Rennes : Plus de 50.000 spectateurs, peu de masques mais beaucoup de sourires aux Trans Musicales

FESTIVAL L’événement musical était organisé ce week-end à Rennes dans un contexte épidémique compliqué

Camille Allain
— 
Le public lors de la 43e édition du festival des Trans Musicales de Rennes.
Le public lors de la 43e édition du festival des Trans Musicales de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le festival des Trans Musicales de Rennes a réuni près de 60.000 personnes de mercredi à dimanche.
  • L'événement s'est tenu dans un contexte compliqué de rebond épidémique du Covid-19.
  • Le port du masque, obligatoire sur le site malgré le pass sanitaire, n'a pas été très respecté. 

La 43e édition s’est achevée dimanche soir. Avec la sensation d’être passé entre les gouttes. Alors qu’un conseil de défense doit se tenir ce lundi pour faire le point sur le rebond spectaculaire de l’épidémie de Covid-19, le festival des Trans Musicales de Rennes a tiré un bilan positif de son édition. Annulé l’an dernier, l’événement musical a rassemblé 56.000 personnes, dont 32.000 au Parc-Expo jeudi, vendredi et samedi soirs. Un peu plus de 2.000 professionnels ont assisté aux concerts de ce festival réputé pour faire émerger des talents.

Scruté à la loupe par les autorités, l’événement s’est déroulé sans accroc. Le recours obligatoire au pass sanitaire n’a pas semblé refroidir les festivaliers, les soirées du vendredi et du samedi ayant affiché complet. Sur les visages des festivaliers, de larges sourires se dessinaient. « C’est formidable d’avoir réussi à le faire, et tous les artistes pratiquement étaient là. C’était un travail d’équipe absolument formidable », a réagi dimanche Jean-Louis Brossard, fondateur du festival.

La guitariste du goupe espagnol Maruja Limon lors du festival des Trans Musicales en 2021.
La guitariste du goupe espagnol Maruja Limon lors du festival des Trans Musicales en 2021. - C. Allain / 20 Minutes

Le port du masque, obligatoire dans toute l’enceinte du Parc-Expo en raison de la flambée du taux d’incidence en Ille-et-Vilaine, n’a cependant pas été très respecté. Avant l’événement, le préfet du département, Emmanuel Berthier, avait insisté sur « le choix de la responsabilité » laissé aux participants : « Nous devons continuer à vivre avec le virus. Nous espérons la pleine responsabilité des festivaliers. On ne veut pas créer un cluster qui s’appellerait Trans. »

Une rave party dans la nuit de samedi à dimanche

Quatre-vingt-quatre groupes issus de 34 nationalités différentes et plus de 500 musiciens ont participé à cette 43e édition. Une importante rave party s’est tenue en marge du festival dans la nuit de samedi à dimanche. Un peu moins de 2.000 personnes y ont participé. La préfecture a dénoncé dans un communiqué « le caractère irresponsable de cette rave party non déclarée », évoquant le « très fort risque de diffusion du virus dans un contexte national de dégradation de la situation sanitaire ».  Trois personnes ont été placées en garde à vue après l’événement, qui a pris fin dimanche dans la journée.