Lyon : Avec l’appli Blynd dans les oreilles, on peut lire des BD les yeux fermés

BD AUDIO Le studio lyonnais Anatole, spécialisé en voix pour les doublages ou les entreprises, a lancé une nouvelle boîte de production : Blynd, spécialisée en BD audio. Son directeur, Tim Borne, et son équipe ont mis au point une œuvre sonore totale, immersive et originale

Jennifer Lesieur
— 
En séance d'enregistrement d'une BD audio au studio Anatole.
En séance d'enregistrement d'une BD audio au studio Anatole. — STUDIO ANATOLE
  • Le studio lyonnais Anatole a créé la première boîte de production entièrement dédiée à la BD audio, Blynd.
  • Plus qu'une simple lecture, une expérience immersive convoquant de grandes voix de doublage et des musiques originales.
  • Une nouvelle appli donne accès au catalogue, qui commence par proposer trois nouveautés par mois parmi les grands succès de la bande dessinée.

Un dédale de cabines disséminées sur le quai Saint-Antoine, à Lyon, où naissent des voix, des bruitages, de la musique : le studio Anatole mixe les sons dans une discrétion feutrée. Tim Borne, son directeur, nous mène d’un pas vif d’une salle à l’autre, montrant l’étendue de son activité : bâti par son père en 1984 pour enregistrer de la musique, Anatole a évolué en fournissant des voix pour des jeux vidéo, des publicités, du doublage de séries…

Une expérience immersive

En mai 2020, Tim Borne et ses associés, Fred Roux et Maryne Chouzenoux, ont franchi une nouvelle étape en créant leur propre boîte de production au sein même des studios : Blynd. « L’idée était d’adapter des BD en audio, mais en étant plus créateurs que prestataires », explique ce technicien du son de formation, qui a voulu y réunir toutes ses passions : « Je suis un grand fan de BD, j’adore les voix françaises de doublage, et j’ai voulu allier ça avec la post-production sonore, pour rendre la BD accessible à un public non-voyant ou malvoyant, comme aux autres. »

Avec sa demande croissante de contenu audio, le début de la crise sanitaire a donc été un tremplin plus qu’un frein pour Blynd, qui a commencé par adapter des succès récents comme Lanfeust de Troy, Blacksad ou Long John Silver. Mais adapter une BD en sons, est-ce bien raisonnable ? Comment rendre une BD en la privant de son support principal, l’image ? C’est là où le savoir-faire sonore d’Anatole prend toute sa mesure : « Ce qu’on propose n’est pas une simple lecture, mais une BD jouée, interprétée, avec toute une mise en scène sonore, des bruitages, une musique créée sur mesure », détaille Tim Borne.

Grandes voix et musiques originales

Si la BD audio existait déjà, dans une version qui relève davantage du théâtre lu, Blynd a inventé « une nouvelle façon de la fabriquer, à la croisée d’une bande-son d’un film d’animation, du doublage et du jeu vidéo. Ça donne un rendu particulier, qui nous est propre ». Grâce à la musique originale, déjà : « Pour Blacksad, qui se déroule dans le New York dans les années 50, on a enregistré un quartet de jazz et une chanteuse pour jouer des reprises de l’époque. » Et surtout grâce à ses voix, spécialistes du doublage oblige : Gérard Darmon est le narrateur de la série Lanfeust ; John Blacksad parle à travers Eric Herson-Macarel, doubleur de Daniel Craig… « Et l’un de mes héros, Jean-Philippe Puymartin, la voix française de Tom Hanks, vient de nous rendre visite », se réjouit Tim Borne.

Pour faciliter la distribution de ses BD audio, Blynd vient de créer sa propre plateforme : une appli avec leur catalogue sur abonnement (6,99 euros/mois), et des extraits gratuits pour se faire une idée. « On crée une offre complète : production, diffusion, distribution, on a les licences, la recette, et voilà », résume le directeur, qui compte se développer : « On sort trois nouveaux tomes par mois. L’objectif, c’est 10 par mois dans un an. On attaquera aussi le patrimoine : Astérix, Blueberry, Corto Maltese… L’important, c’est de fournir un contenu homogène, de qualité. »