20 Minutes : Actualités et infos en direct
archéologieUne « boulangerie-prison » découverte à Pompéi

Pompéi : Esclaves et ânes confinés… Une « boulangerie-prison » mise au jour

archéologieDans l’une des pièces de la boulangerie, trois squelettes avaient déjà été retrouvés ces derniers mois
Selon les historiens, la boulangerie était un espace où les esclaves et les ânes étaient confinés et exploités pour moudre le grain nécessaire à la fabrication du pain.
Selon les historiens, la boulangerie était un espace où les esclaves et les ânes étaient confinés et exploités pour moudre le grain nécessaire à la fabrication du pain. - AFP / POMPEII ARCHAEOLOGICAL PARK
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Des esclaves enfermés, des ânes aux yeux bandés dans un espace confiné : des archéologues ont mis au jour une « boulangerie-prison » dans la cité antique de Pompéi, détruite en l’an 79 par l’éruption du Vésuve.

Ces excavations menées dans une maison ont permis de découvrir « une pièce étroite sans vue extérieure, dotée de petites fenêtres avec des barreaux en fer pour laisser passer la lumière », a annoncé dans un communiqué le site situé près de Naples, dans le sud de l’Italie.

Les archéologues ont conclu à la présence d’une « boulangerie-prison, où les esclaves et les ânes étaient enfermés et exploités pour moudre le grain nécessaire à la production du pain ».

Les recherches ont aussi révélé la présence de « gravures au sol pour coordonner le mouvement des animaux, obligés de tourner pendant des heures avec les yeux bandés ».

La maison, en cours de rénovation, était « divisée – comme c’est souvent le cas – en un secteur résidentiel orné de fresques raffinées et une zone de production destinée ici à la fabrication du pain », ajoute le communiqué.

Dans l’une des pièces de la boulangerie, trois squelettes avaient déjà été retrouvés ces derniers mois, confirmant que la maison était habitée. « Il faut imaginer la présence de personnes au statut servile dont le propriétaire a ressenti le besoin de restreindre la liberté de mouvement », a souligné le directeur du site de Pompéi Gabriel Zuchtriegel dans un article scientifique.

« C’est l’aspect le plus choquant de l’esclavage antique, celui dépourvu à la fois de relations de confiance et de promesses d’affranchissement, où on était réduit à la violence brutale, une impression entièrement confirmée par la sécurisation des fenêtres avec des barreaux de fer. »

La cendre volcanique crachée il y a 2.000 ans par le Vésuve s’est sédimentée sur la plupart des habitations de Pompéi, ce qui a permis de les préserver presque intégralement, tout comme nombre des corps des 3.000 morts que causa la catastrophe.

Sujets liés