« Eurovision France » 2022 : Pauline Chagne veut envoûter les spectateurs avec sa harpe électrique

MUSIQUE L’artiste de 27 ans sera en lice samedi soir sur France 2 dans la sélection française pour l’Eurovision

Fabien Randanne
L'autrice, compositrice, interprète et harpiste Pauline Chagne.
L'autrice, compositrice, interprète et harpiste Pauline Chagne. — Agence Rise Up
  • Eurovision France, c’est vous qui décidez, sera diffusée samedi 5 mars 2022 à 21h05 sur France 2. L’artiste qui l’emportera défendra les chances tricolores en finale de l’Eurovision le 14 mai à Turin (Italie).
  • Pauline Chagne est en lice avec le titre Nuit Pauline.
  • « Cette chanson, l’Eurovision, c’est une fête et ma performance sera au diapason. Il y aura des paillettes et de l’élégance à la française », prévient celle qui s’accompagne à la harpe électrique.

L’instrument saute aux yeux et intrigue. C’est une harpe Delta, électrique, dont Pauline Chagne est l’une des rares à jouer en France. « Cela a été un combat pour l’obtenir, glisse l’artiste à 20 Minutes. Elle se joue en bandoulière, comme une basse, et permet une mobilité incroyable. »

Ce modèle l’a réconciliée il y a trois ans avec la harpe, dont elle s’était détournée, « dégoûtée par une très mauvaise rencontre dans la musique classique ». Elle a aujourd’hui 27 ans, elle en avait 19 à l’époque du désamour.

Tout a commencé, enfant, par un désir de rébellion. « Je viens d’une famille de musicien de jazz. Petite, je criais que je voulais être harpiste. J’ai commencé à 4 ans, j’ai fait le conservatoire, me suis présentée à des concours, et pour m’y consacrer pleinement, je me suis organisée pour passer mon bac par correspondance. C’était un programme très intensif », dit-elle.

« Un coup de foudre incroyable »

Alors, quand la harpe, lui est « devenue insupportable » parce qu’une enseignante a sapé sa confiance en elle, elle se demande ce qui lui reste. Le goût de la scène ne l’a pas quittée. Pourquoi ne pas devenir actrice ? Pauline Chagne s’inscrit au cours Florent, en spécialité théâtre et comédie musicale. Elle monte la pièce Moi aussi je suis Barbara. « C’est l’histoire d’une jeune fille qui rêve d’être quelqu’un d’autre et qui finit par devenir la chanteuse », dit-elle. Elle donne 400 représentations en France et retrouve, en la jouant, l’envie de revenir à la musique, commence à réécrire des textes et fait la rencontre du compositeur Antonin Tardy.

Puis, elle découvre la harpe électrique. « Ce fut un coup de foudre incroyable. Elle a révolutionné l’image que j’avais de cet instrument », affirme la jeune femme. Tous les morceaux auxquels elle donne vie se parent de ces sonorités.

Le très "eighties" Nuit Pauline, avec laquelle elle défendra ses chances dans la sélection pour l’Eurovision samedi sur France 2, est de ceux-là. « C’est une chanson de mon premier EP sorti en fin d’année dernière. Elle porte mon prénom, mais elle pourrait être renommée selon la personne qui l’écoute. Il s’agit d’écrire le film de sa vie, d’être l’héroïne de son propre long-métrage, explique l’autrice. Elle est très cinématographique. C’est une déclaration d’amour aux icônes du cinéma qui m’ont construite. »

« Il y aura des paillettes et de l’élégance à la française »

Sur le plateau d’Eurovision France, c’est vous qui décidez, Pauline Chagne sera entourée. « Cette chanson, l’Eurovision, c’est une fête et ma performance sera au diapason. Il y aura des paillettes et de l’élégance à la française », prévient-elle. La chanteuse n’a pas voulu regarder de trop près les réactions à Nuit Pauline sur Internet, elle veut « [se] préserver des avis ».

J’ai à cœur d’agir concrètement pour le quotidien des femmes. L’Eurovision peut être une tribune

« J’ai trouvé un public dans la musique classique et au théâtre. Dans la pop, j’ai tout à découvrir », avance-t-elle, disant être « heureuse à l’idée de rencontrer le public » de la deuxième chaîne. Elle aimerait que les téléspectateurs et téléspectatrices fassent la connaissance de son côté engagé. « Mon premier single, Orange sanguine, parle de menstruations, j’aime évoquer les tabous autour de la féminité », précise celle qui n’hésite pas à participer à des événements caritatifs. Elle conclut : « J’ai à cœur d’être une artiste mobilisée en faveur de l’égalité, d’agir concrètement pour le quotidien des femmes. L’Eurovision peut être une tribune. »