Les Dicos d’Or Campus, la compétition des mots de la fondation Voltaire

CONCOURS Jeudi 19 mai, 70 élèves, répartis en 10 équipes de la 6e à la 2nde, ont participé à la grande finale de la 3e édition des Dicos d’Or Campus, concours francophone de vocabulaire

Marie Tournier
— 
Les membres du jury du concours les Dicos d'Or Campus.
Les membres du jury du concours les Dicos d'Or Campus. — Fondation Voltaire

« C’est la ligue des champions de la langue française » déclare Nassurdine Hassani, fondateur de l’association l’Alchimie des mots et membre du jury de la finale des Dicos d’Or. Il est 14 heures, heure française, jeudi 19 mai, la finale sur le thème des grands voyages commence. Près de 70 élèves de 11 à 16 ans, 2 équipes par niveau de la 6e à la 2nde, vont s’affronter pour remporter une sortie culturelle d’une valeur de 1.000 euros, offerte par la fondation Voltaire.

Ils étaient 18.500 sur la ligne de départ en janvier, issus de 50 pays, contre seulement 8.000 l’année dernière. « Je sais comment tout ça a germé et je vois l’ampleur que ça prend et ça me touche » nous confie Pascal Hostachy, membre du jury et cofondateur de la fondation et du projet Voltaire. Ces 10 équipes de 7 élèves, qui ont passé les sélections et qui se sont entraînés avec leurs professeurs, arrivent à la fin de l’aventure. Ils vont devoir épeler et définir cinq mots, dont un absent du corpus d’entraînement, pour pimenter le concours.

« Ils l’ont vécu à fond »

Septante, patriarcat, se désâmer, voici des exemples de mots que les élèves ont dû épeler et définir. Ils venaient du Maroc, de Madagascar ou de France. Les 7 séries de 5 mots par équipe ont été vécues dans le stress des grandes compétitions, « ils l’ont vécu à fond et c’est magnifique, c’est vertueux » déclare Pascal Hostachy. Les équipes étaient majoritairement féminines et la plus grande difficulté pour elles, n’étaient pas d’épeler, mais bien de définir les mots.

Après deux heures de concours, les jurys ont délibéré. Les cris et larmes de joie des professeurs comme des élèves ont rempli le studio du multiplex à Paris. Les vainqueurs sont « les jades » pour les 6e, « les turquoises de l’Atlantique » pour les 5e, « 4EC » pour les 4e, « Les zigotos » pour les 3e et « 1 » pour les 2nd. Les gagnants du niveau de 3e, du collège Jacques-Yves-Cousteau en Seine-et-Marne nous ont confié que c’était un soulagement, car la veille, ils passaient leurs oraux de brevet blanc. « On s’est entraîné depuis janvier. On a enquêté pour découvrir les mots mystères, c’était beaucoup de travail. »

L’importance du vocabulaire chez les individus

« Libère le pouvoir des mots qui est en toi », c’est la devise des Dicos d’Or qui se renomme Les Mots en Or pour l’édition 2023. La fondation Voltaire a créé ce concours car : « l’orthographe c’est bien, mais le sens c’est mieux » nous confie Monsieur Hostachy. « La langue française s’invente et s’enrichit grâce notamment à d’autres cultures et à d’autres civilisations qui ne sont pas européennes » déclare Paul de Sinety, délégué général à la langue française et aux langues de France au ministère de la Culture. En effet, aujourd’hui 300 millions de locuteurs francophones dans le monde.

Tous les spécialistes disent que le français restera une des grandes langues de communication mondiale. Le cofondateur de la fondation Voltaire nous a également expliqué que « selon des études anglo-saxonnes, plus le corpus de vocabulaire maîtrisé par un individu est grand moins il est enclin à la violence et plus il est ouvert d’esprit. » Une chose est sûre, c’est que la prochaine édition des Mots en or, qui aura pour thème la musique, amènera encore de nombreux collégiens, lycéens et enseignants à participer.