Prix Goncourt 2021 : « Enfant de salaud » de Sorj Chalandon, roman préféré des lecteurs de « 20 Minutes »

AVEC VOUS Avec 40 % des suffrages, « Enfant de salaud » de Sorj Chalandon devance « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr (36 %), tous deux largement en tête du vote des lecteurs de « 20 Minutes »

Stéphane Leblanc
— 
« Enfant de salaud » remporte le Goncourt 2021 des lecteurs de « 20 Minutes » — 20 Minutes

Une poignée de voix de différence, cinq précisément, sur une centaine de suffrages. C’est ce qui permet à Enfant de salaud de Sorj Chalandon de remporter le Goncourt des lecteurs de 20 Minutes devant La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr. Avec respectivement 40 et 35 % des suffrages, ces deux romans devancent largement les autres finalistes, Milwaukee Blues de Louis-Philippe Dalembert (16 %) et Le voyage dans l’Est de Christine Angot (9 %).

« Chalandon est un grand écrivain et ce livre est peut-être son meilleur, estime notre lecteur Julien Midali. En tout cas, des trois finalistes que j’ai lus, celui-ci est mon favori. » « Ce récit puissant et émouvant peut toucher un large public » souligne Patrice Virieux. « Ses précédents romans étaient déjà écrits avec une plume sensible, intelligente, note de son côté Sabisab. Celui-ci est du même acabit, entre humour, amour, tristesse et résilience. Cet auteur mérite cette récompense suprême, j’espère de tout cœur qu’il l’obtiendra. » Annie Brunat détaille enfin un « livre très bien écrit. Géniale cette idée de se servir du procès de Barbie pour imaginer les mots que l’auteur aurait pu dire à son père lorsque celui-ci était encore vivant. Son père ayant assisté à ce procès, Sorj Chalandon espérait qu’il tire profit de cet événement pour lui dévoiler ses agissements pendant la guerre. Du coup le lecteur est replongé dans cette sombre période et ce roman devient aussi un livre de témoignages et de mémoire. »

Partisans et détracteurs

Bien sûr, les quatre livres des quatre candidats n’ont pas tous été lus par chacun des votants et ce suffrage reste très subjectif. Juste après Sorj Chalandon, Mohamed Mbougar Sarr avait de très fervents partisans, au contraire de Christine Angot qui compte le plus de détracteurs. Il suffit de lire notre lectrice Mi Sianko : « Déjà lu Enfant de salaud, bien mais un peu redondant après Profession du père. Déjà lu Milwaukee Blues, très bien, très belle écriture sur un sujet hélas bien connu. Pas lu Voyage dans l’Est et pas du tout envie de lire car hyperredondant. Je viens de commencer La plus secrète… et je suis subjuguée ! De loin le meilleur ! Entre conte, roman, essai philosophique… Et quel style ! Nettement au-dessus du panier ! »

Même constat pour Elisabeth BS dont le vote est différent : « Angot exploite roman après roman le même thème, Chalandon est touchant dans un livre plein de sincérité. » Et si le vote a finalement bénéficié à Enfant de salaud, c’est d’abord parce que le roman a beaucoup plu à nos lecteurs, mais aussi parce qu’il a été le plus lu des quatre romans finalistes.