Des lycéens pas si sages « Comme des Images »

JEUNESSE « Comme des Images » de Clémentine Beauvais est paru en septembre 2019 chez Sarbacane

Echos de Mots membre de la communauté 20 Minutes Livres.

— 

Comme des Images
Comme des Images — Sarbacane
  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd'hui, « Comme des Images » de Clémentine Beauvais, paru le 4 septembre 2019 aux Éditions Sarbacane.

Anne-So Echos de Mots, blogueuse littéraire et contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres », vous recommande Comme des Images de Clémentine Beauvais, roman ado (dès 13 ans) paru le 4 septembre 2019 aux Éditions Sarbacane.

Sa citation préférée :

Tout le monde se confond avec tout le monde. On s’attend toujours à ce qu’on arrive pile à tel endroit, à tel moment, et donc c’est toujours exactement ce qu’on fait – on pourrait aussi bien être quelqu’un d’autre sans que ça se remarque. On passe d’une personne à l’autre, on parle à l’un comme à l’autre, on confond tout le monde… On se laisse tomber et on se récupère comme si rien n’était arrivé. Il n’y a rien de solide nulle part, rien ni personne n’est irremplaçable. On vit parmi nos propres doublures.

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que Comme des Images est un roman puissant exécuté avec subtilité et intelligence. La talentueuse Clémentine Beauvais nous prouve, encore une fois, que sa plume peut être poétique et pragmatique à la fois. De la première à la dernière page, le lecteur est plongé dans une ambiance bien particulière qui, personnellement, m’a totalement scotchée à mon livre.
  • Parce que ce roman traite de thèmes importants tels que le danger des réseaux sociaux, la difficulté de trouver son identité propre ou encore la force nécessaire pour supporter le poids de la pression scolaire et de la réussite attendue par le corps enseignant ou bien la famille. Le roman se déroule au très prestigieux lycée Henry-IV, à Paris, mais on se rend très vite compte que les problèmes rencontrés par les adolescents ne sont pas uniquement réservés à ce cadre bourgeois.
  • Parce que la narratrice est une jeune femme déroutante. Celle qui ne dit jamais son nom est brillante mais ne parvient pas à trouver sa place et vit dans l’ombre de sa meilleure amie Léopoldine ; une meilleure amie qu’elle a tendance à idéaliser. Ses pensées sont crues et involontairement cruelles ; elle est un exemple de l’adolescence surexposée et soumise aux codes sociaux qui ne se rend plus compte que, dernière l’image, peut bien souvent se cacher une tout autre réalité.
  • Parce que ce roman commence par la phrase harpon « Il y a un corps dans la cour du lycée Henry-IV » et se déroule sur une journée. La narration est faite de flashbacks dont l’un des premiers nous apprend qu’une vidéo « dégradante » de la meilleure amie de l’héroïne a été envoyée aux élèves, aux parents et aux professeurs du lycée. De là, se déroule sous les yeux des lecteurs, une intrigue qui en cache peut-être une autre, inattendue…
  • Parce que Comme des Images est, pour moi, un roman étonnant que l’on prend plaisir à lire, qu’on laisse ensuite mûrir et qui nous pousse finalement à réfléchir au-delà. La plume de l’auteure – crue, sans tabou et envoûtante – nous plonge dans une atmosphère à la fois naturelle et lourde. Le mystère de l’identité du corps reste entier un bon moment et les pièces du puzzle de cette journée finissent par s’imbriquer à la perfection, nous rappelant que Clémentine Beauvais a non seulement une plume magistrale mais également un talent certain pour manipuler son lectorat.

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde. Les profs, les lycéens, les parents ; TOUT LE MONDE.

Les personnages. On ne connaît pas le nom de l’héroïne de ce roman qui semble davantage se poser comme un témoin de la vie des autres. Elle est entourée de sa meilleure amie, Léopoldine, qu’elle met sur un piédestal, et de la jumelle de cette dernière qu’elle relègue volontiers et sans se cacher au second plan.

Les lieux. Le roman prend place presque exclusivement dans le lycée Henry-IV, à Paris.

L’époque. L’histoire se déroule de nos jours.

L’auteur. Clémentine Beauvais est une romancière française publiée depuis l’âge de 21 ans. Elle signe notamment Les petites reines (2015), lauréat de nombreux prix dont le Prix Sorcières 2016, catégorie Romans adolescents. Elle est également l’autrice de l’incroyable (et je pèse mes mots) Songe à la Douceur

Ce livre a été lu avec plaisir par Anne-So Echos de Mots, blogueuse littéraire spécialisée dans la littérature jeunesse et ado. « Pour moi, la lecture peut être aussi bien un plaisir personnel dans lequel on court se réfugier ou bien une excuse pour échanger et rencontrer d’autres lecteurs. Je suis une amoureuse des mots toujours intéressée par de nouvelles découvertes. »

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l'un d'entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d'intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d'avance à tous ceux qui cliqueront !