« Delhi Noir », recueil de nouvelles très très noires: L’Inde, invité d'un salon Livre Paris annulé (4/4)

INDE « Delhi Noir » de 14 auteurs est paru en avril 2012 chez Asphalte Noir

Christian Dorsan membre de la communauté 20 Minutes Livres.

— 

Delhi Noir
Delhi Noir — Asphalte Noir
  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd'hui, « Delhi Noir », recueil de nouvelles de 14 auteurs indiens, paru en avril 2012 aux Éditions Asphalte Noir.

Christian Dorsan, écrivain, blogueur et contributeur de la première heure du groupe de lecture « 20 Minutes Livres », vous recommande Delhi Noir recueil de nouvelles de 14 auteurs indiens, paru en avril 2012 aux Éditions Asphalte Noir.

Sa citation préférée :

« A l’époque, j’étais un gringalet, avec des bras comme des brindilles, exactement comme tous les gamins qui harcelaient les voyageurs se pressant dans les stations de bus. Puisque j’étais invisible pour la plupart des gens, je pouvais entendre des conversations et récolter des tuyaux utiles à Hoshiyaar. J’embobinais les clients, il les achevait. »

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que regarder un pays comme l’Inde par le petit bout de lorgnette est un excellent apprentissage de ce pays. Le recueil de nouvelles « noires » est une autre manière d’aborder l’Inde que l’on cantonne trop souvent comme terre de spiritualité où l’organisation en castes serait une sorte de fatalité à la misère. Delhi est une ville dans laquelle s’échoue la pauvreté la plus dépouillée à la richesse la plus ostentatoire. Le tout coexiste entre l’envie des uns et l’indifférence des autres. Quatorze nouvelles nous donnent un aperçu d’une société plus complexe qu’il n’y paraît.
  • Parce que dans une ville aussi grande que celle-ci, il n’y a pas d’anonymat : dans la nouvelle « Stationnement », des voisins jaloux contactent la police parce que la voiture de la maîtresse d’un riverain gêne trop souvent le quartier. Dans « Dernier entré, premier sorti », un conducteur de rickshaw mène une enquête afin d’éviter un assassinat. Tout le monde s’épie, tout le monde juge et n’hésite pas à prendre parti.
  • Parce que Delhi est un port d’échouage pour des Indiens qui fuient leur province poussés par la misère. Ils vivent de petits boulots ou de combines. L’une d’entre elle relatée dans L’Arnaque, est de raconter aux touristes naïfs des histoires tragiques pour leur soutirer de l’argent. Dans Menu fretin, un gosse des rues sous tutelle d’un malfrat, repère un couple à la gare des bus, il leur propose de leur acheter des billets et les apporter à leur hôtel. Le malfrat prend les choses en main, et le tout finira dans un bain de sang.
  • Parce que les vies sont exploitées ; on y rencontre des petits commerces éphémères comme dans Les Murs de Delhi où un agent d’entretien trouve un trésor, on y trouve un homme sans scrupule qui tue et violente tout ce qui le gêne pour s’offrir une vie confortable (La Pensioni) ou plus étonnant encore, l’ascension et la déchéance d’un jeune étudiant qui va se laisser entraîner dans la prostitution par amour d’une femme manipulatrice (L’Aunty de la gare).
  • Parce que il faut lire, pour avoir une touche d’humour et d’espérance, Comment j’ai perdu mes habits. L’histoire d’un consultant accro à la drogue, qui se retrouve nu un matin dans un parc de Délhi. Il va perdre ses clients, ses amis, sa voiture, son appartement lors d’une journée d’errance dans la ville pour le soir venu, trouver une opportunité d’un business étonnant qui fera sa fortune.
  •  

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. 14 nouvelles qui parlent de la vie à Délhi, sanglante, humoristiques ou tragiques.

Les personnages. Vendeurs à la sauvette, politiques pourris, flics corrompus, conducteurs de rickshaw, femmes fatales ou quidams égarés.

Les lieux. Délhi.

L’époque. Epoque actuelle.

L’auteur. 14 auteurs indiens avec des styles différents : Omair Ahmad, Radhika Jha, Tabish Khair, Irwin Allan Sealy, Ruchir Joshi, Nalinaksha Bhattacharya, Meera Nair, Siddharth Chowdhury, Mohan Sikka, Palash K. Mehrotra, Hartosh Singh Bal, Hirsh Sawhney, Uday Prakash et Manjula Padmanabhan.

Ce livre a été lu avec passion au-delà des clichés sur l’Inde ; Parfois sanglant, parfois plein d’humour, ces nouvelles sont autant d’histoires qui nous apprennent par petites touches la vie tumultueuse de cette ville où s’échoue toute la misère de ce continent.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !