«Préférer l'hiver» d'Aurélie Jeannin remporte le prix des Etoiles

Littérature Grâce à ce prix, dont 20 Minutes est partenaire, l'auteure remporte un contrat d'agent de deux ans

Laurent Bainier

— 

Aurélie Jeannin (au micro), lauréate du 3e prix des Etoiles, et Charlotte Allibert, cofondatrice de Librinova.
Aurélie Jeannin (au micro), lauréate du 3e prix des Etoiles, et Charlotte Allibert, cofondatrice de Librinova. — S. Leblanc/20minutes

Un huis clos enneigé entre deux femmes recluses par choix au fond des bois. C’est avec Préférer l'hiver, un premier roman maîtrisé de bout en bout, qu’Aurélie Jeannin a remporté mardi 5 février la troisième édition du 3e Prix des Etoiles de Librinova (dont 20 Minutes est partenaire).

A ses côtés, le jury présidé par Agnès Martin-Lugand, marraine de l'édition a choisi deux deuxièmes ex aequo : le très drôle Indélébile de Valérie Anvers et La Famille témoin, roman à suspense d’Emilie Vila.

Préférer l'hiver succède ainsi à La Fille au mitote de  Marceline Bodier., lauréate en 2018 de ce prix destiné aux nouveaux talents. Son auteure remporte un contrat d’agent littéraire de deux ans, qui devrait lui permettre de trouver rapidement une maison d’édition traditionnelle. En attendant, vous pouvez trouver Préférer l’hiver  en version numérique ici et découvrir notre fiche 2minBooks ci-dessous :

 

Notre citation préférée :

« Ton absence me donne à chaque fois le sentiment d’être la dernière femme sur terre, et j’ignore si je dois me délecter de cette idée, ou la redouter. »

Pourquoi ce livre ?

«Préférer l'hiver», d'Aurélie Jeannin

 

Parce que cette histoire de femmes échouées dans la forêt en plein hiver nous a captivés. Préférer l’hiver est un récit silencieux, sans guillemets, souvent étouffant, qui a fait l’unanimité parmi les jurés du 3e prix des Etoiles.

Parce que « Préférer l’hiver » est un roman postapocalyptique crédible. Aux fins du monde grandiloquentes Aurélie Jeannin préfère l’effondrement intime. Deux femmes, touchées par le deuil, affrontent le jour d’après, celui de l’absence. Ni cataclysme, ni attaque extraterrestre, juste deux drames personnels qu’il faut apprendre à surmonter. La mélancolie aussi est l’hiver du cœur.

Parce qu’Aurélie Jeannin sait écrire la lenteur. Préférer l’hiver, c’est choisir la léthargie, le ralentissement des sens, la privation. Doit-on aimer cette saison parce qu’elle conclut l’automne ou parce qu’elle annonce le printemps ? C’est l’une des questions qui traversent ce livre méditatif.

Parce que le roman est l’aboutissement d’une longue lignée, qu’on songe à Dans la forêt ou My absolute darling. C’est la version « bushcraft » de la littérature sylvestre, un art réduit à sa plus simple expression. Dans Préférer l’hiver, les mots sont rares, les feuilles comptées.

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Une fille et sa mère s’apprêtent à affronter l’hiver dans leur cabane au fond des bois. Coupées du monde par choix, elles font face aux fantômes du passé et aux monstres du présent…

Les personnages. Deux femmes abandonnées de tous. Fils morts, maris envolés, voisins lassés… Même les ragondins finissent par leur tourner le dos.

Les lieux, l’époque. Hic et nunc, façon Petit Bambou. Lâchez prise, oubliez l’automne, le printemps. Aurélie Jeannin va vous faire Préférer l’hiver ici et maintenant.

L’auteur. Aurélie Jeannin a 36 ans. « Elle a étudié la littérature avant de commencer une carrière dans la communication et le conseil », peut-on lire sur sa fiche auteure. Préférer l’hiver, son premier roman, a remporté le prix des Etoiles 2018.

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici