George Sand a-t-elle envoyé une lettre érotique codée à Alfred de Musset ? Prudence !

FAKE OFF Une lettre enflammée, dont il faut lire une ligne sur deux, est devenue virale à l'occasion de la Saint-Valentin. Pourtant, plusieurs éléments mettent en cause son authenticité

Mathilde Cousin
George Sand et Alfred de Musset ont entretenu une liaison de 1833 à 1835.
George Sand et Alfred de Musset ont entretenu une liaison de 1833 à 1835. — MINAMIKAWA/SIPA; ABECASIS/SIPA. Montage 20 Minutes
  • Une lettre enflammée qui aurait été envoyée par George Sand à Alfred Musset est devenue virale à la Saint-Valentin.
  • Olivier Bara, spécialiste de l’œuvre de l’écrivaine, explique à 20 Minutes pourquoi cette lettre est plus que douteuse.

C’est une des liaisons les plus célèbres du XIXe siècle. En 1833, l'écrivaine George Sand et le  dramaturge Alfred de Musset  entament une relation, qui s’achèvera une première fois en novembre 1834, avant une rupture définitive en 1835. Pendant leur liaison, les amants correspondent. George Sand serait-elle jusqu’à aller à écrire une lettre érotique codée ? A l’occasion de  la Saint-Valentin, lundi, un texte attribué à la femme de lettres a été relayé sur les  réseaux sociaux. Avec cette subtilité : la lecture d’une ligne sur deux révélerait les intentions enflammées de l’autrice.

L'authenticité de cette lettre est questionnée par les spécialistes de l'?uvre de George Sand.
L'authenticité de cette lettre est questionnée par les spécialistes de l'?uvre de George Sand. - Capture d'écran Facebook

FAKE OFF

Plusieurs points font douter de l’authenticité de cette lettre, explique à 20 Minutes Olivier Bara, rédacteur en chef de la revue Cahiers George Sand : « Il n’existe pas de version manuscrite autographe originale de cette supposée lettre », commence-t-il par rappeler.

Quant au ton et au style de ce texte, ils sont bien différents des textes de George Sand en notre possession, souligne Olivier Bara, qui est également professeur de littérature française du XIXe siècle et des arts de la scène à l’université Lyon 2 : « Dans les manuscrits autographes privés de Sand, lettres ou scénarios de théâtre joués à Nohant entre amis ou en famille, l’humour scatologique est très présent mais pas l’humour libertin ni les jeux littéraires sur la sexualité. »

« Si on veut lire l’expression du désir érotique de Sand pour le corps de Musset », ce spécialiste recommande de « se pencher sur le Journal intime de Sand, en novembre 1834, au moment de la rupture avec Musset ». Voici ce qu’on y lit* : « Mon petit corps souple et chaud, vous ne vous étendrez plus sur moi, comme Elisée sur l’enfant mort, pour me ranimer. (…) Adieu mes cheveux blonds, adieu mes blanches épaules, adieu tout ce que j’aimais, tout ce qui était à moi. J’embrasserai maintenant dans mes nuits ardentes le tronc des sapins et les rochers dans les forêts en criant votre nom, et, quand j’aurai rêvé le plaisir, je tomberai évanouie sur la terre humide. »

* Cet extrait provient des Œuvres autobiographiques, éditions Georges Lubin, Gallimard, Pléiade, tome II, page 963.