20 Minutes : Actualités et infos en direct
Palmarès« J’étais trempé jusqu’au caleçon »… Les meilleurs souvenirs de concerts

Vieilles Charrues : « J’étais trempé jusqu’au caleçon »… Les meilleurs (et les pires) souvenirs de concert

PalmarèsAlors que les festivals font résonner l’été français, « 20 Minutes » a fait appel aux souvenirs du public de Carhaix
Muse avait enflammé la scène des Vieilles Charrues en 2010 lors d'un concert mythique sous une pluie battante.
Muse avait enflammé la scène des Vieilles Charrues en 2010 lors d'un concert mythique sous une pluie battante.  - L. Urman/Sipa / Sipa
Camille Allain

Camille Allain

C’était un chouette dimanche de juillet, au cœur d’un été de festivals. La fatigue se lisait sur les visages de ceux qui venaient d’enchaîner trois soirs de concert. Sur les jambes et les chaussures (et parfois les joues) du public, on retrouvait les traces de boue, stigmates des deux premières soirées pluvieuses subies par le public des Vieilles Charrues. C’est ici, au milieu de la prairie de Carhaix, que nous avons interrogé le public pour lui poser cette unique question : c’est quoi ton meilleur souvenir de concert ? L’occasion de remuer la mémoire des spectateurs pour un petit bilan de vie. Morceaux choisis.

Leur t-shirt fait maison listant leur présence au festival en dit long sur leur expérience. Depuis 2006, Hubert et Xavier sont venus presque tous les ans aux Vieilles Charrues. Depuis qu’ils sont en âge d’y aller, les deux potes écument les concerts dans toute la France. « Je pense que mon meilleur souvenir, c’était U2 en 1998 au parc des Princes », balance Hubert, avant de s’interrompre. « Ou peut-être Muse, ici en 2010 ». Ce soir-là, le groupe de rock avait joué sous un déluge de pluie. Caché sous un manteau transparent, Matthew Bellamy avait enflammé un public complètement hystérique, faisant de ce concert l’un des moments mythiques des Charrues.

« Malgré les conditions, les mecs ont envoyé le show. J’étais trempé jusqu’au caleçon, mais c’était énorme. C’était un moment extraordinaire, un truc que tu ne vis pas deux fois. »

Cette année-là, tout le monde n’avait parlé que de ça. Son pote Xavier garde, lui, le souvenir d’une date intimiste de Sinclair à Rouen. « C’était la première tournée de son premier album. Personne ne le connaissait. Il jouait dans une petite salle. Et pendant la première partie, il était là, debout dans le public à côté de moi ». Depuis, Xavier a revu Sinclair « trois ou quatre fois », repensant toujours à cette première enchanteresse.

Xavier et Hubert sont venus presque tous les ans aux Vieilles Charrues depuis leur première en 2006.
Xavier et Hubert sont venus presque tous les ans aux Vieilles Charrues depuis leur première en 2006.  - C. Allain/20 Minutes

Dans le « bingo » des meilleurs souvenirs, on s’attendait aussi à voir surgir Manu Chao. A l’apogée de son succès, le leader de la Mano Negra avait retourné la prairie de Carhaix en 2001. Simon était là et s’en souvient très bien. « Il y avait eu Matmatah et Ska-P la même journée. Quand Manu Chao avait commencé, c’était le feu. Il avait joué deux heures et demie et il avait repris tous les succès de la Mano Negra, c’était exceptionnel ». Le meilleur souvenir de Carole et Boris s’était déroulé plus à l’est. Alors qu’il attendait de voir Charlie Winston aux Nuits de Fourvière, à Lyon, le couple avait vu débarquer The Broken Circle Breakdown, version musicale du film dramatique Alabama Monroe. « On ne connaissait pas du tout. On a découvert ce groupe qui mélangeait le rock et la country, c’était juste génial de prendre ça en live. C’est la beauté des festivals aussi, tu as des surprises, tu fais des découvertes », témoigne Carole.

Blur, « leur show était énorme »

La plus belle émotion de Julien, c’était Matmatah en 2019. Mais ça, c’était avant le concert de Blur vendredi soir aux Charrues. « Le show était énorme. Ils font corps avec le public, ils se donnent à fond. C’est pas comme Aya Nakamura qui vient là pour prendre son cachet et se casse », balance le jeune homme, a priori pas fan de l’artiste française. Pour le premier concert de sa vie, son pote Maxime a pris la même claque devant la prestation du groupe de Damon Albarn. « Ils n’en faisaient pas trop, c’était juste. Je suis fan de rock, c’est vraiment eux que j’attendais ».

Depuis une vingtaine d’années, Gildas a enquillé un paquet de concerts de rock et de métal avec cinq éditions du Hellfest à son actif. Mais son meilleur souvenir n’a pas eu lieu à Clisson, mais à Paris il y a une vingtaine d’années. « J’étais parti de Saint-Nazaire avec mon frère pour aller voir Sum41 à L’Elysée-Montmartre à Paris. On avait fait la route de nuit en Peugeot 205, on avait essayé de dormir dans un parking souterrain mais le vigile nous avait dégagés. Le concert était génial, il n’y avait pas d’artifice. De les voir sur une petite scène comme ça, avec le côté festif du punk américain, c’était vraiment génial ». Voilà pour la compilation du meilleur. Mais il y a aussi du pire.

« Il était dans sa bulle »

Xavier se souvient de la prestation décevante de Bob Dylan aux Charrues : « Il s’était pris pour une star, je ne m’y attendais pas ». La venue de Lou Reed sur la même scène est régulièrement citée comme une grosse déception du public. Boris se souvient d’un concert de Ben Harper au festival des Eurockéennes : « L’attente était forte autour de lui. Mais il était dans sa bulle, il ne se passait pas grand-chose, il n’y avait pas d’échange. » « Moi, c’était Stromae, je m’étais fait bousculer, j’étais au milieu de la foule, j’avais peur d’être écrabouillée. » Mais la meilleure histoire revient à Hubert lors d’un concert de Garbage : « J’étais tellement dans le mal parce que j’avais trop picolé la veille. J’étais assis par terre, j’avais vomi et les gens m’avaient engueulé. Je ne pouvais pas bouger, j’étais là mais je n’ai rien entendu. C’est mon pire souvenir. Mais aussi celui de ma femme je crois. » Le souvenir est resté. Et sa femme aussi.

Sujets liés