Salon du livre jeunesse : « Pendant les confinements, les familles ont misé sur des livres valeurs sûres plutôt que sur les nouveautés »

INTERVIEW Sylvie Vassallo, directrice du salon, attend beaucoup de familles et de groupes scolaires à Montreuil pour cette 37e édition

Propos recueillis par Delphine Bancaud
— 
Le salon du livre jeunesse de Montreuil est l'occasion pour les jeunes lecteurs et leurs parents de découvrir des auteurs.
Le salon du livre jeunesse de Montreuil est l'occasion pour les jeunes lecteurs et leurs parents de découvrir des auteurs. — Eric Garault, pour le Salon du livre jeunesse de Montreuil
  • Le salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil ouvre ses portes ce mercredi, pour la grande joie des visiteurs qui n’avaient pas pu s’y rendre en 2020. Un pass sanitaire pour les plus de 12 ans sera cependant nécessaire pour entrer.
  • Le secteur de la littérature jeunesse est en pleine forme puisqu’en France, un livre vendu sur quatre concerne ce segment.
  • La directrice du salon, Sylvie Vassallo, explique à « 20 Minutes » quels sont les plus grands succès, selon les classes d’âge.

L’an dernier, le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (Seine-Saint-Denis) n’avait pas pu se tenir en présentiel, en raison du Covid-19. Mais il avait eu lieu via des programmes diffusés à la télévision. Cette année, malgré la cinquième vague, il ouvre ses portes ce mercredi et jusqu’à lundi pour sa 37e édition. Un pass sanitaire pour les plus de 12 ans sera cependant nécessaire pour entrer. L’occasion pour les jeunes lecteurs et leurs parents de découvrir des auteurs ou d’assouvir leur passion pour certains qu’ils aiment déjà. Pour 20 Minutes, Sylvie Vassallo, la directrice du salon, analyse les tendances actuelles de la littérature jeunesse.

L’an dernier, le salon n’avait pas eu lieu en présentiel. Prévoyez-vous un afflux de visiteurs pour cette nouvelle édition tant attendue ?

Il y aura une part de surprise, mais ce qui est sûr, c’est que beaucoup de groupes scolaires se sont inscrits et les préventes de billets aux familles sur notre site ont bien fonctionné. Tous les stands du salon sont pleins, car les éditeurs sont revenus, même si quelques-uns sont en fragilité. Cette année, 300 bibliothèques et 150 librairies sont nos partenaires, ce qui permet d’avoir un bon relais de l’évènement. Nous diffuserons aussi des programmes pendant toute la durée du salon de 17 h à 20 h sur le canal 34 de la TNT : interviews d’auteurs, diffusion de web-series…

La crise sanitaire a-t-elle fait émerger de nouveaux jeunes lecteurs ?

Le nombre de jeunes lecteurs est en augmentation et leur temps de lecture hebdomadaire a aussi progressé depuis un an et demi. Car en raison des confinements et des restrictions sanitaires, ils ont eu davantage de temps à consacrer à la lecture. Mais il ne faut pas crier victoire trop tôt et attendre de voir si ces nouvelles habitudes se perpétuent dans le temps. Pour l’heure, en France, un livre vendu sur quatre concerne le segment jeunesse.

Quels albums cartonnent le plus auprès des plus petits ?

Les classiques comme Petit ours brun de Claude Lebrun, Petites bêtes d’Antoon Kings, T’choupi de Thierry Courtin. Et aussi L’amour d’Astrid Debordes et Pauline Martin, La couleur des émotions d’Anna Llenas…

Et chez les 6- 10 ans ?

Plusieurs BD comme Mortelle Adèle d’Antoine Dole (alias Mr Tan), Ariol de Marc Boutavant et Emmanuel Guibert, Max et Lili de Dominique de Saint-Mars et Serge Bloch, Titeuf de Zep, Les carnets de Cerise d’Aurélie Neyret et Joris Chamblain, Les Légendaires de Patrick Sobral… Sans oublier Astérix et le Griffon de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, le 39e album de la série sorti 21 octobre ! Plusieurs romans ont aussi remporté un grand succès : L’Ickabog de JK Rowling, Jack et la grande aventure du Cochon de Noël du même auteur, les premiers Harry Potter, toujours, et Arsène Lupin, Gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc. Beaucoup de titres qui marchaient déjà bien dans les précédentes années ont vu leur succès se confirmer. Sans doute parce que les frères et sœurs sont plus que jamais des transmetteurs de goûts littéraires. Et pendant les confinements, les familles ont misé sur des livres valeurs sûres plutôt que d’aller vers la nouveauté.

Constatez-vous une plus grande place faite aux héroïnes ?

Les débats autour du féminisme imprègnent la littérature jeunesse. La nouvelle génération d’auteurs met à l’honneur des personnages féminins et fait la part belle aux relations filles-garçons. Car la littérature jeunesse est un espace où les soubresauts du monde se ressentent : le thème de l’environnement est aussi très présent, que ce soit dans des livres documentaires, mais aussi dans la fiction. Tout comme celui de la protection animalière, comme dans Jefferson de Jean-Claude Mourlevat.

Concernant la fiction pour les ados, quels sont les titres phares du moment ?

Queen Kong d’Hélène Vignal, qui évoque les premières émotions sexuelles, Polly de Fabrice Melquiot et Isabelle Pralong qui raconte l’histoire d’un enfant intersexe, Miettes de Stéphane Servant, qui aborde la question du harcèlement scolaire, Alma de Timothée de Fombelle. Les influenceurs enregistrent aussi de gros succès en cette fin d’année, comme Norman avec son ouvrage Mes dessins, Kate Livio, avec L’incroyable histoire des Sisters Alipour et le chanteur Bilal Hassani, avec Jjong (une série de science-fiction).

Les pépites du salon chroniquées par nos lecteurs

Et en matière de mangas, y a-t-il eu des révélations cette année ?

Les classiques Naruto de Masashi Kishimoto et One Piece d’Eiichirō Oda continuent à cartonner. Au rayon des nouveautés, je peux citer Blue Lock de Muneyuki Kaneshiro et Yuusuke Nomura, Kaguya-sama d’Aka Akasaka, Tokyo Revengers de Ken Wakui et Kaiju de Naoya Matsumoto.

La presse jeunesse semble aussi en très grande forme…

Elle compte neuf millions de jeunes lecteurs et n’a pas été impactée par la crise sanitaire, car les trois quarts des titres arrivent par abonnement. Sur le salon, 68 titres jeunesse seront représentés. Parmi ceux-ci, figureront les leaders du marché : J’aime Lire, Pomme d’Api et Sciences et vie Junior. Et 70 magazines jeunesse ont vu le jour cette année. Cela prouve la bonne santé du secteur.