VIDEO. Montpellier: Comment l'artiste reggae Filentre a enregistré un duo avec Tiken Jah Fakoly

MUSIQUE « La marche » est le premier single du nouvel album du Montpelliérain, prévu pour l’automne…

Nicolas Bonzom

— 

Le Montpelliérain Filentre et Tiken Jah Fakoly.
Le Montpelliérain Filentre et Tiken Jah Fakoly. — Filentre
  • Filentre est parti en 2012 en Afrique, avec sa guitare comme seul bagage.
  • Là-bas, il a convaincu Tiken Jah Fakoly d’enregistrer un morceau ensemble.
  • La marche est le premier single du nouvel album du Montpelliérain.

Filentre a réalisé le rêve de sa vie. En 2012, cet artiste aux dreadlocks blondes quittait les scènes montpelliéraines sur un coup de tête pour s’envoler, sa guitare comme seul bagage, vers l’Afrique. Propulsé devant quelque 25.000 spectateurs grâce au duo Banlieuz’Art, immenses stars en République de Guinée, le Montpelliérain, « Homme libre » à la culture reggae, a conquis petit à petit les festivals et les ondes radios du coin.

« Nous avions joué ensemble à l’Antirouille à Montpellier, confie Filentre. Puis ils m’ont dit : “Maintenant, c’est toi qui viens chez nous !”. Mais je ne savais pas qu’ils étaient aussi adulés là-bas ! Le public a suivi, petit à petit. J’ai fini par faire une tournée de deux mois, seul, avec ma guitare. » Guinée, Côte d’Ivoire, Sénégal ou Mali… Depuis six ans, il multiplie les allers-retours vers l’Afrique de l’ouest, terre de ses influences musicales.

Quand un morceau de Filentre a séduit Tiken Jah Fakoly

« J’ai toujours eu une attirance envers ce continent. Quand je suis arrivé là-bas pour la première fois, j’en suis tombé véritablement amoureux », se souvient Filentre. En 2013, le hasard mènera l’artiste montpelliérain sur la scène d’un club de Bamako, au Mali, dirigé par l’un des rois du reggae, Tiken Jah Fakoly. « Tout de suite, je lui ai proposé un featuring, raconte l’Héraultais. Il m’a gentiment expliqué que beaucoup d’artistes lui faisaient ce type de proposition, que ça allait être compliqué pour le moment… »

Après plusieurs rencontres, l’artiste d’origine ivoirienne, qui a décroché une Victoire de la musique en 2003 pour l’album Françafrique, accepte d’écouter le titre que Filentre lui destine : La marche, une invitation aux peuples d’ici et d’ailleurs à battre le pavé pour faire entendre leur voix. « Il a pris mon portable et mon casque. Je l’ai vu bouger la tête en écoutant le titre. Il a dit : “Super morceau, on y va !”. Un rêve de gosse s’est réalisé. »

L’icône africaine du reggae pose alors sa voix, en bambara, l’une des langues du Mali, sur le morceau de Filentre, et un clip est tourné par le Montpelliérain Sami Jalal. « J’espère que ce titre voyagera. C’est une technicienne de la CGT qui m’avait donné l’idée de l’écrire, sourit le reggaeman. Si ma chanson peut rejoindre la playlist des manifestations, j’en serais ravi ! » La marche sera le premier single d’Inou wali (« Merci », en soussou, la langue guinéenne), le nouvel album de Filentre, prévu pour l’automne prochain.

>> A lire aussi : Un biopic sur Bob Marley est en préparation