenue flashy sur peau noire, se distingue des autres coureuses, à ses côtés Flow joue des coudes pour imposer leur présence et former une percée pour leur jammeuse. Moins de cent mètres la séparent des huit blockeuses. Des bras, Molly indique à ses équipières un code stratégique. Flow pivote, bloque l'extérieur du pack et protège Broody B. des coups de hanches. Molly Pop prend la corde. Cinquante mètres. Le pack se prépare au choc frontal et présente ses coudes. Quelques blockeuses comprennent trop tard l'astuce. Au dernier instant, Molly freine. Elle prend la tangente. Alors que la jammeuse adverse s'écrase sur le Pack, elle file sous les jambes de Flow, Broody sur ses talons. Et toutes deux décampent dans le tube translucide sous la rumeur ravie et étonnée des gradins.
— Ça roule ? lance la pivot.
— En plein rush !
— Est-ce qu'on est pas en train de les broyer, tes petites copines ?
Molly lui renvoie son sourire. Elle se frappe le casque. Rester concentrée. Patiner. Sentir le quad coller le track, coller la gouttière, coller la pente. Juste après le tube, un petit embranchement attire leur attention. Elles ont vu le raccourci, étroit et dangereux. Intuitivement, elles ont assimilé la difficulté qu'il leur fallait affronter pour y pénétrer. Elles ont préféré continuer, tracer sur la gouttière entre les filets de secours, garder l'avantage et ne pas prendre le risque de la chute.

Broody adapte son allure. Elle surveille leurs arrières pour que Molly assure l'ouverture. Les autres jammeuses sont loin. Les Ravine sprintent vers le deuxième pack. Il apparait après quelques vagues, survolées en douceur. Molly analyse la position des blockeuses. Elle lève les bras en croix pour prévenir East Hell et Karot' de la stratégie à tenir. Celles-ci obtempèrent. Doucement, elles réduisent l'allure du pack. D'abord en patinant devant leurs adversaires, guidant le rythme des quads. Puis, fendant la chaine humaine, elles glissent sur l'arrière du pack. Elles occupent l'espace.

Molly Pop et Broody déboulent comme deux furies sur une proie. D'un appel de la voix, Molly sème la pagaille. East Hell envoie ses hanches percuter à droite. Karot' tamponne une blockeuse à gauche. Une brèche se forme, se referme. Bagarre. Hit. Croche-pieds. Quatre blockeuses sont à terre. Une glisse par-dessus le rebord de la gouttière. Molly Pop avale quelques mètres sans parvenir à franchir la barrière de corps. Broody ne sait plus ce qui gonfle ses tempes, si c'est le ronflement des quads ou la liesse de la foule enfiévrée qui leur parvient des gradins. Les jambes s'emmêlent. Les coudes s'entrechoquent. On est tirée, puis heurtée.

Ce qui reste du pack disparait dans un tube sans lumière. Le silence remplace la pression. La pénombre envahit chaque parcelle du corps, chaque territoire de l'esprit. Les coureuses patinent à l'instinct, sans savoir qui se tient à gauche, qui se presse à droite. Quelques appels criards sonnent des positions, des tactiques de rassemblement. La lumière revient, peu à peu, du bout du tunnel. On ne sait plus où on est ni qui est qui. Les premiers hits remettent les idées en place. On accélère encore. Les battements de cœur, aussi.

Sur la gouttière, Molly Pop n'est plus leader de la course. Elle colle au train de la jammeuse des Rockets. La petite a profité de la rixe et de l'étourdissement du tunnel pour remonter par miracle. Broody B. est trop loin pour tenter une agression à deux. Molly profite de l'aspiration. Une meilleure occasion se présentera. Elle se résout à foncer, sans risque, attendant son tour, quand déjà, les casquées du troisième pack apparaissent.

La leader balance un geste large des bras sans remarquer que, derrière elle, Molly indique à son équipe de semer la pagaille dans le pack. Elle jette un regard en arrière : le reste des blockeuses est au corps à corps avec les deux dernières jammeuses. Broody remonte petit à petit. C'est sa chance. Molly se jette en avant, vient déranger la leader. Celle-ci se maintient, évite une à une les attaques de la Ravine. Molly Pop persévère. La Rocket la repousse encore. Broody B. est sur le point de lui prêter main-forte, mais le trio tombe bien vite dans l'impasse. Le troisième pack fait rempart. Entre leurs roues, Narguerite et RoskSan s'activent. Elles sapent les fondations. Les tactiques adverses ne résistent pas. Les jambes s'emmêlent. Personne ne passe. Ni la Rocket, ni les Ravine. Toutes les coureuses se resserrent à l'entrée des collines. Le bouchon se cimente.

Hits. Pagaille. Épaule contre épaules, hanche contre hanche. On se soutient, on se croche-patte. Molly glisse. Essuie le dénivelé. Frein. Elle est entrainée dans des lignes dangereuses. Hit. Des mains, des cuisses, des grimaces et des regards acides. Molly Pop expulse quelques têtes au fond des filets. À droite, Broody B. relève Narguerite, qui a chuté. East Hell envoie coup sur coup sur une pivot adverse, qui lutte, qui répond. Molly se remet d'aplomb. Esquive. Rebelle. Va chercher la corde. Des casques étoilés sont déjà partis devant. Elle vacille dans la mêlée. Flow vient l'épauler. Elle a perdu du terrain. Il est temps de se reprendre.

