Italie : « Le monde de Banksy » transposé dans la gare de Milan jusqu’à fin février

ART Le but de l’exposition est de rendre accessible à tous l’art de ce mystérieux artiste de rue britannique

20 Minutes avec agences
— 
Une œuvre de Banksy à New-York en 2013.
Une œuvre de Banksy à New-York en 2013. — ARF/ZOJ/WENN.COM/SIPA
  • Du Banksy exposé dans une gare de Milan, c'est ce que propose l'exposition « Le monde de Banksy ».
  • « L’idée est de faire voyager les gens sans devoir se déplacer à travers le monde », explique le curateur de l’exposition, Manu De Ros.
  • Plus de 130 fresques murales et sérigraphies sont exposées dans des halls de cette gare d’architecture mussolinienne jusqu’au 27 février.

L’imposante gare centrale de Milan se transforme en galerie d’ art, le temps d’une exposition sur « Le monde de Banksy ». L’expo reconstruit grandeur nature les fresques provocatrices de l’artiste de rue britannique qui entretient savamment le mystère sur son identité. Alors que ses œuvres affolent les maisons de vente aux enchères où elles battent des records, avec la célèbre « Fille au Ballon » en partie autodétruite qui a été adjugée 21,8 millions d’euros, le but de l’exposition qui s’ouvre vendredi est de rendre son art accessible à tous.

« L’idée est de faire voyager les gens sans devoir se déplacer à travers le monde pour voir les œuvres de Banksy, d’autant qu’elles ont été en majorité détruites, recouvertes ou volées », a expliqué le curateur de l’exposition, Manu De Ros. Plus de 130 fresques murales et sérigraphies sont exposées dans des halls de cette gare d’architecture mussolinienne jusqu’au 27 février, au milieu d’un décor qui reproduit fidèlement l’univers du mystérieux artiste de Bristol.

Des œuvres classiques et d’autres rarement exposées

« Nous avons reproduit les murs sur lesquels Banksy a peint : des briques, du béton, la saleté des rues, la pollution », raconte Manu De Ros. Les fresques ont été réalisées par un collectif de jeunes graffeurs et étudiants. On retrouve les grands classiques comme « Le lanceur de fleurs » mettant en scène un jeune homme masqué qui s’apprête à jeter un bouquet de fleurs en guise de cocktail Molotov et de nombreux pochoirs représentant son animal fétiche, le rat.

Mais il y a aussi des œuvres plus récentes rarement exposées jusqu’ici. Parmi elles, le graffiti intitulé « Atchoum !!» de la vieille dame qui éternue au point d’en perdre son dentier, réalisé au début de la pandémie de coronavirus (2020) ou une œuvre de 2021 sur l’évadé de la prison de Reading en Angleterre, qui s’échappe avec sa machine à écrire, en allusion à l’écrivain irlandais Oscar Wilde qui y a été incarcéré dans les années 1890.

Alors que des milliers de voyageurs transitent chaque jour par la gare de Milan à un rythme effréné, l’exposition les invite à « s’arrêter et prendre le temps de la réflexion » en se plongeant dans le monde énigmatique de Banksy », dit Manu De Ros. « C’est un anticonformiste qui fait passer des messages à des fins humanistes par le biais de la provocation et de l’ironie », poursuit-il. L’exposition a-t-elle été autorisée par l’artiste ? « Non, Banksy ne donne jamais son feu vert pour les expositions qu’il n’organise pas lui-même, mais il ne les interdit jamais ».