Nice : Entre rap, r’n’b, soul et pop, l’artiste Siloh offre un melting-pot de styles

MUSIQUE URBAINE A 26 ans, Siloh, une artiste niçoise, sort prochainement son premier EP « Entre nous », qui promet d’être « intime » et lance sa carrière en solo

Elise Martin
Siloh, une artiste niçoise au melting-pot de styles — 20 Minutes
  • Emma Benitah, dit Siloh, est passionnée de musique « depuis toujours ». Elle a appris à jouer de la guitare à 10 ans, en autodidacte. A 17 ans, elle faisait l’émission La Nouvelle Star et à 18 ans, elle partait à l’autre bout du monde.
  • Cette artiste autonome a construit son début de carrière à Londres, avec le groupe de rap The Manor.
  • Elle veut maintenant voler de ses propres ailes et se lance en solo avec « Entre nous », son premier EP, composé de six titres et disponible sur toutes les plateformes d’ici le mois de mai.

Entre rap, r’n’b, soul, pop et hip-hop, Siloh « ne rentre dans aucune case » mais fait « quelque chose d’urbain et générationnel », décrit-elle en parlant de son style musical. A 26 ans, cette Niçoise sort son premier EP, un ensemble de six morceaux formant un tout, « Entre nous », très « intime », qui « commence fort et qui se termine en douceur », détaille la chanteuse. « C’est un avant-goût avant la sortie d’un autre plus solaire. Si ça plaît, pourquoi pas l’album », sourit la jeune artiste.

Le milieu, elle le connaît. Passionnée depuis le plus jeune âge, elle chantait « avant même de parler d’après [ses] parents », elle apprend la guitare en autodidacte à 10 ans. Après sa participation à l’émission la Nouvelle Star et avoir fait toutes les scènes des bars de Nice, Emma Benitah, de son vrai nom, s’envole à 18 ans pour l’Australie où elle se produit en live. Un an plus tard, elle se retrouve à Londres.

Lancement d’une carrière solo

« De rencontres en rencontres, je tombe sur The Manor, un groupe de 3 rappeurs qui me propose de faire des titres avec eux. On ne pensait pas que ça marcherait. Au final, on fait des millions d’écoutes, ils signent avec Warner, je fais deux albums avec eux et les plus grosses scènes de Londres. » Après cette expérience, Emma comprend que c’est ce qu’elle veut faire de sa vie et décide de voler de ses propres ailes en lançant sa carrière solo. « J’étais contente qu’on sache qui était Emma Benitah mais je ne voulais plus être identifiée comme celle qui chante avec le groupe. J’ai voulu recréer ma propre identité ».

Autant dans sa musique, influencée par la culture musicale britannique, que dans son look, Siloh, « à prononcer Saï low », voit le jour en étant « un melting-pot » de styles. « Avoir ma personnalité visuelle, c’est aussi me permettre de dissocier l’artiste de la personne que je suis dans la vie », explique Emma.

Une artiste indépendante

Elle écrit la plupart de ses textes en français qui sont « influencés par le son que j’entends. Je ressens la musique et en fonction de l’ambiance, je pose mes mots. C’est très sincère, ça me ressemble beaucoup tout comme l’univers musical reflète Fausto, mon producteur. » Depuis deux ans, elle travaille avec lui sur ce projet. « Lui, c’est le son, avec des influences US et des références que je n’ai même pas et moi, ce sont les paroles. Ce qui donne quelque chose d’inattendu, de frais et d’original », résume-t-elle.

Après avoir essayé avec un label niçois, qui lui a permis de faire les festivals du coin, elle a décidé d’être indépendante pour « être libre de [ses] créations ». L’objectif ? « D’ici dix ans, j’aimerais brandir le micro sur scène et qu’on chante mes paroles, simplement faire kiffer avec ma musique », s’exclame Siloh les étoiles dans les yeux. Un rêve qui pourrait lui faire quitter la Côte d’Azur. « Même si je suis attachée au soleil et à la mer, j’ai conscience que pour faire bouger le projet, il faudra sûrement bouger ».

Depuis la sortie du premier single en février 2021, cinq autres sont disponibles avec plus de 30.000 écoutes sur Spotify. « Entre nous » sortira sur toutes les plateformes musicales en ligne d’ici « le mois de mai », promet Siloh.