Ça pue la chaleur des corps. Ça dégouline de sueur et d'agressivité. Ça hulule en tous sens, ça jappe, ça feule. Ça crie la gomme des freins, le métal des quads sur le chrome torturé. Ça rugit au creux des genoux, sous les cages thoraciques, chaque cuisse en feu, chaque mollet en alerte. Et puis ça fend. Molly fend la masse. Indéniablement avantagée. Elle place chaque foulée, chaque quad. Elle ouvre dans les vagues, sprinte dans les creux, prend appui sur les erreurs des blockeuses adverses, celles qu'elles laissent dans leur sillage. Elle se faufile. Elle cherche Broody du regard, mais la pivot n'est plus là. Molly Pop frappe le track. Elle frappe et passe le pack.

Sur la gouttière-colline, elle se libère enfin du poids de ses adversaires. Elle trace avec, au fond de l'œil, un seul objectif : le casque étoilé de la première jammeuse. Il rebondit entre les bosses. Molly Pop ne prend pas la peine de calculer de trajectoire. Elle cavale. Elle décolle. À chaque saut, c'est sa rage qui s'envole, sa rage de vaincre, celle qu'elle a toujours tenue en cage et qui, au contact du monde libre, s'est muée, s'est libérée, est devenue si claire et limpide qu'elle la comble aujourd'hui d'une force contre toute épreuve. Molly Pop fonce et rien ne l'arrête.

Derrière les collines, les jammeuses se battent déjà dans les déboires du dernier pack, à l'entrée de la tresse. En quelques croisés de jambes, Molly Pop s'y poque, s'y fritte. Tit Sè l'arrange, libère une évasion. Molly Pop braque, glisse sous les quads de sa blockeuse, se retrouve au bord du pack. Une adversaire la heurte. Les casques s'entrechoquent. Tit Sè vient en renfort, la pousse vers l'avant, mains sur les hanches. Où est Broody, lui gueule Molly, je ne vois pas Broody ! Tit Sè essuie un hit. Répond par un cri. Le pack l'avale. Molly Pop file par l'entrée médiane de la tresse.

Elle est seule, mais elle est passée. Elle ne sait pas où en sont les autres. Où en sont les adversaires. Donc elle patine. Molly Pop crame la gomme de ses quads dans les méandres de la gouttière. Parfois, sur les portions hautes, elle perçoit les arrondis de quelques casques du pack, dépassant des parois. Mais pas d'étoiles. Pas de jammeuses. Alors elle se courbe, elle accélère encore. Elle s'essouffle presque, remontant à perdre haleine d'une portion basse de la tresse, jusqu'à la fin du dernier obstacle. Jusqu'à la dernière ligne courbe.

C'est là qu'elle la voit. La Rocket, la concurrente. Une bonne dizaine de mètres devant elle. Irrattrapable, en somme. C'est là qu'elle la sent, sa Broody B., quelque part dans son dos. Non, quelque part au-dessus d'elle. La pivot des Ravine Skulls surgit d'une gouttière surélevée. Elle vole au-dessus de Molly, vrille, réatterrit sur la piste. Elle fait face à Molly Pop, lui tend les mains, plus concernée que jamais. La jammeuse la rattrape en deux poussées.
— T'étais où, bordel ?!
— Sur ce putain de raccourci ! Chope-moi, je te balance !

Molly Pop l'attrape aux poignets. Broody B. la tire comme un diable vers les enfers et la catapulte entre ses jambes. Molly Pop se plie, en équilibre sur un quad, la jambe droite tendue comme un fer de lance, elle arrache la distance qui la sépare de la leader. Torsion, jeu de quads, le frein en appui, elle ouvre, se rétablit et frappe le track. La voilà qui taquine la leader de la course à quelques longueurs de l'arrivée. La voilà qui grignote les centimètres de chrome. La voilà qui grogne dans les hanches de la jammeuse des Rockets.

Mais elle se fout de la ligne d'arrivée. Elle le sent dans ses veines : ce qui y coule, ce n'est pas la victoire, ni même son désir. Ce qui inonde son corps, sous sa peau bouillante, sous celles de toutes ses blockeuses, sous leur poitrine, dans leur cœur : c'est le track, c'est le Derby. Il est leur raison de vivre, leur raison de pousser la vie vers ses extrémités. C'est le Derby qui les a façonnées. C'est au Derby qu'elles s'en remettent. Molly Pop ferme les yeux, car il lui faut capturer le souffle. Capturer le temps. Capturer la course. Qu'importe l'arrivée, elle sait qu'elle remontera sur le track. Il n'y a que lui qu'elle écoute. Elle écoute la vitesse dans ses mèches. Elle écoute la brûlure de ses muscles. Elle écoute la liberté qui roule sous ses quads. Elle sait qu'elle lui appartient. Tout comme la victoire, lorsqu'elle rouvre les yeux.

FIN

Découvrez d'autres séries sur l'appli Rocambole pour iOS ou Android.