«Le jardin de Vrèneli», les plaisirs d'une ferme-auberge suisse par un auteur sulfureux

LITTERATURE «Le jardin de Vrèneli» par Oskar Panizza est sorti chez Lenka Lente le 1er janvier 2018.

Ecrit par la communauté

— 

«Le jardin de Vrèneli» par Oskar Panizza chez Lenka Lente (9€).
«Le jardin de Vrèneli» par Oskar Panizza chez Lenka Lente (9€). — Lenka Lente/20 Minutes

Les lectures coups de cœur, ça se partage. Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre. Aujourd'hui, «Le jardin de Vrèneli» par Oskar Panizza chez Lenka Lente (9€).

Christian, contributeur du groupe de lecture 20 Minutes, nous donne son avis sur Le jardin de Vrèneli par Oskar Panizza.

Ma citation préférée :

« On remplit les verres, on y but, et chacun de regarder à la ronde, d’observer les lèvres gourmandes, et de rire… () Nous étions descendus malgré nous chez Hadès. Le sang noir de la vigne parcourait mystérieusement nos veines. »

Pourquoi ce livre ?

Parce qu’aborder un livre des collections Lenka Lente est une gourmandise, une sorte de goûter d’enfance où l’on sent le goût du trop peu… Nous sommes ici en présence d’une promenade d’un «polisson», qui attiré par un panneau publicitaire, part à la recherche du plaisir : je me sentais moi-même une âme ardente et juvénile, une humeur à folâtrer.

Mais ce n’est qu’une apparence, l’auteur Oskar Panizza exilé à Zurich, rumine aussi des propos sombres sur l’Allemagne qui a interdit une de ses pièces de théâtre et l’a emprisonné pendant un an. Fuyant en Suisse, il ne décolère pas contre toute forme de censure : disparue, la peur de la loi sur la presse, du crime de lèse-majesté, du péché de l’esprit, et particulièrement contre le Saint-Esprit. L’auteur n’est pas seulement ce débauché que l’histoire a voulu laisser dans les mémoires !

Parce que c’est aussi un poète, un esthète, un de ces rares personnages qui voit dans chaque ombre, chaque lumière ou chaque être, de la mythologie, de la beauté, une vision enthousiaste du plaisir : Oui, elles vivaient - elles n’observaient pas, comme moi, la contrée d’un œil sceptique, mais vivaient pour elles-mêmes, naïvement, comme le font les fleurs et les vaches…

Parce que derrière les pas et les mots alertes d’Oskar Panizza, c’est tout un monde de plaisir, le plaisir païen de la vie qui surgit dans cette écriture poétique, drôle mais aussi contemplative. Et toujours avec cet éditeur, un cd accompagnant la lecture signé Maurizio et Roberto Opalio (20 minutes de musique)

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Oskar Panizza est intrigué par une ferme-auberge dont il a vu le panneau publicitaire. On y raconte que trois jeunes femmes y vivent et y proposent leurs lits. L’auteur décide de s’y rendre, voyant dans la campagne zurichoise, une extension du royaume du plaisir.

Les personnages. L’auteur lui-même et les trois jeunes femmes qui vivent dans cette ferme

Les lieux. Une ferme-auberge dans les hauteurs de Zurich

L’époque. Début du siècle

L’auteur. Oskar Panizza (1853-1921) est un écrivain allemand que le Concile d’Amour aura rendu célèbre, mais la pièce issue de ce livre fut interdite et l’auteur fut emprisonné et contraint d’exil. Il finira sa vie (très riche en voyage et étude) dans un asile.

>> Pour acheter ce livre sur Amazon, cliquez ici.

Ce 2min' a été préparé par Christian : « Lecteur et dévoreur de livres, je souhaite partager mes coups de cœur de lecture. »

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici