Guerre en Ukraine : Bitcoin, NFT… Comment la « crypto-résistance » s’organise

DONATIONS Plus de 100 millions de dollars ont été récoltés en cryptomonnaies par le gouvernement ukrainien ou par le « Fonds crypto pour l’Ukraine »

L.Be.
— 
Illustration des cryptomonnaies
Illustration des cryptomonnaies — vjkombajn / PIXABAY
  • Depuis les premières heures de l’entrée des chars russes en Ukraine, des appels aux dons en cryptomonnaies ont été lancés par le gouvernement ukrainien.
  • Plus de 100 millions de dollars ont été récoltés en cryptomonnaies par le gouvernement ou par le « Fonds crypto pour l’Ukraine ».
  • Des NFT ont également permis de lever des sommes importantes, comme le NFT du drapeau ukrainien ou le don du cryptopunk d'une valeur d'environ 200.000 dollars.

Les cryptos sont devenus incontournables dans le financement de la résistance ukrainienne. Depuis les premières heures de l’entrée des chars russes en Ukraine, des appels aux dons en cryptomonnaies ont été lancés par le gouvernement ukrainien. Des NFT – les jetons non fongibles qui permettent à n’importe quel objet virtuel d’être revendu grâce à un certificat d’authenticité répertorié sur la blockchain - ont également permis de lever des grosses sommes pour venir en aide à la résistance.

La semaine dernière, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a même entériné une loi approuvée le mois dernier par le Parlement ukrainien qui légalise le secteur des cryptomonnaies dans le pays. Le projet « crée les conditions pour le lancement d’un marché légal des actifs virtuels en Ukraine », précise un article de The Verge paru ce jeudi. Une « crypto-résistance » inédite s’organise dans le pays. Retour en quatre questions sur le rôle des cryptos dans le conflit.

Comment le gouvernement Ukrainien a-t-il facilité les dons en cryptos ?

Depuis les premières heures du conflit, des appels aux dons en cryptomonnaie ont été lancés par plusieurs comptes Twitter du gouvernement ukrainien, notamment le compte@ukraine, ouvrant des adresses et des crypto-wallets (portefeuilles numériques) pour recevoir ces devises décentralisées directement. N’importe qui possédant des cryptomonnaies peut envoyer de l’argent de façon quasi instantanée. Outre les deux plus importantes cryptomonnaies (bitcoin et ethereum), le cours du tether, un « stablecoin » (monnaie stable) qui est adossé au dollar, a le mérite de ne pas subir les mêmes variations que les autres monnaies virtuelles. En utilisant ces stablecoins, les donateurs évitent les fluctuations du marché des changes.

Selon l’AFP, plus de 100 millions de dollars ont été récoltés en cryptomonnaies par le gouvernement ou par le Fonds cryptos pour l’Ukraine, créé par la principale plateforme ukrainienne du secteur Kuna et depuis fusionnée avec le fonds gouvernemental.

Quel est l’intérêt des cryptos dans ce contexte ?

Le bitcoin peut se présenter comme une valeur refuge pour certains, même si sa volatilité peut nuancer cette idée. Les Ukrainiens se sont tournés vers les cryptomonnaies pour se protéger de la baisse de leur monnaie, le hryvnia local. Si pour l’instant, la banque centrale ukrainienne est parvenue à stopper l’effondrement de son cours, les conséquences de l’invasion risquent de lui faire perdre de sa valeur.

Surtout, les dons en cryptomonnaie ont l’avantage d’être quasi immédiats, à la différence des transactions bancaires qui peuvent prendre jusqu’à 24 heures pour être validées entre deux pays. Les transactions en cryptos prennent généralement moins d’une heure.

Et les NFT dans tout ça ?

Les NFT ont également permis de lever beaucoup d’argent. Un cryptopunk, ces célèbres petits personnages pixélisés semblant tout droit sortis des années 1990, a été envoyé à l’adresse Ethereum du gouvernement ukrainien. Les cryptopunks, créés en 10.000 exemplaires uniques par Larva Labs, ont généré le plus gros volume de transactions en 2021. Début mars, un cryptopunk, casquette à l’envers, lunettes de soleil et cigarette au bec, évalué à environ 200.000 dollars, a donc été versé directement au gouvernement ukrainien. D’autres initiatives du genre ont permis de lever des sommes importantes. Le NFT du drapeau ukrainien a permis de lever plus de 6,7 millions de dollars pour la résistance ukrainienne. Organisée par UkraineDAO, la vente a été lancée par une activiste des Pussy Riot, Nadya Tolokonnikova.

Y a-t-il des initiatives françaises ?

La France a également multiplié les initiatives cryptos pour venir en aide à l’Ukraine. Début mars, le podcast Silicon Carne a créé des NFT d’une de ses émissions sur la plateforme Uncut.fm. Quatre-vingts NFT, à 50 dollars chacun, ont été versés directement à l’Ukraine. Sur le même modèle, le podcast Les éclaireurs du numérique vient de mettre en vente 50 NFT d’une valeur de 60 euros de son épisode Décryptage d’une drôle de cyberguerre. La totalité de l’argent sera reversée en ether directement sur le portefeuille numérique du gouvernement ukrainien. Nul besoin de s’y connaître en cryptos, une simple carte bancaire fera l’affaire, le reste est géré par la plateforme.

De son côté, la plateforme Delph lance ce mercredi, en partenariat avec l’association Aide Médicale & Caritative France-Ukraine, une édition de 1.000 NFT d’un visuel de la tour Eiffel avec le drapeau ukrainien en toile de fond. Les dons permettront d’aider l’Ukraine dans la prise en charge des blessés de guerre : ambulances, civières, trousses de secours, kits IFAK, garrots tourniquet (CAT), bandages hémostatiques, injecteur intra-osseux BIG, pansements pneumothorax, tous types de pansements pour la prise en charge de blessés… On est loin des 6 millions de dollars du NFT du drapeau ukrainien, mais l’idée est là. Et si vous vous demandiez à quoi pouvaient servir ces jetons numériques, maintenant vous êtes fixés.