Le manuscrit de ce qui serait le premier récit de Julien Gracq exposé pour la première fois

LITTERATURE « Partnership », texte de 138 pages signé Louis Poirier – il deviendra Julien Gracq –, est visible à la Maison Julien-Gracq à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire)

20 Minutes avec AFP

— 

Des textes de Julien Gracq, lors d'une vente aux enchères à Nantes en 2008.
Des textes de Julien Gracq, lors d'une vente aux enchères à Nantes en 2008. — F.Perry/AFP

Un manuscrit signé Louis Poirier, qui deviendra Julien Gracq, est exposé pour la première fois au public, jusqu’au 6 juillet, dans la maison de l’auteur des célèbres Rivage des Syrtes et Eaux Etroites, à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire).

Ce manuscrit intitulé Partnership « serait le premier récit terminé de l'auteur considéré comme l’un des écrivains majeurs de la littérature du XXe siècle », a précisé la région Pays de la Loire, qui a acquis l’œuvre en 2018 pour la somme de 93.600 euros.

Le texte est signé du véritable nom de l’écrivain, Louis Poirier, professeur agrégé d’histoire et de géographie, natif d’Anjou. Il a été rédigé dans sa maison du bord de Loire, à Saint-Florent-le-Vieil, en 1931. C’est aussi dans cette commune qu’il est né le 27 juillet 1910 et qu’il s’est retiré jusqu’à sa mort à Angers, le 22 décembre 2007.

Déjà le style Julien Gracq

Dans Partnership, il raconte, à la première personne, un déboire amoureux qui a marqué sa première année à l’Ecole normale supérieure, avec de nombreux éléments qui confèrent à cette confidence de 138 pages un côté réaliste.

« Julien Gracq a toujours affirmé ne pas s’être essayé à l’écriture avant son premier roman, Au château d’Argol, publié en 1938. Il est donc probable que lui-même n’ait pas considéré que Partnership ait un statut d’œuvre littéraire », selon un rapport scientifique de la Bibliothèque nationale de France.

Mais il est « difficile » de ne pas chercher Gracq derrière Poirier, à travers « un style soigné, très construit mais fluide, et des formulations étincelantes », a-t-elle ajouté, soulignant que le texte apportait une « lumière nouvelle et exceptionnelle sur la vie et la formation » de l’écrivain.

Il avait obtenu mais refusé le Goncourt

Le manuscrit est exposé jusqu’au 6 juillet dans sa demeure, léguée à la commune et devenue la Maison Julien-Gracq, résidence d’écriture. Il sera ensuite conservé à la bibliothèque municipale d’Angers, a indiqué la région.

Un temps compagnon de route d’André Breton, chef de file du surréalisme, Gracq est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages (romans, théâtre, essais et poésie). Il avait obtenu en 1951 le prix Goncourt pour son roman Le rivage des Syrtes alors qu’il avait prévenu : « Si on me donnait le Goncourt, je ne pourrais faire autrement que de le refuser. » Ce qui fut fait.