20 Minutes : Actualités et infos en direct
LittératureLe prix Albert Londres récompense une enquête sur l’agriculture bretonne

Nicolas Legendre reçoit le prix Albert Londres pour son enquête sur l’agriculture bretonne

LittératureL’auteur de « Silence dans les champs » avait dénoncé « le déni collectif » après avoir interrogé plus de 150 personnes du monde agricole
Le journaliste Nicolas Legendre a été récompensé du prix Albert Londres pour son ouvrage Silence dans les champs, qui traite de l'agriculture en Bretagne.
Le journaliste Nicolas Legendre a été récompensé du prix Albert Londres pour son ouvrage Silence dans les champs, qui traite de l'agriculture en Bretagne. - C. Allain/20 Minutes / 20 Minutes
Camille Allain

Camille Allain

C’est une immense récompense. Lundi soir, le journaliste rennais Nicolas Legendre a reçu le prix Albert Londres, plus prestigieuse récompense du journalisme francophone, dans la catégorie livre. L’auteur de Silence dans les champs paru en avril aux éditions Arthaud, a su séduire le jury en produisant une enquête fouillée de plus de 300 pages au sujet de l’agriculture bretonne. Fils de paysans, celui qui a longtemps été correspondant du Monde en Bretagne a arpenté la région pour recueillir les témoignages de plus de 150 témoins : agriculteurs, syndicalistes, vétérinaires, élus, salariés de coopératives. « J’ai vu des paysans à bout de nerfs, au bord des larmes quand ils me parlaient de leur situation. Le système agricole breton est arrivé dans une impasse et il produit beaucoup de souffrance. Je le savais mais je ne pensais pas que la situation était aussi dramatique », avait-il expliqué à 20 Minutes dans une interview publiée en avril.

La publication de l’ouvrage avait fait beaucoup de bruit dans la première région agricole française. Plusieurs voix, notamment celles de la FNSEA, se sont élevées pour dénoncer un livre « à charge » et dépeindre l’auteur comme « un ennemi de la Bretagne ». « Cette région, j’y ai grandi, je l’adore. La Bretagne, pour moi, c’est viscéral. Mais je souffre de la voir telle qu’elle est aujourd’hui », avait répondu Nicolas Legendre.

Une plume rare et des enfants fantômes primés

Dans la catégorie presse écrite, le 85e prix Albert Londres a été attribué au journaliste belge Wilson Fache. Agé de 31 ans, ce rédacteur indépendant a été primé pour ses reportages sur l’Afghanistan, sur la gare routière de Tel Aviv et sur l’Ukraine. Le jury a décrit « une plume rare, un talent d’évocation, une capacité à emmener son public dans des atmosphères ».

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Quant au prix de l’audiovisuel, il a été décerné à Hélène Lam Trong pour son film « Daech, les enfants fantômes » qui évoque le triste sort des centaines d’enfants que la France laisse grandir dans des prisons en Syrie.

Sujets liés