« Kirby et le monde oublié » : Il est rose, il est rond, il est mignon, et les adultes en sont fous

JEU VIDEO Moins connu que Mario, Zelda ou Pikachu, Kirby a déjà 30 ans d'existence et autant de jeux, dont le dernier, « Kirby et le monde oublié », est très attendu par les enf... adultes

V. J.
— 
Moins connu que Mario ou Link, Kirby n'en reste pas moi un des personnages iconiques de Nintendo
Moins connu que Mario ou Link, Kirby n'en reste pas moi un des personnages iconiques de Nintendo — Nintendo
  • Kirby et le monde oublié sort vendredi sur la Nintendo Switch.
  • La petite boule rose gloutonne fête ses 30 ans et autant de jeux, et s’est fait une place de choix dans le coeur des gamers grâce à un gameplay simple mais riche.
  • Les Kirby sont un vrai terrain de jeu et d’innovation pour Nintendo.

« Maintenant que les enfants se sont amusés avec Elden Ring, c’est au tour des vrais mecs avec… Kirby ! » Ce mème n’est pas le seul à être partagé sur les réseaux sociaux et à rendre compte de l’impatience des joueurs et joueuses pour Kirby et le monde oublié, nouveau jeu consacré à la petite boule rose de Nintendo et disponible depuis vendredi sur Switch. Moins connu que Mario, Zelda ou Pikachu, Kirby n’en reste pas moins un personnage iconique, avec déjà 30 ans d’existence et autant de jeux. Et donc, son design enfantin cache une richesse, pour petits mais aussi grands.



Eric est un fan de jeux vidéo de 42 ans. Mais Kirby, il n’y croyait pas trop : « Je connais la licence depuis longtemps, mais je n’y jouais pas, j’y voyais un jeu plateforme pour les gamins, une sorte de Mario encore plus enfantin. Sans intérêt donc. » Mais les critiques dithyrambiques de Kirby Super Star Ultra sur Nintendo DS en 2009 lui font mettre ses a priori de côté. Une surprise, une découverte : « En termes et possibilités de gameplay, ça explose Mario. »

Un grand pouvoir implique un gros appétit

Lorsqu’il est dessiné en 1992 par le jeune Masahiro Sakurai, futur créateur de la série Super Smash Bros., Kirby s’appelle encore Popopo et sa forme n’est que temporaire, afin de faciliter le travail des animateurs et avant de lui trouver un look définitif. Sauf que l’équipe s’attache à cette boule avec bras et pieds, et décide de la garder. Son nom vient de l’avocat américain John Kirby, qui, dans les années 1980, a défendu Nintendo face à Universal dans l’affaire Donkey Kong versus King Kong. Quant à son pouvoir, il se limite dans le premier jeu, Kirby’s Dream Land sur Gameboy, à aspirer ennemis comme objets. Comme Pac-Man donc. Mais dès la suite Kirby’s Adventure sur NES, il ne fait pas qu’avaler ses ennemis, il absorbe également leurs pouvoirs.

La petite boule rose peut se révéler redoutable avec une épée, un marteau, un lasso, un yo-yo, un parasol, des cloches ou en tornade, docteur, frigo ! « Le côté kawai du personnage s’est transformé en grand plaisir de jeu, explique Eric. Ma femme n’avait pas fait de jeu de plateforme depuis Super Mario Bros. sur NES, et elle a passé nos vacances il y a quelques années sur Kirby : Mass Attack. Le gameplay est à la fois accessible et riche, avec ce qu’il faut de challenge et d’émerveillement. Et parfois de what-the-fuck. »

Kirby et le monde oublié, le premier en 3D, se pose là, avec des transformations évolutives et surtout un pouvoir inédit, le Transmorphisme, où Kirby a les yeux plus gros que le ventre et avale ampoule, voiture, monte-charge ou distributeur automatique. Le résultat à l’écran est aussi drôle que pratique. « Maintenant, j’attends souvent plus un Kirby qu’un Mario, avoue Eric. Mario et Zelda sont les blockbusters de Nintendo, veulent faire la révolution à chaque passage next-gen, comme Super Mario Odyssey et Zelda : Breath of the Wild sur la Switch, mais le terrain de jeu et d’innovation est plus à chercher du côté de Kirby. » Ou d’autres personnages et jeux « mineurs » mais non moins intéressants et enthousiasmants, à l’instar de Luigi’s Mansion et Yoshi’s Crafted World.