« Sonic 2 le film » : Comment la vieille mascotte de jeu vidéo est devenue la nouvelle star du cinéma

COMEBACK Sonic revient mercredi au cinéma après avoir cartonné au box-office et alors que la franchise jeu vidéo patine. Le hérisson bleu est-il en train de changer de média ?

Vincent Jule
— 
Sonic is back, non pas sur consoles mais dans les salles
Sonic is back, non pas sur consoles mais dans les salles — Paramount Pictures France
  • Sonic le film avait été le carton surprise de 2020, il revient donc mercredi avec un deuxième film, alors qu’un troisième et une série sont d’ores et déjà prévues.
  • Après avoir participé à la grandeur de Sega dans les années 1990, le hérisson bleu a perdu la guerre des mascottes contre Mario.
  • Même s’il vend toujours des jeux, son retour comme figure de la pop culture pourrait se faire non pas sur consoles de salon mais dans les salles de cinéma.

Sonic 2 le film déboule mercredi dans toutes les salles de France. Et oui, un premier film Sonic existe, sorti il y a tout juste deux ans. Il avait d’ailleurs déjoué tous les pronostics et pris de vitesse la concurrence, en s’imposant en tête du box-office. En France, avec plus de deux millions d’entrées, et aux Etats-Unis, où il est devenu l’adaptation de jeu vidéo la plus rentable de tous les temps. Devant Détective Pikachu.

Or, Sonic n’était pas et n’est toujours pas en position de force dans la pop culture en général, et dans le jeu vidéo en particulier qui l’a vu naître mais également perdre la guéguerre contre Mario. Comment expliquer alors ce retour de hype, avec d’ores et déjà un troisième film et une série dérivée annoncées ?

« Sonic, c’est pour les cool kids ! »

Auteur du livre Générations Sonic - L'élégance du hérisson bleu, chez Third Editions, Benjamin Benoit rappelle que Sonic a été créé dans une logique commerciale, en pleine guerre intestine entre Nintendo et Sega : « Il fallait trouver un rival à ce plombier bedonnant, sympathique mais neutre ». Et remplacer ce pauvre Alex Kidd qui ne s’imposait pas en mascotte Sega. « Or, le personnage de Sonic est efficace, il a du répondant, une sagacité, une cool attitude, et ce dès l’écran d’accueil du premier jeu. Sonic, c’est pour les cool kids ! » Le personnage participe à faire la grandeur de la Megadrive et de Sega, et s’impose comme une figure des années 1990 avec plusieurs suites, séries animées, comics ou encore menus Happy Meal chez McDonald’s.

Mais après une décennie, la franchise a du mal à tenir la distance, à l’instar de Sega face à une concurrence démultipliée, avec Nintendo, toujours, mais également Sony et Microsoft. Selon Benjamin Benoit, le dernier très bon jeu Sonic remonte ainsi à Sonic Adventure 2 sorti en 2001 sur Dreamcast, l’ultime console de Sega.

Le premier film a légitimisé Sonic sur grand écran

Sonic le film arrive alors dans un étrange contexte, où le héros vient de fêter ses 25 ans avec le diptyque Sonic Mania / Forces mais où il n’est pas vraiment attendu du grand public. Il est même redouté après la polémique autour de son look, modifié en catastrophe après les critiques des fans. Mais ce n’est pas seul contexte. « C’est l’un des derniers films pré-Covid, commente le spécialiste du hérisson bleu. Il avait très peu de concurrence. » Et le film n’est pas vraiment une adaptation des jeux. « L’univers de Sonic implique des plaines verdoyantes, des déserts, du steampunk, or rien de tout ça dans le film. Il s’apparente plus à un buddy movie, un format très américain, entre Sonic et un acteur de seconde zone qui vivent des aventures. »

Une approche que l’on retrouve également dans Détective Pokémon, comme pour mieux légitimiser la présence de ces héros de jeux vidéo sur un écran de cinéma. Benjamin Benoit espère ainsi retrouver la promesse d’univers jeu vidéo dans le deuxième film Sonic, même si les adaptations de jeux en films relèvent peut-être d’une impasse, « car les mécaniques ne sont pas compatibles ». Au pire, il y aura toujours le one-man-show de Jim Carrey qui s’amuse comme un petit fou en Docteur Robotnik.

Le personnage appartient maintenant aux fans

« Sonic est et reste une franchise de jeu vidéo, ajoute l’auteur de Générations Sonic. Elle ne fera jamais autant parler d’elle que lorsque sortira un bon jeu ». Le prochain opus, Sonic Frontiers se présente comme un open world à la Zelda : Breath of the Wild, mais ne profitera pas de l’exposition du film puisqu’il est prévu pour la fin 2022. « Il ne faut pas attendre que le salut de la franchise vienne de Sega. Sonic ne leur appartient plus vraiment mais appartient aux fans. Le très apprécié Sonic Mania, par exemple, est l’oeuvre du développeur Christian "Taxman" Whitehead, connu pour ses portages et fangames de la série ». Il a même éclipsé le plus officiel Sonic Forces de Sega.

Le réalisateur des films Sonic, Jeff Fowler, se revendique lui-même fan, est à l’écoute de la communauté, et avait déjà bossé sur un jeu Sonic, ce qui tend à prouver que la franchise est entre de bonnes mains, du moins au cinéma. C’est d’ailleurs sur grand écran que va se jouer le match retour entre Sonic et Mario, puisqu’après un Super Mario Bros. de sinistre mémoire en 1993, le plombier bedonnant revient bientôt dans un film d’animation réalisé par le studio Illumination, derrière les succès des Minions et Tous en scène.