«Fruits et légumes»: L'imagier photo qui fait vraiment aimer les goûts du potager aux enfants

KIDS La photographe Nathalie Seroux publie un imagier coloré et varié, pour éveiller le sens gourmand dès le plus jeune âge….

Caroline Delabroy

— 

Mon premier imagier photo.
Mon premier imagier photo. — Nathalie Seroux/Ed. La Matinière Jeunesse
  • Nathalie Seroux publie son troisième imagier chez La Martinière, dédié cette fois aux fruits et légumes.
  • Près de 80 variétés sont mises en scène pour apprendre à reconnaître et nommer les choses.
  • Selon une étude, un écolier sur trois ne sait pas identifier une courgette ou un artichaut.

Comment faire aimer les fruits et légumes à ses enfants ? Eternelle question des jeunes parents… Voici un imagier photo qui, à tout le moins, devrait sortir des face-à-face tendus au moment des repas, et permettre de renouer avec la dimension plaisir et découverte, si essentielle dans l’apprentissage du goût selon une étude de FranceAgriMer.

Publié chez La Martinière Jeunesse, Fruits et légumes, mon premier imagier photo se veut une bible maraîchère pour petits et grands. « L’idée est de faire partager la richesse et la variété des fruits et légumes, de donner envie de manger sain et d’emmener les enfants au marché », sourit l’auteure et photographe Nathalie Seroux.

Fruits et légumes entend initier les plus petits aux joies du potager.
Fruits et légumes entend initier les plus petits aux joies du potager. - Nathalie Seroux/La Martinière Jeunesse

Ludique et convivial

Près de 80 variétés y sont représentées, classées par familles. Des stars du verger et du potager comme des moins connues. « J’aime alterner et jouer sur les associations de couleurs, les différents points de vue, les matières, poursuit Nathalie Seroux. Je m’amuse aussi à varier les situations. C’est un imagier à utiliser de façon ludique et conviviale. On peut dénombrer, nommer les couleurs, les formes, raconter toute une histoire. »

Contrairement à un imagier classique, celui-ci met parfois en scène des enfants - des vrais - touchant du bout du doigt une noix de coco, croquant à pleines dents une pastèque et même un topinambour. Plaisir communicatif garanti. « Chez les petits, il y a une reconnaissance plus immédiate avec la photo, quand le dessin détouré, utilisé par de nombreux imagiers, est peut-être plus abstrait. La photo me paraît ainsi plus facile pour nommer et montrer les choses. »

Fruits stars ou plus rares dans l'assiette sont à l'honneur.
Fruits stars ou plus rares dans l'assiette sont à l'honneur. - Nathalie Seroux/La Martinière Jeunesse

Des fruits et légumes à leur état naturel

Pour autant, pas question de céder à la mode des photos culinaires ultra-léchées. Nathalie Seroux, qui travaille à la lumière naturelle, est fidèle à son style, vitaminé et coloré. « J’aime trouver la beauté dans le quotidien, m’émerveiller sur les petites choses, explique-t-elle. Si le légume n’est pas parfait, je le laisse dans son état naturel. J’utilise des tissus, du crépon, de la vaisselle, bref des matériaux très simples. »

Après les objets de la petite enfance et l’ alphabet, ce Fruits et légumes est le troisième Mon premier imagier photo que publie Nathalie Seroux. Le thème choisi est aussi militant. « Des tas d’enfants, même de 7 ou 8 ans, ne font pas la différence entre un poireau et un fenouil » se désole la photographe. Elle a été marquée par cette vidéo tournée après une étude de l’association Santé Environnement France, qui montrait qu’un écolier sur trois ne sait pas identifier une courgette, une figue ou un artichaut, et qu’un sur cinq ne reconnaît pas l’abricot. « Cet imagier m’a ouvert le champ sur la variété que nous avons à porter de main, et sur l’importance de l’éducation au goût », dit-elle.

Fruits et légumes, Ed. La Martinière Jeunesse, 54 p., 11,90 euros. À partir de 1 an.