Nice : L’architecte des Bâtiments de France « donne son accord » à la démolition du Théâtre national

TRAVAUX Le projet polémique doit permettre de prolonger la promenade du Paillon

Elise Martin
— 
La démolition du théâtre national de Nice est prévue pour le printemps
La démolition du théâtre national de Nice est prévue pour le printemps — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Dans une lettre qui date du 18 janvier, l’architecte des Bâtiments de France dont la mission est « de surveiller et de mettre en valeur le patrimoine », a donné son accord à la démolition du Théâtre national de Nice.
  • Il évoque l’inscription de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco comme raison de son avis favorable.
  • Luc Albouy, l’auteur de la lettre, qualifie également le théâtre, l’œuvre d’Yves Bayard, de « victime collatérale d’une époque où les mauvaises questions en matière d’urbanisme étaient nombreuses ».

En décembre, la ministre de la Culture, l'« autorisait » (sous conditions). Un mois et demi plus tard, c’est l’  architecte des Bâtiments de France qui « donne son accord » à la  destruction du Théâtre national de Nice (TNN) dans un courrier à la mairie, que celle-ci a transmis à 20 Minutes.

Luc Albouy, l’auteur de la lettre dont la mission est « de surveiller et de mettre en valeur le patrimoine », précise que sa décision ne porte pas sur « une question mineure » et qu’elle concerne un « bâtiment récent [il date de 1989] porteur d’un intérêt certain ». Il explique ensuite qu’en donnant « un avis favorable à la démolition », il voit une continuité de cette « dynamique de redécouverte des racines architecturales, urbaines et paysagères qui font de Nice une ville de villégiature de Riviera » et ainsi, poursuivre ces projets qui ont permis à la municipalité d’être inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le théâtre, une « victime collatérale » des « mauvaises questions urbanistiques »

L’architecte des Bâtiments de France reconnaît le travail et le talent d’Yves Bayard, l’architecte du théâtre, et le qualifie de « victime collatérale » des « mauvaises questions urbanistiques » des années 1980. Sa fille, Martine Bayard, s’est d’ailleurs opposée à la destruction de l’œuvre de son père. Et elle n’est pas la seule.

Depuis l’annonce de Christian Estrosi de raser le théâtre pour prolonger la coulée verte, les opposants au projet multiplient les prises de position pour l’en empêcher, que ce soit les écologistes, les élus du Rassemblement national ou même le député LR Eric Ciotti et Patrick Allemand (ex-élu PS). De son côté, la mairie a assuré que la destruction du théâtre démarrera au printemps et les travaux d’aménagement sont prévus jusqu’en mai 2025.