Netflix perd des abonnés pour la première fois en dix ans et plonge en Bourse

GUERRE DU STREAMING L'action Netflix plongeait de 25% après la clôture, mardi, alors que l'entreprise a perdu 200.000 abonnés au trimestre dernier et prévoit un recul de deux millions sur les trois prochains mois

20 Minutes avec AFP
— 
Netflix a perdu 200.000 abonnés au premier trimestre 2022, une première en plus de dix ans.
Netflix a perdu 200.000 abonnés au premier trimestre 2022, une première en plus de dix ans. — SOPA Images/SIPA

Le trou d’air se confirme. Netflix a perdu 200.000 abonnés dans le monde au premier trimestre, par rapport à la fin 2021, une première depuis plus de dix ans qui faisait dégringoler l’action à Wall Street mardi. Le géant du streaming a expliqué que cette baisse était principalement liée à la difficulté d’acquérir de nouveaux abonnés dans toutes les régions du monde, mais aussi à la suspension du service en Russie.

Le pionnier du secteur a eu des chiffres gonflés pendant la pandémie de Covid-19. Le marché s’attendait à une correction, mais pas aussi forte. Son titre chutait de 25 % dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York. En six mois, la baisse atteint désormais 62 %. Soit un cours divisé par 2,6 depuis novembre.

Concurrence et géopolitique

Netflix avait prévu de gagner 2,5 millions d’abonnés supplémentaires – et les analystes en escomptaient encore plus – mais en a, au contraire, perdu, ramenant son total à 221,64 millions d’abonnements. « La suspension de notre service en Russie et la diminution progressive du nombre d’abonnés payants russes a entraîné une perte nette de 700.000 abonnements. Sans cet impact, nous aurions eu 500.000 abonnements supplémentaires » par rapport au dernier trimestre, a précisé l’entreprise californienne dans son communiqué de résultats. Les perspectives s’annoncent moroses pour la suite : Netflix table sur un recul de 2 millions d’utilisateurs au prochain trimestre.

En tout, Netflix a réalisé 7,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires de janvier à mars, soit près de 10 % de plus qu’il y a un an, notamment grâce à l’augmentation du nombre d’abonnés sur un an (+6,7 %) et la hausse de ses tarifs. Mais elle a dégagé 1,6 milliard de bénéfice net, moins que le 1,7 milliard du premier trimestre 2021.

Après des années de conquête des utilisateurs à grande vitesse, et de récompenses dans les festivals, l’entreprise a été rejointe par des concurrents de taille, comme Disney+ et Apple TV+ fin 2019 puis HBO Max.

Lutte contre le partage des comptes

« La perte d’abonnés de Netflix est très révélatrice pour une société qui n’a pas cessé de gagner des abonnés pendant une décennie entière », a réagi Ross Benes, analyste chez eMarketer. « Avec les abonnements en baisse, et des perspectives de croissance faibles, Netflix va devoir se reposer plus sur des branches secondaires, comme les jeux vidéo ou les produits dérivés pour tenter de faire croître ses revenus », a-t-il ajouté.

Le fait que de nombreux ménages partagent leur compte et la concurrence accrue « créent des obstacles à notre croissance. L’envol du streaming grâce au Covid avait masqué la réalité jusqu’à récemment », a souligné le groupe. Qui a annoncé début mars qu’il allait mener des tests dans des pays sud-américains pour faire payer à ses clients l’ajout de profils supplémentaires à leur compte.

Le partage des mots de passe entre foyers « affecte notre capacité à investir dans des séries et des films de qualité pour nos membres », avait alors indiqué dans un communiqué Chengyi Long, directrice de l’innovation produits chez Netflix.