50 ans de Woodstock: Le festival mythique n'est pas le seul à avoir «changé l'histoire du rock'n'roll»

MYTHIQUE Le festival de Woodstock est entré dans la légende mais d’autres événements ont autant marqué l’histoire la musique et de la contre-culture

20 Minutes avec AFP

— 

Des festivaliers à Woodstock en 1969.
Des festivaliers à Woodstock en 1969. — AP/SIPA

Du 15 au 18 août 1969 se déroulait le festival de Woodstock. « Trois jours de paix et de combats » annoncés et quatre jours de festivités en raison de son succès, 243 hectares de terrain transformé en boue par une météo capricieuse, 450.000 festivaliers réunis et près d’un million d’hippies sur les routes tentant de rejoindre le site, et 32 concerts des plus stars du rock psychédélique dont les Who, Janis Joplin ou Jimi Hendrix, ont, selon le magazine Rolling Stone, « changé l’histoire du rock’n’roll ». En cinquante ans, le festival de Woodstock est entré dans la légende et dans l’histoire de la contre-culture américaine. Les mythes qui l’entourent se confondent désormais avec les faits. D’autres festivals ont aussi marqué l’histoire de la musique. Florilège.

Celui qui a donné le ton

C’était le Summer of Love, l’été 1967, moment emblématique de la culture hippie : le festival de musique pop de Monterey en Californie a lancé les carrières de Jimi Hendrix, Janis Joplin ou encore The Who, des légendes du rock.

L’affiche de ce rassemblement musical organisé du 16 au 18 juin près de San Francisco, berceau de la génération Peace and love, a attiré des milliers de personnes, avec 32 artistes se succédant sur scène, dont Otis Redding, chanteur soul.

C’est au cours de cet évènement, considéré comme le premier festival rock de l’histoire, que Jimi Hendrix a mis le feu à sa guitare Fender avant de la fracasser sur scène, pour conclure son morceau Wild Thing.

« Sans Monterey, il n’y aurait pas eu de Woodstock, ni de Coachella. C’était à la fois un évènement musical et culturel qui reflétait tout ce qui était bien dans le rock des années 1960 », confie Bob Santelli, le directeur du Grammy Museum, qui a organisé une exposition sur cet évènement pour son cinquantenaire.

Celui qui a perduré

Fondé en 1959 en parallèle au festival de jazz de Newport pour mettre en scène le renouveau du folk, le Newport Folk Festival est surtout réputé pour être le lieu où Bob Dylan a sorti une guitare électrique, estomaquant les puristes folk de l’époque.

Il faudra attendre 2002 pour le retour de la légende vivante de la musique américaine sur la scène de ce festival, où il jouera, muni d’une perruque et d’une fausse barbe.

Ce week-end annuel, sûrement l’un des premiers festivals de musique moderne aux Etats-Unis, se tient sur la côte Atlantique, dans l’Etat du Rhode Island. Il tient également sa célébrité pour des performances teintées de militantisme politique comme l’interprétation par Pete Seeger du spirituel We Shall Overcome, hymne des droits civiques dans les années 1960.

Ce festival est devenu plus récemment une plateforme pour le féminisme et la lutte contre le changement climatique.

Celui qui était plus bordélique

Organisé pour la première fois en 1968, le festival de l'île de Wight a vu sa réputation exploser l’année suivante, notamment grâce à l’apparition de Bob Dylan.

C’était la première performance publique depuis l’accident de moto du poète-musicien trois ans plus tôt. Snobant Woodstock, l’auteur de Like a Rolling Stone lève les voiles pour le festival britannique.

En 1970, ce rassemblement transforme l’essai et reçoit entre 600 et 700.000 personnes, devenant le plus gros festival de son époque avec à l’affiche des stars comme Jimi Hendrix, The Doors, Miles Davis ou encore Joan Baez.

Comme Woodstock, le festival est devenu gratuit face à l’arrivée d’une foule massive.

Mais le chaos a conduit les autorités britanniques à entériner une loi empêchant des foules de plus de 5.000 personnes d’assister à un événement en plein air sur l’île. Le festival se tient néanmoins de nouveau chaque année depuis 2002.

Celui qui a été suivi par un milliard de mélomanes

Le 13 juillet 1985 se déroule Live Aid, double concert à l’initiative du rocker irlandais Bob Geldof au stade de Wembley à Londres et au JFK Stadium de New York pour la lutte contre la faim en Afrique.

Ce concert avec certaines des stars les plus connues de l’époque, David Bowie, U2, Paul McCartney, Madonna, Eric Clapton, Mick Jagger, Tina Turner ou Bob Dylan est regardé par plus d’un milliard de téléspectateurs dans le monde, l’un des événements les plus suivis dans l’histoire de la télévision.

La performance de Queen, emmené par son chanteur Freddie Mercury, est considérée comme l’une prestations live les plus incroyables de tous les temps.