Marseille : Le Rooftop Day débarque pour rendre les toits-terrasses « accessibles à tous »

URBANISME Ce samedi, pour la première fois à Marseille s’organise le « Rooftop Day », un événement permettant l’accès libre aux nombreux toits-terrasses de la ville

Mathilde Ceilles
— 
Le célèbre toit-terrasse de la Friche de la Belle de Mai participe à l'événement
Le célèbre toit-terrasse de la Friche de la Belle de Mai participe à l'événement — Daniel Cole / AP / Sipa
  • Ce samedi se tient à Marseille la première édition du Rooftop Day, afin de démocratiser l’accès aux toits de la ville.
  • Derrière cet événement, les organisateurs veulent nourrir une réflexion sur la place des toits dans la deuxième ville de France

Ils font le bonheur des fadas d’Instagram, avec leurs vues imprenables sur la mer Méditerranée et les couchers de soleil à couper le souffle. Depuis quelques années à Marseille​, les rooftops poussent comme des petits pains, dont le climat particulièrement clément invite à la détente sur les hauteurs de la cité phocéenne. Mais ces petits bijoux sont bien souvent réservés à une élite, des « happy few » bien informés ou bien fortunés qui peuvent s’offrir ce petit plaisir le temps d’une soirée.

Un plaisir que le collectif Toits et nous entend démocratiser en organisant ce samedi la toute première édition du « Rooftop Day » à Marseille. « L’idée est d’aller au-delà du rooftop branché qui est réservé qu’à certains, avec un DJ set, sourit Manon Cervella, cheffe de projet au sein de Synergie Family, une des structures parties prenante de ce projet. On a voulu que les rooftops deviennent accessibles à tous, et que les Marseillais se réapproprient les toits. » Les organisateurs se sont donc inspirés d’une initiative en vigueur depuis sept ans à Rotterdam, le « Rooftop Day », pour la transposer à la cité phocéenne.

« Mixer le public »

« L’idée est de proposer une journée festive et de rencontres sur pas mal de toits, poursuit Manon Cervella. Les toits ne sont pas réservés qu’aux jeunes. On voudrait essayer de mixer le public. Sur le toit de la Recyclerie sportive sera ainsi organisée une kermesse ! » Au programme également : un petit-déjeuner préparé uniquement avec des produits d’un agriculteur du quartier de Sainte-Marthe à l’Epopée, dans les quartiers Nord de Marseille ou encore un brunch sur le toit du Fond régional d’art contemporain (Frac).

« Certains toits restent méconnus, comme celui de Coco Velten, constate Manon Cervella. Personnellement, je ne savais même pas qu’il existait, alors que l’accès est complètement libre et que la vue sur la mer et la gare Saint-Charles est magnifique ! » Le collectif entend également par cette initiative développer un vrai discours sur les places des toits dans une ville comme Marseille. « Dans certains pays du pourtour méditerranéen, comme l’Espagne ou l’Italie, les toits sont très utilisés, que ce soit pour sécher le linge ou se retrouver. On est dans une ville qui manque de place, donc les toits peuvent être un lieu de rencontre. On va lancer dès la rentrée des ateliers pour nourrir toute une réflexion, avec, par exemple, un atelier avec des pompiers pour aborder la question de la sécurité des rooftops. » A vos toits, prêt, partez !