Vingt-troisième épisode de « L’Ancre Noire », le roman-feuilleton de Rocambole pour 20 Minutes

#LISEZCHEZVOUS Retrouvez chaque jour à 17h un nouvel épisode du roman-feuilleton de l’appli Rocambole et 20 Minutes : « L’Ancre Noire » de Tina Bartoli

Laurent Bainier

— 

"Dans cette échappée sinistre et solitaire, je revois le regard azur de Joachim.
"Dans cette échappée sinistre et solitaire, je revois le regard azur de Joachim. — Intographics/Pixabay

En partenariat avec Rocambole, l'appli pour lire autrement, nous vous proposons chaque jour à 17 heures un nouvel épisode du feuilleton littéraire L’Ancre Noire de Tina Bartoli.

Résumé de la saison II (le résumé de la première saison est ici)

Joachim, le fils aîné de Jean De Saint Geores s’est réfugié en République tchèque après une vie de chercheur de trésor qui l’amena, notamment, à assister le 8 août 2008 au naufrage de L’Espérance deuxième du nom, avec à son bord Abel et sa classe. Pendant des années ensuite, il chercha en vain la trace de l’épave de ce navire, jusqu’à ce que, visé par une enquête pour pillage d’épave, il se réfugie loin de la mer. Alors qu’il se promène dans un village, un vieil homme lui donne une bible. A l’intérieur de la reliure, il découvre une partie de la correspondance cryptée d’Estienne Lebel, premier propriétaire du manoir de son père, au XVIIIe siècle. En la déchiffrant, il comprend que Lebel avait fait croire au naufrage de la première Espérance pour toucher un pactole de 500 kilos d’or avec l’aide du capitaine Dupasquier à qui il promet la main de sa fille. Malheureusement, le capitaine semble avoir fait naufrage sur le chemin du retour, le 8 août 1788, avec son magot. Le fils De Saint Geores retourne au manoir de son père, où il aperçoit Clémence alors captive, et cherche en vain des détails supplémentaires sur L’Espérance. Il assiste impuissant à l’embrasement du manoir qui avait clos la saison I. Sauvant Octave de l’incendie, Joachim fuit à Paris. Mais lorsque son frère lui parle de l’ancre tatouée sur l’omoplate de Clémence, il comprend qu’elle est la femme d’Abel, le naufragé de 2008 et se met en tête de la retrouver d’abord en Corse où il retrouve sa trace et la pousse, en la poursuivant, à prendre un vol pour le continent. Puis à Hyères, où la jeune femme a retrouvé son ex-beau-père, André, et son ex-belle-mère, Daphné, souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Mais en pleine nuit, Daphné prise d’une crise de démence, tente de l’assassiner avant de s’enfuir en mettant le feu à la forêt alentour. Aux urgences, alors qu’elle attend des nouvelles de Daphné, Clémence est rejointe par les deux frères au terme d’une course-poursuite. Elle finit par les écouter et comprendre qu’ils ne lui veulent pas de mal. Ils repartent tous ensemble chez Daphné et André et vivent quelques jours paisibles. Clémence et Joachim échangent leurs infos concernant L’Espérance mais des zones d’ombre demeurent… A la faveur d’une visite dans une église, ils découvrent un tableau de la Laure, le bateau qui devait ramener les lingots d’or. Le navire, comprennent-ils, a sombré dans une tempête au large de la Bretagne mais un homme a survécu. Les deux frères et Clémence partent sur ses traces

SAISON II, EPISODE 12 – Prémonition

Je pousse doucement la porte. La pièce est plongée dans la pénombre et il y règne un silence de mort.
– Il y a quelqu’un ? tentai-je d’une voix mal assurée
Seule me répond la plainte sinistre du vent s’engouffrant dans les persiennes délabrées.
Je devine dans le fond une volée de marches défoncées. J’hésite ; ce lieu est aussi lugubre qu’un caveau funèbre. Alors que je sens courir lentement un insidieux picotement le long de mon échine, un traître courant d’air fait claquer la porte. Je pousse un cri de stupeur et, d’un bond, je franchis le seuil. À cet instant, je perçois un mouvement à l’étage ; le bois du plancher craque, il y a quelqu’un là-haut. Sans réfléchir, je m’enfonce dans les couloirs glauques à la tapisserie fatiguée du rez-de-chaussée.

Bientôt, je suis saisie par l’écho d’un vrombissement assourdissant. Je devine du mouvement à l’extérieur du bâtiment. Risquant un œil par la vitre crasseuse d’une fenêtre, j’aperçois des hommes en noir se déployer dans le jardin. Les craquements à l’étage se répètent et, soudain, un éclat de rire cynique et glaçant retentit. Paniquée, je me mets à courir dans un long corridor sombre et humide.

Dans cette échappée sinistre et solitaire, je revois le regard azur de Joachim. La dernière fois que je l’ai croisé, c’est de la détresse que j’y ai lue. Mon cœur se serre et j’accélère.
Je suis brusquement éblouie par la lumière du jour. Je ne sais pas où je suis, je ne sais pas où je vais. Je devine seulement la surface grise de la mer déchaînée. Au loin, il me semble distinguer les mâts d’un vieux bateau agité par la tempête. Le vent mugissant susurre perfidement à mon oreille des cris de peur et de douleur, tandis que des tirs retentissent dans mon dos. Mes nerfs lâchent, je m’effondre.

Quand je relève la tête, j’aperçois la silhouette d’un homme qui porte un chapeau. Il tient en joue quelqu’un, agenouillé à ses pieds, et il rit. Je me sens faible, mais je fais un effort pour me relever. Glacée d’effroi, je constate alors que mes mains sont maculées de sang. Mon cœur se soulève et je vomis sur la terre froide et dure de ce qui ressemble maintenant à un désert.

Enfin, l’homme à genoux tourne la tête dans ma direction et je le reconnais : c’est Octave.
Un coup de feu me réveille en sursaut. Je comprends alors que le compte à rebours vient de commencer.
 

Ainsi s’achève la saison II de L’Ancre noire. Pour suivre les aventures de Clémence, il vous faudra donc patienter un peu. A suivre…