Toulouse : Indésirable près de la cathédrale, un géant quasi nu déménage

ART-CORE ? Cette sculpture géante contemporaine d’un danseur cuisses écartées, installée près de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse, a été déménagée ce jeudi dans un lieu « plus neutre »

H.M. avec AFP
— 
Le Géant n'est resté qu'une semaine devant la cathédrale de Toulouse. Vous pouvez désormais le voir à Wilson.
Le Géant n'est resté qu'une semaine devant la cathédrale de Toulouse. Vous pouvez désormais le voir à Wilson. — Lionel Bonaventure - AFP

Le Géant de Sel, statue monumentale installée quelques jours devant la cathédrale de Toulouse, a-t-il été prié d’aller faire ses acrobaties ailleurs ? Cette œuvre en poudre d’acier et polyester, des sculpteurs espagnols Coderch et Malavia, a débarqué le 18 novembre place Saint-Etienne, après avoir voyagé en Suède, en Allemagne ou encore en Italie. Elle représente – sur 2 mètres de haut et trois de large – un danseur japonais de buto, en action. Il est penché en arrière, jambes écartées et un poil plus vêtu que les angelots de la fontaine voisine. Mais certains riverains ont semble-t-il été « importunés » par sa présence devant un site religieux.

« Deux heures après [son installation], la mairie nous a appelés pour nous dire que ça n’allait pas », indique Edouard Guiounet, collaborateur de la galerie Alain Daudet, qui expose actuellement les œuvres de Joan Coderch et Javier Malavia.

Direction Wilson

Et, ce jeudi, le Géant de Sel a plié bagage pour rejoindre l’Esplanade François-Mitterrand, près de la place Wilson. Mais Jonnhy Dunal, l’élu en charge du dossier, réfute que ce déménagement soit lié à des plaintes des riverains. Il a assuré à l’AFP qu’il était prévu dès le départ que la sculpture soit transférée de la place Saint-Etienne à sa nouvelle esplanade, « lieu de passage, neutre ». Selon lui, l’exposition devant la cathédrale devait juste être transitoire, « le temps que l’esplanade soit disponible ».

Pas besoin malgré tout de faire des pas de géant pour l’admirer jusqu’à la fin de l’année, c’est relativement près.