Maternelle, CP, collège et lycée: Des livres (amusants) pour les préparer au grand saut

KIDS Voici une sélection de livres jeunesse pour passer le cap en douceur et humour, et sans excès de pédagogie…

Caroline Delabroy

— 

Un album qui dédramatise le rite de la rentrée des classes
Un album qui dédramatise le rite de la rentrée des classes — Actes Sud
  • Drôles, poétiques, imaginatifs, 20 Minutes a sélectionné des livres jeunesses pour se préparer en douceur aux caps importants de la vie scolaire.
  • De la maternelle au lycée, retrouvez des titres qui paraissent cet été, ou sont pour l’occasion réédités.

Laissons dans les cartables cahiers de vacances et autres devoirs d’été, et misons sur la fiction et le jeu pour aborder en douceur les caps importants de la rentrée. Maternelle, CP, sixième et seconde : 20 Minutes a sélectionné, parmi les parutions de l’été, des livres jeunesse pour chacun de ces âges, où priment l’humour et le plaisir d’être élève. Car oui, cela est possible !

Maternelle, l’âge de la séparation :

« Maman à l’école » (Actes Sud Junior)

A la troisième page, le regard de la petite fille nous saisit. C’est juste avant de pousser la grande porte jaune au bout du couloir, et de découvrir « des gars et des filles » de son âge qui pleurent. « Et ils avaient une excellente raison : figurez-vous que leurs parents étaient partis. Disparus ! Envolés ! », s’exclame-t-elle avant d’essayer toutes les parades pour empêcher sa maman de s’échapper à son tour : la technique de la moule et du bébé orang-outan, la position du chat sauvage, la chauve-souris, la technique du chiot écrasé. De guerre lasse, la maman reste, et partage ce premier jour d’école en essayant tant bien que mal de s’adapter.

Sous le trait tendre de l’illustratrice Pauline Martin, Eric Veillé déploie une histoire toute simple, en apparence, et qui touche juste. La présence de la maman devient de plus en plus risible, d’autant que le récit reste toujours à hauteur d’enfant, la petite fille étant la narratrice du livre. Au passage, les rites de la journée sont expliqués (temps des parents, du repas, des jeux, des activités, etc.). Et la conclusion s’impose avec une belle évidence : l’école, c’est bien mieux sans les parents !

Et aussi : Pour un bain de tendresse, plongez sans mesure dans Premier Matin de Fleur Oury, dont les dessins au feutre sont si proches des enfants. Vous suivrez le chemin à travers bois d’un Petit Ours inquiet et de Grand Ours, qui lui explique au fil des pages pourquoi on va à l’école. « Surtout, tu vas t’amuser et grandir », lui dit-il, avant de le laisser avec ses copains de la forêt et lui lancer l’éternel mot doudou : « A ce soir, Petit Ours ».

Maman à l’école, Eric Veillé, illustré par Pauline Martin, Actes Sud Junior, 5,40 €. A partir de 3 ans.

Premier Matin, Fleur Oury, Les Fourmis Rouges, 14 €. A partir de 3 ans.

CP, l’apprentissage d’être grand :

« Le CP, c’est génial ! Surtout les copains » (Gallimard Jeunesse)

Pas très amusant pour le coup la deuxième journée de CP pour Arthur. Il y a certes ses super copains de maternelle, Anissa, Sofiane et Thomas, mais pas question de jouer encore aux gendarmes et aux voleurs. Lui veut découvrir le monde, il part de son côté. Et pif, voilà qu’un ballon lui tombe sur la tête. Il est bon pour un œil au beurre noir (une « tête de pomme pourrie » en langage CP) et un passage à l’infirmerie. Illico, sa bande de maternelle vient à son secours, mais de nouvelles amitiés vont peut-être naître de ces rencontres un peu brutales.

Plusieurs titres sont déjà parus dans cette collection qui raconte avec humour 100 histoires, découvertes ou petits événements liés à la vie de l’école et racontés par Arthur, que l’on accompagne dans cette étape importante de la rentrée au CP. Parce que chaque jour compte à cet âge-là, où petites peines et grandes joies se côtoient facilement. Un livre à lire à haute voix, puis en mode première lecture : à la fin du livre, on trouve aussi un petit dico et des jeux.

