Montpellier : Dans le jeu mobile « Big Helmet Heroes », c'est avant le combat que tout se joue

JEUX VIDEO Dans le premier titre développé par Exalted Studio, le joueur doit minutieusement préparer l’équipement de son personnage avant de mettre un pied dans l’arène

Nicolas Bonzom
— 
Big Helmet Heroes
Big Helmet Heroes — Exalted Studio
  • « Big Helmet Heroes » est le premier jeu développé par Exalted Studio, à Montpellier.
  • Ce jeu de combat ne ressemble pas aux autres : avant de mettre un pied dans l'arène, le joueur doit sélectionner minutieusement l'équipement de son personnage, en fonction des aptitudes de l'adversaire. Car les combats, eux, sont automatiques.
  • Mais que ceux que ces combats automatiques lassent se rassurent : le studio montpelliérain a mis au point un nouveau mode de jeu, où le joueur peut déclencher des attaques au cours du combat, comme dans un « Pierre, papier, ciseaux ».

Dans Mortal Kombat ou Street Fighter II, on choisit son personnage, et on se met tout de suite sur la tronche. Dans Big Helmet Heroes, c’est pas la même histoire. Dans ce jeu mobile à l’univers mi-médiéval, mi-cartoon, développé par les Montpelliérains d’Exalted Studio, c’est avant le combat que tout se joue. « On a fait le jeu auquel on aurait aimé jouer ! », confie Laurent Kobel, le directeur du projet, initié par le président et directeur créatif du studio, Florian de Gésincourt.

Avant de mettre un pied dans l’arène, le joueur doit sélectionner minutieusement l’équipement de son personnage, en fonction des aptitudes de l’adversaire. Une fois le combattant prêt à en découdre, place à la bagarre. Mais pendant la petite quinzaine de secondes que dure l’affrontement, le joueur n’a rien à faire : le combat est automatique. Il n’a plus qu’à contempler le duel, magnifiquement chorégraphié par les animateurs d’Exalted Studio. Et à croiser les doigts, en espérant remporter l’opposition.

Big Helmet Heroes
Big Helmet Heroes - Exalted Studio

Se constituer une belle armurerie

Mais que ceux que les combats automatiques lassent se rassurent : le studio montpelliérain a dévoilé jeudi un tout nouveau mode de jeu. Pendant le match, les joueurs peuvent désormais choisir, s’ils le souhaitent, au fur et à mesure, les attaques qu’ils jugent opportunes. Comme pour un « Pierre, papier, ciseaux », les coups « seront révélés en même temps », explique Laurent Kobel. Et le plus malin l’emportera.

Tout l’intérêt du jeu, c’est de se constituer une belle armurerie. Pour y parvenir, le joueur doit collecter de l’or, de l’acier, du bois, des perles ou de l’obsidienne, une précieuse roche volcanique. Assemblées, ces matières premières permettent de se forger des armes, des armures ou des boucliers. « On peut les combiner à l’infini, pour obtenir des équipements qui nous correspondent », explique le développeur montpelliérain, qui a notamment oeuvré, pour la réalisation de ce jeu, avec le directeur artistique, Miha Vozelj.

« Le jeu n’est jamais "pay to win" »

Il y a plusieurs façons, dans Big Helmet Heroes, de récupérer ces précieux matériaux. Gagner des combats, ouvrir les coffres offerts régulièrement.. Ou patienter, en attendant qu’une étrange machine biscornue, qui accompagne le joueur dans sa quête, fasse son travail. Même quand il se déconnecte du jeu. « Pendant qu’on ne joue pas, la machine collecte des ressources, explique Laurent Kobel. Ainsi, quand on ressort son téléphone, quand on a cinq minutes à tuer, on aura récolté plein de choses ! »

Big Helmet Heroes
Big Helmet Heroes - Exalted Studio

Pour les impatients, il est, aussi, possible d’investir quelques euros pour récupérer des éléments. « Mais le jeu n’est jamais "pay to win" » [« payer pour gagner »], assure le concepteur. Les joueurs qui mettent la main à la poche ne sont jamais avantagés, par rapport à ceux qui préfèrent persévérer, pour gagner des combats, et décrocher des récompenses. « On ne prend pas les joueurs pour des vaches à lait ! », assure-t-il.

Le jeu, gratuit, est disponible sur iPhone et Androïd. Le studio montpelliérain promet des mises à jour régulières. « On ne cherche pas à faire un coup d’éclat et à partir avec la caisse aux Bahamas !, se marre Laurent Kobel. On souhaite que ce jeu s’inscrive sur la durée, et continuer à l’enrichir petit à petit. » Parmi les innovations dans les cartons, Exalted Studio proposera bientôt aux joueurs de recevoir chez eux, pour de vrai, des petites figurines des chevaliers qu’ils ont créés dans le jeu.