Chronologie des médias : Netflix et le cinéma français ont signé un accord historique

CONTRIBUTION Netflix pourra diffuser les films 15 mois après leur sortie en salles

L. Be.
Netflix (illustration)
Netflix (illustration) — SOPA Images/SIPA

La nouvelle chronologie des médias prend forme. Un premier accord d’une durée de trois ans entre le cinéma français, représenté par le Bureau de liaison des industries cinématographiques (Blic), le Bureau de liaison des organisations du cinéma (Bloc) et la Société civile des auteurs réalisateurs producteurs (ARP), et Netflix a été trouvé.

La plateforme de streaming « s’engage à articuler sa contribution de 4 % de son chiffre d’affaires annuel net réalisé en France, à travers : un minimum garanti de 30 millions d’euros par an dans la création cinématographique d’expression originale française ; une clause de diversité fléchant au moins 17 % du montant des préfinancements dans le financement d’œuvres d’expression originale française dont le budget est inférieur ou égal à 4 millions d’euros ; et une clause de volume prévoyant un minimum de dix films préfinancés chaque année ».

Une bonne place dans la nouvelle chronologie des médias

Cela devrait représenter un investissement total d’environ 40 millions d’euros dans la création cinématographique française et européenne pour l’année 2022. Netflix pourra diffuser les films 15 mois après leur sortie en salles, pour une durée de 7 mois exclusifs. Ce qui lui offre une bonne place dans la nouvelle chronologie des médias.

En janvier, chaînes de télévision, diffuseurs et parties prenantes du cinéma ont abouti à un accord sur une nouvelle chronologie des médias sous l’égide de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot. En fonction des la contribution des plateformes à la production cinématographique, elles peuvent diffuser les films entre 12 et 17 mois après leur sortie contre 36 jusqu’ici, passant devant les chaînes de télévision gratuites. Netflix réclamait une meilleure position dans la chronologie des médias en échange de ses obligations de financement de la création.