Cannes : On a testé le premier show humoristique du monde avec un casque de réalité augmentée

TECHNOLOGIE Les premières séances mondiales d'un spectacle humoristique holoporté, avec un casque de réalité augmentée, se sont déroulées à l’occasion du festival Big Perf à Cannes

Elise Martin
— 
Un spectateur avec un casque de réalité augmentée pour voir le show des magiciens Zack et Stan au festival Big Perf de Cannes
Un spectateur avec un casque de réalité augmentée pour voir le show des magiciens Zack et Stan au festival Big Perf de Cannes — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Du 4 au 9 juillet, à Cannes, le festival humoristique Big Perf propose les premières séances mondiales d’un show holoporté avec les magiciens Zack et Stan.
  • Equipé avec un casque de réalité augmenté, le spectacle d’une quinzaine de minutes permet de mêler les illusions de la magie et de la technologie.

La réalité augmentée a fait renaître Tupac en concert et dupliquer Jean-Luc Mélenchon dans des meetings politiques dans toute la France grâce aux hologrammes. Cette technologie s’étend désormais à d’autres domaines : l’humour. Présenté lors de Lillarious festival en février dernier, le show holoporté a pu, cette fois, être testé par un public équipé de casques de réalité augmentée lors du Big Perf à Cannes. Une première mondiale que 20 Minutes a expérimenté mardi.

A l’auditorium de l’hôtel Eden, les deux premiers rangs sont « réservés » pour le public. Avant que le spectacle de Zack et Stan ne commence, deux célèbres magiciens passés par plusieurs émissions de télévision, des casques de réalité augmentée, HoloLens2, sont distribués avec la consigne de « ne pas les toucher ». « L’expérience est seulement visuelle », précise Othman Ciheb, responsable du produit chez Microsoft.

Des objets qui apparaissent quand on y pense

Zack entre sur scène, également doté d’un casque. D’emblée, l’illusion de la réalité est remise en question quand il sort de son iPad un billet de 100 euros et qu’il transforme l’appareil en journal. C’est ensuite qu’apparaît Stan à travers les lunettes, moins précis que Jean-Luc Mélenchon au niveau de l’hologramme. Le spectacle va durer entre quinze et vingt minutes, mêlant interaction avec la technologie, avec le public et les deux. Des objets virtuels apparaissent au-dessus des têtes quand on y pense, puis deviennent réels dans les mains du magicien, des sensations ressenties en salle par la version digitale du comédien ou encore des mini-jeux directement dans le casque. Troublant cette magie de la technologie.

Le magicien Zack sur scène avec une personne du public lors du show holoporté du festival Big Perf de Cannes
Le magicien Zack sur scène avec une personne du public lors du show holoporté du festival Big Perf de Cannes - E. Martin / ANP / 20 Minutes

« Impressionnant, lâche Tanya, en sortant du show. C’est très innovant mais aussi très réaliste. Que ce soit intégré à une représentation humoristique, ça change et ça permet de donner un côté participatif à la chose. » Gazi, son mari, ajoute : « Ça nous permet de rire ensemble malgré le casque sur nos yeux. C’est dans l’air du temps. »

« Le vrai monde, le monde de la magie et le monde de la technologie »

Pour les comédiens, c’était « un défi ». « On aime les choses un peu compliquées, développe Stan. C’est un travail de trois ou quatre semaines d’écriture puis de réalisation avec les équipes d’Holoforge. C’est surprenant d’arriver à un tel résultat même si on sait que c’est embryonnaire. On est un peu les précurseurs dans ce format aussi ! Dans cinq ans, on ne sait pas ce que cette innovation pourra nous apporter. »

Pour lui, ce qui est « fou », c’est de pouvoir, à distance, voir le public et lui parler. « C’est troublant de ne pas être sur scène, surtout comme artiste de scène parce qu’on a besoin de cette relation avec le public, lance-t-il. D’ailleurs, il manque quand même encore le ressenti. On n’est pas dans la salle donc on ne peut pas vraiment entendre les rires. »

Zack complète : « C’est toujours enrichissant de participer à de nouvelles technologies. En tant que magicien, c’est un reflex. On veut toujours aller plus loin. Cette nouvelle façon de nous exprimer nous ouvre encore plus le champ des possibles. » A chaque fin de séance, il demande aux personnes présentes de lui « faire des retours ». « C’est assez drôle parce que les gens se demandent déjà comment on fait les tours de magie mais avec la technologie, tout est encore plus bousculé. Il y a le vrai monde, le monde de la magie et le monde de la technologie. Et en même temps, avec les casques de réalité augmentée, on reste dans la même réalité que tout le monde. »

Une démocratisation de la technologie pour son développement

Pour Sarah Lion, cheffe de projet XR en charge du show, c’est un format qui est amené à se propulser à plus grande échelle. « C’est comme l’époque où on nous a donné des lunettes pour voir les films au cinéma en 3D. Mais avec la réalité augmentée, le spectateur devient même acteur. C’est une innovation qui augmente le récit des comédiens et qui permet de rentrer dans son univers, encore plus créatif, tout en restant connecté avec son public. »

Elle reste tout de même lucide sur le développement de ce format qui nécessite « une démocratisation du casque » mais aussi à trouver des lieux avec une connexion haut débit.