Et aussi : « On goûte chez notre vieille tante, comme parfois le dimanche. Installés face à elle pendant qu’elle boit son thé, on compte ses poils un à un. Maintenant, on sait compter jusqu’à 100 ! » Dans cet almanach intime et poétique, on suit l’année ordinaire de l’extraordinaire Olga, soit un regard plein de tendresse et souvent décalé sur une année scolaire, qui permet à l’enfant de se projeter dans un avenir plein de promesses. Ainsi, l’année s’écoule entre ses climax incontournables (la rentrée des classes, Halloween, le réveillon, la chandeleur, les grandes vacances…) et ses moments particuliers (un papy malade, la naissance de chatons, la pluie qui tombe…).

Mes 100 premiers jours d’école. Le CP, c’est génial, par Mathilde Bréchet, Folio Cadet (Gallimard Jeunesse), 4,90 €. A partir de 6 ans.

L’année ordinaire de l’extraordinaire Olga, par Anne Cortey et Marion Piffaretti, Ed. Thierry Magnier, 16,50 €. A partir de 5 ans.

Collège : la sixième mode d’emploi

« Le Journal de ma 6e » (Gründ)

Du collège, ils savent sans doute déjà beaucoup de choses : les nouvelles matières, les profs différents, les nouveaux rituels. Pour dédramatiser le passage en sixième, Gründ propose un journal intime prérempli à compléter tout au long de l’année. Si l’on doute de sa survie au-delà du premier trimestre, la formule a le mérite de coucher sur le papier - avant le grand saut - les envies, les super moments de l’année, les meilleures blagues, les chouettes souvenirs, les goûts, etc. Un peu à la façon d’un scrapbooking, pour quelque temps encore, avant de basculer dans l’ère totalement numérique de l’autofiction adolescente.

Et aussi : « Une année sans CDI, c’est comme une vie sans amour, impossible et trop triste ! ». Non, ce n’est pas l’avertissement de parents macronistes, mais le slogan du professeur documentaliste, l’un des nouveaux venus de la galaxie collège. Avec son album pratique J’entre en sixième !, qui contient une mine d’infos sur le sujet, Bayard Jeunesse démontre tout son savoir-faire en la matière, sans oublier des pointes d’humour ici et là, dans les illustrations notamment.

Le Journal de ma 6e, par Frédérique Corre-Montagu et Adejie, Gründ, 12,90 €. A partir de 10 ans.

J’entre en sixième ! par Odile Amblard et Tehem, Bayard Jeunesse, 10,90 €. A partir de 10 ans.

Lycée : le bac dans la poche :

« Classiques ! » (Albin Michel Jeunesse)

Allez, au hasard, optons pour « le côté punk de Diderot », parmi les 18 conversations désopilantes (et néanmoins érudites) sur la littérature de ce Classiques ! D’où il ressort de l’échange entre Redek et Pierrot, qui ont fourbi leurs armes sur leur chaîne YouTube Le Mock, que Jacques le Fataliste est l’antihéros par excellence, à la manière de Wade Wilson alias Deapool. On vous passe le « Kinder surprise en poupées russes » et le parallèle entre la subversion de Diderot et la révolution du cinéma soviétique avec Eisenstein. Bref, un ton qui a l’art de dépoussiérer les classiques et une lecture assez réjouissante avant de se lancer dans l’aventure du bac français et philo.

Et aussi : Plus de 5 millions d’albums vendus, deux adaptations au cinéma, la série BD Les Profs n’a plus besoin de faire ses preuves. Pour ce 21e tome, Rentrée des clashs, Erroc revient au format efficace du gag, après l’histoire complète du précédent opus. De la proviseure NOR-MALE, à l’exercice attentat en passant par la dangerosité pour un prof de confisquer le portable, la formule fonctionne toujours bien. Une bonne dose d’humour que l’on prend avec appétit avant d’affronter les vrais Polochon, le prof d’histoire, Amina, la prof de français, Gladys, la prof d’anglais, sans oublier le populaire cancre du lycée, le fameux Boulard…

Classiques ! par Redek et Pierrot, Albin Michel Jeunesse, 15,90 €. A partir de 15 ans.

Les Profs (tome 21), par Erroc & STI et Simon Léturdie, Bamboo Ediidton, 10,95 €. A partir de 9 ans.

>> A lire aussi : Cahiers de vacances, comment les éditeurs ont fait pour rester à la page

>> A lire aussi : «Les cahiers de vacances ont pourri mon enfance»